UN AL­BUM << made in PA­RIS >>

L’au­tomne der­nier, Pierre La­pointe a en­re­gis­tré un al­bum prin­ci­pa­le­ment au pia­no, conçu pour le mar­ché fran­çais. Mais comme l’ar­tiste ne peut rien ca­cher à son pu­blic qué­bé­cois, il a fi­na­le­ment dé­ci­dé de sor­tir Pa­ris tris­tesse de ce cô­té-ci de l’océan. «J

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin Pierre La­pointe fe­ra le spec­tacle de cet al­bum le 18 juin, à la Mai­son sym­pho­nique, dans le cadre des Fran­coFo­lies.

La car­rière fran­çaise de Pierre La­pointe va bon train. Alors que l’au­teur-com­po­si­teur connais­sait dé­jà un suc­cès d’es­time très en­viable, de­puis plu­sieurs an­nées, il a vu sa po­pu­la­ri­té prendre un bond gi­gan­tesque à la suite de ses billets ra­dio­pho­niques sur les ondes de France In­ter.

«J’ai fait 40 chro­niques l’été der­nier où il y avait un mil­lion d’au­di­teurs, dit-il. Mon nom est de­ve­nu très connu là-bas. Mais puisque les gens ne connais­saient pas très bien mes chan­sons, on a dé­ci­dé de faire un exer­cice pour le mar­ché fran­çais en met­tant de l’avant cer­taines pièces.»

RÉ­PER­TOIRE MÉ­LAN­CO­LIQUE

Pen­dant un pe­tit trois jours, en sep­tembre, il s’est en­fer­mé dans le cé­lèbre stu­dio CBE, à Pa­ris, qui a dé­jà ac­cueilli Cé­line Dion, Gi­nette Re­no, Fran­çoise Har­dy et Pa­tri­cia Kaas. Avec le réa­li­sa­teur Jacques Eh­rhart (Ca­mille, Hen­ri Sal­va­dor), le chan­teur qué­bé­cois a en­re­gis­tré 15 chan­sons prin­ci­pa­le­ment au pia­no.

«J’ai es­sayé de re­vi­si­ter mon ré­per­toire le plus sombre, le plus mé­lan­co­lique», dit Pierre La­pointe. Sur Pa­ris tris­tesse, on re­trouve ain­si des mor­ceaux de

Punkt, Les cal­las et La fo­rêt des mal-ai­més, de même que des re­prises de Fer­ré, Bar­ba­ra et Az­na­vour, ain­si qu’une chan­son in­édite, La plus belle des mai­sons.

Le disque a été lan­cé en France le 17no­vembre der­nier. «Il y a eu de très bonnes cri­tiques. Té­lé­ra­ma lui a don­né trois clés, ce qui est la plus haute cote pour un disque. C’est la deuxième fois que je re­çois ça, avec La fo­rêt des mal-ai­més. »

Puis­qu’il ne pou­vait ou­blier ses ad­mi­ra­teurs qué­bé­cois, Pierre La­pointe a dé- ci­dé de sor­tir Pa­ris tris­tesse ici, avec une po­chette dif­fé­rente.

ENTRE PA­RIS ET MON­TRÉAL

Sa po­pu­la­ri­té en France a aus­si fait en sorte que son pas­sage à la Ci­gale, en oc­tobre der­nier, a été fort cou­ru. En ce mo­ment même, le chan­teur est de re­tour en Eu­rope, où il doit no­tam­ment se pro­duire au Tria­non de Pa­ris.

«De no­vembre 2013 à dé­cembre 2014, j’al­lais à Pa­ris pra­ti­que­ment aux trois se­maines. Ces temps-ci, c’est en­vi­ron une fois aux deux mois. Quand je vais là-bas, je tra­vaille comme un fou.»

Même si la de­mande est in­té­res­sante dans l’Hexa­gone, Pierre La­pointe n’a pas en­core l’in­ten­tion d’al­ler s’y ins­tal­ler du­rant plu­sieurs mois consé­cu­tifs. «Ce n’est pas en­vi­sa­gé, mais je reste ou­vert à tout. Je ne pour­rais tou­te­fois pas par­tir six mois sans re­ve­nir au Qué­bec.»

Ces allers-re­tours ré­gu­liers au-des­sus de l’At­lan­tique, Pierre La­pointe a pu en dis­cu­ter avec Isa­belle Bou­lay. «Elle et moi, on n’a pas choi­si dans quel pays on al­lait ha­bi­ter».

Par­lant de La Voix, le nou­veau coach men­tionne avoir bien du plai­sir à par­ti­ci­per pour la pre­mière fois à cette po­pu­laire émis­sion. «Pour l’ins­tant, je n’ai re­çu que de bons échos», dit-il.

L’al­bum Pa­ris tris­tesse pa­raî­tra ce mar­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.