DY­NA­MISME, POÉ­SIE ET FO­LIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - CIRQUE ÉLOIZE - Va­nes­sa Gui­mond Agence QMI

Le Cirque Éloize, qui n’a pas en­core ar­rê­té son choix sur le nom que por­te­ra son nou­veau spec­tacle, est très mé­ti­cu­leux lorsque vient le temps de choi­sir quels dé­tails peuvent être ré­vé­lés au pu­blic à ce stade-ci de la créa­tion. Il faut dire que le conte­nu du spec­tacle peut chan­ger à tout mo­ment et que ce ne sont pas tous les nu­mé­ros éla­bo­rés qui se­ront pré­sen­tés sur scène.

Le nou­veau spec­tacle pré­sen­té par le Cirque Éloize pour­rait com­prendre, entre autres, des nu­mé­ros de tra­pèze, de sangle aé­rienne, de Roue Cyr, de planche sau­toir, de roue al­le­mande, de dia­bo­lo, de ban­quine et de contor­sion.

Cette créa­tion, qui s’ins­crit dans la suite d’iD, met­tra en scène plu­sieurs pro­jec­tions. Le scé­no­graphe Ro­bert Mas­si­cotte, à qui l’on doit les pro­jec­tions sur iD, compte par­mi les pre­miers ar­ti­sans à avoir été ap­pro­ché par Éloize, à l’au­tomne 2011.

« Ce spec­tacle, il a du dy­na­misme d’iD, mais il a aus­si des élé­ments de la poé­sie et du ly­risme liés à d’autres de nos créa­tions », a ex­pli­qué Jean­not Pain­chaud.

« La bande des­si­née fait par­tie de l’ins­pi­ra­tion du cadre dans le­quel nous al­lons tra­vailler, a ajou­té le di­rec­teur ar­tis­tique. Cette fois-ci, par contre, nous al­lons pous­ser plus loin le concept la pro­jec­tion vi­déo. Nous sommes par­tis du trait et de la pré­sence d’un uni­vers qui est des­si­né et en mou­ve­ment. Ce se­ra un lieu in­ven­té, un uni­vers in­tem­po­rel. Il y au­ra donc une in­fluence des conven­tions que nous voyons dans la bande des­si­née contem­po­raine, mais elle se fe­ra sur­tout sen­tir au ni­veau de l’es­thé­tique du spec­tacle. »

LA DANSE PRÉ­SENTE

Qui dit Dave St-Pierre pense au­to­ma­ti­que­ment à la danse contem­po­raine. Même si on nous an­nonce un spec­tacle qui res­pec­te­ra les conven­tions du cirque, on nous pro­met éga­le­ment un peu de fo­lie.

« C’est sûr qu’il va y avoir beau­coup de danse, na­tu­rel­le­ment. À par­tir du mo­ment où le co-met­teur en scène est cho­ré­graphe, le spec­tacle touche à son uni­vers. Vous al­lez re­con­naître du Dave St-Pierre, c’est sûr, mais avec un trai­te­ment com­plè­te­ment dif­fé­rent, a af­fir­mé Jean­not Pain­chaud. La fo­lie de Dave St-Pierre va y être, mais il y a des lieux où nous ne pou­vons pas al­ler. Dans les spec­tacles de Dave, il y a de la nu­di­té sur scène, mais nous n’irons pas jusque-là. Il y a un cadre dans le­quel nous vou­lons tra­vailler pour pou­voir être pré­sen­tés de­vant un large pu­blic. »

« En tant que créa­teur, on s’as­sure que le spec­ta­teur va en­trer dans un cer­tain état en voyant cha­cune des scènes, a pré­ci­sé Dave St-Pierre. Chaque spec­ta­teur, à par­tir de ses va­leurs, de ses dé­si­rs et de ses fan­tasmes, va voir sa propre his­toire pro­je­tée. On peut tou­jours se pro­je­ter à tra­vers un des per­son­nages qu’on voit. »

« Nous ne ra­con­tons pas une his­toire, a ajou­té Jean­not Pain­chaud. C’est un voyage que nous pro­po­sons. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.