Pa­roles de fans

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Marc-an­dré Le­mieux Agence QMI

UN GAR­ÇON DANS LE VENT

Ge­ne­viève Borne

Ge­ne­viève Borne n’ar­rive pas à croire que Paul McCart­ney s’ap­prête à fê­ter son 70e an­ni­ver­saire. « C’est in­croyable !, s’ex­clame-t-elle au té­lé­phone. Pour moi, Paul McCart­ney est un sym­bole de jeu­nesse. Il est en­core très, très cool. »

L’ani­ma­trice de Belle et bum a ren­con­tré son idole à deux re­prises du­rant sa car­rière. Elle a no­tam­ment eu la chance de l’in­ter­vie­wer lors de son pas­sage à Ha­li­fax en 2009. « Il est en­core très alerte et ex­trê­me­ment gé­né­reux, dit-elle. Je l’ai trou­vé très sym­pa­thique, très l’fun. Ce qui le garde jeune, c’est l’amour de la mu­sique. »

Ge­ne­viève Borne se rap­pelle très bien la pre­mière fois qu’elle a vu Paul McCart­ney en spec­tacle. C’était en 1989 au Fo­rum de Mon­tréal. « Voir Paul McCart­ney sur scène, c’est une ex­pé­rience mer­veilleuse, ra­conte-t-elle. Il ap­porte tel­le­ment de joie au pu­blic. C’est du bon­heur pur. C’est un être que j’ad­mire énor­mé­ment. »

Fan des Beatles, l’ex-vi­déo­jo­ckey (VJ) de MusiquePlus s’est pro­cu­ré tous les al­bums so­los de Paul McCart­ney, même les plus ré­cents, qui ont ob­te­nu beau­coup moins de suc­cès que ses pré­cé­dents. « Il conti­nue d’écrire de très belles chan­sons », in­siste celle qui at­tend sa pro­chaine of­frande avec im­pa­tience. « Je sais qu’il en­re­gistre pré­sen­te­ment un al­bum de ma­té­riel ori­gi­nal. Ça de­vrait être chouette parce qu’il aime s’en­tou­rer de jeunes mu­si­ciens. Il aime être dans le vent. »

SOU­VE­NIRS DE LAS VE­GAS

Louis Morissette

Louis Morissette ra­conte l’his­toire en dé­tail. 2006, Las Ve­gas. Pre­mière mé­dia­tique de Love, le spec­tacle du Cirque du So­leil en hom­mage aux Beatles. Morissette y as­siste en com­pa­gnie de sa conjointe, Vé­ro­nique Cloutier. Son idole, Paul McCart­ney, est aus­si dans les pa­rages. « Sur le ta­pis rouge, il est pas­sé juste der­rière moi. J’étais té­ta­ni­sé. Je n’ai pas bou­gé », ra­conte l’au­teur.

L’anec­dote ne s’ar­rête pas là. « Au par­ty VIP, je n’avais d’yeux que pour lui, pour­sui­til. Je l’ai re­gar­dé de loin du­rant toute la soi­rée… jus­qu’à ce qu’il se lève pour par­tir. Je l’ai vu tra­ver­ser la salle et il sor­tir par une porte de cô­té. »

Sai­sis­sant sa chance, Louis Morissette est par­ti aux trousses de son idole de jeu­nesse. « Je suis pas­sé entre ses deux gardes du corps et je me suis plan­té de­vant lui. Je lui ai ten­du la main en lui di­sant que c’était un hon­neur pour moi de le ren­con­trer. Je m’étais pré­pa­ré deux ou trois phrases en an­glais. Je ne vou­lais pas man­quer mon coup... On a échan­gé quelques mots, puis il est par­ti. »

L’amour de Louis Morissette pour Paul McCart­ney ne date pas d’hier. « Au se­con­daire, je n’écou­tais pas Me­tal­li­ca ou Mot­ley Crue. J’écou­tais des vieilles af­faires, comme les Beatles et les Rol­ling Stones », ré­vèle-t-il.

« J’ai tou­jours tri­pé sur la dy­na­mique McCart­neyLen­non. Ils ont écrit des chan­sons qui ont tel­le­ment voya­gé. »

La pre­mière fois que Louis Morissette a vu son idole en spec­tacle, c’était au Earls Court Arena de Londres, en 2004. « J’avais pleu­ré comme un en­fant, avoue-t-il. J’avais l’im­pres­sion d’écou­ter la bande so­nore de ma vie. J’étais per­sua­dé que je n’al­lais ja­mais pou­voir re­vivre une telle ex­pé­rience. »

L’ac­teur a re­vu l’ex-Beatles à deux re­prises de­puis ce temps : lors de ses deux der­niers passages au Centre Bell de Mon­tréal. Quand on lui de­mande ce qu’il re­tient de ces deux concerts, Louis Morissette ré­pond sans hé­si­ter : « Sa gé­né­ro­si­té. Quand il chante, il res­semble à un p’tit cul de 25 ans ! C’est l’fun de voir un ar­tiste de sa trempe qui n’a pas l’air bla­sé. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.