EN AMOUR AVEC LA VIE

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Pour Maxim Mar­tin, après des an­nées sombres où sa car­rière a été maintes fois remise en ques­tion, la thé­ra­pie est fi­nie. «J’ai trou­vé la for­mule de ce qui me rend heu­reux», dit l’hu­mo­riste de 45 ans qui lance son nou­veau spec­tacle, En­fin.

En­fin quoi? Lors­qu’on lui pose la ques­tion, Maxim Mar­tin ré­pond qu’il est en­fin à la bonne place dans sa vie, quand il re­pense à ces 20 an­nées qu’il a pas­sées à consom­mer des drogues et de l’al­cool. «Ja­mais tous les élé­ments de ma vie et de ma car­rière ont été à la même place, au même ren­dez-vous, en même temps.» C’est presque un nou­veau Maxim Mar­tin que l’on re­trouve de­vant nous, dans un ca­fé du Vieux-Mon­tréal.

«Ç’a l’air qu’on me dit que je suis heu­reux et joyeux. Il y en a qui me de­mandent si je vais être aus­si drôle main­te­nant que je suis heu­reux. Faites-moi confiance. Pour y ar­ri­ver, j’ai quand même pa­tau­gé dans une pis­cine de merde pen­dant 20 ans! En gé­né­ral, quand t’as été sur le par­ty pen­dant 20 ans, il y a des bonnes anec­dotes qui viennent avec. Si­non tu ne l’as pas fait comme du monde!»

POINT TOUR­NANT

Maxim Mar­tin re­vient donc de loin. De ses an­nées de consom­ma­tion, il se rap­pelle un mo­ment mar­quant qui l’a mo­men­ta­né­ment fait chan­ger. «Mon an­cienne gé­rante m’avait in­vi­té à dî­ner et elle avait lan­cé mon ho­raire des six mois sui­vants sur la table. J’avais juste deux shows au ca­len­drier. Elle m’avait dit que c’était fi­ni, qu’il ne res­tait que des op­tions de ra­dio en ré­gion très éloi­gnée. Je ne vou­lais pas m’éloi­gner de ma fille. C’est à par­tir de là que je suis re­tour­né au gym pour me re­prendre en main.» Après une pre­mière tour­née sobre, pour

Tout va bien, qui l’a re­mis sur les rails, en 2011, l’hu­mo­riste est de re­tour avec un nou­veau spec­tacle qu’il a ro­dé une ving­taine de fois. «Je n’ai ja­mais été au­tant ner­veux avant une pre­mière, dit-il. C’est un show qui est hy­per confron­tant pour moi. Je n’au­rais ja­mais pen­sé qu’il au­rait au­tant d’im­pact au­près du pu­blic.»

«Le nou­veau spec­tacle per­met aux gens de rire avec moi de toutes les conne­ries que j’ai pu faire pour ar­ri­ver où j’en suis au­jourd’hui. Je n’au­rais ja­mais pen­sé qu’un show où je parle sou­vent au «je» se trans­for­me­rait en «nous» dans la salle, pour­suit-il. Pour écrire le spec­tacle, j’ai at­ta­qué cer­tains su­jets, dont ma pé­riode de consom­ma­tion. Je me suis dit que si j’étais ca­pable d’en rire, ça vou­lait dire que ma gué­ri­son était confir­mée. La thé­ra­pie est fi­nie.»

«EN AMOUR AVEC TOUT»

Peut-on dire au­jourd’hui que Maxim Mar­tin est en amour avec la vie? «Oui, je suis en amour avec tout, ré­pond-il. Je me lève le ma­tin avec un sou­rire niai­seux. J’ai trou­vé un peu la for­mule de ce qui me rend heu­reux. Quand le gars est sobre, qu’il s’en­traîne et qu’il tra­vaille sur ses af­faires, lorsque le té­lé­phone sonne, en gé­né­ral, il y a de bonnes nou­velles au bout. Il y a sur­tout de la fier­té, présente- ment. J’ai quand même réus­si à re­créer quelque chose qui fait que les gens au­tour ont en­vie de re­tra­vailler avec Maxim Mar­tin.»

Pour En­fin, l’hu­mo­riste a fait ap­pel à Ch­ris­tian Viau, à qui il a confié la mise en scène et la script-édi­tion du spec­tacle. «On était des chums avant. Là, on est de­ve­nu un couple. (rires) Je n’ai ja­mais eu quel­qu’un qui m’a au­tant pous­sé. C’était un en­traî­ne­ment de boxe.»

De son cô­té, Alex Nevs­ky s’est char­gé de la mu­sique pour en­ro­ber le spec­tacle. «C’est ar­ri­vé quelques fois que j’ai sur­pris des tech­ni­ciens à chan­ter la toune d’in­tro­duc­tion. Elle reste dans la tête. Alex pense peut-être la gar­der pour son pro­chain al­bum.»

Maxim Mar­tin don­ne­ra son spec­tacle En­fin au Théâtre St-De­nis 2 les 24, 25, 27 et 28 fé­vrier. Il se­ra aus­si à la Salle Al­bert-Rous­seau de Qué­bec le 18 mars. Pour toutes les dates: maxim­mar­tin.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.