QUELQUES ANEC­DOTES SUR LES NOM­MÉS

Voi­ci quelques dé­tails crous­tillants, amu­sants ou étranges sur les dif­fé­rents films, hommes et femmes de­vant ou der­rière la ca­mé­ra nom­més aux Os­cars.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Bird­man ou (les ver­tus in­soup­çon­nées de l’igno­rance) d’Ale­jan­dro Gonzá­lez Inár­ri­tu a été mon­té de ma­nière à ce que le pu­blic ait l’im­pres­sion que le ci­néaste l’a fil­mé en une seule prise. De fait, les scènes ont été tour­nées en plus de prises que d’ha­bi­tude, gé­né­ra­le­ment au­tour de 20. Fait co­casse, en s’avan­çant trop ra­pi­de­ment dans un plan, Em­ma Stone a gâ­ché une prise entre Mi­chael Kea­ton et Ed­ward Norton qui du­rait de­puis six mi­nutes! De sur­croît, le ci­néaste a choi­si une ca­mé­ra par­ti­cu­liè­re­ment pe­tite pour les gros plans. Dans cer­tains cas, elle était pla­cée à cinq cen­ti­mètres du vi­sage de Mi­chael Kea­ton.

«Les chiffres de Jeu­nesse sont ahu­ris­sants. Nous avons pas­sé un an en pré­pro­duc­tion, deux ans en post­pro­duc­tion, mais seule­ment une qua­ran­taine de jours à tour­ner. C’est fou pour un long-mé­trage in­dé­pen­dant à pe­tit bud­get. Nous pen­sons dé­te­nir le re­cord du film dont la pro­duc­tion a du­ré le plus long­temps dans l’his­toire du ci­né­ma», a sou­li­gné le réa­li­sa­teur Ri­chard Link­la­ter lors d’une confé­rence té­lé­pho­nique à l’Agence QMI, peu de temps avant la sor­tie de son film.

Ethan Hawke dans Jeu­nesse

Be­ne­dict Cum­ber­batch et Kei­ra Knight­ley Dans Le jeu de l’imi­ta­tion, Be­ne­dict Cum­ber­batch in­carne Alan Tu­ring, cryp­to­graphe bri­tan­nique qui a per­mis aux al­liés de ga­gner la Se­conde Guerre mon­diale grâce à son dé­cryp­tage du code se­cret al­le­mand. Puis, dans les an­nées 1950, il a été cas­tré chi­mi­que­ment en rai­son de son ho­mo­sexua­li­té, un crime à l’époque. C’est lors du Eu­ro­pean Film Mar­ket, qui s’est te­nu en marge de la Ber­li­nale en fé­vrier 2014, que The Wein­stein Company a ac­quis les droits de dis­tri­bu­tion du film en Amé­rique du Nord pour un mon­tant de sept mil­lions $, le mon­tant le plus éle­vé ja­mais payé au Eu­ro­pean Film Mar­ket.

Saoirse Ro­nan en pleine confec­tion des cour­ti­sanes

au cho­co­lat Très at­ten­tif aux dé­tails, Wes An­der­son n’a rien lais­sé au ha­sard. La pâ­tis­se­rie am­ple­ment ré­fé­ren­cée dans son film sous le nom de «cour­ti­sane au cho­co­lat» est, en fait, une va­ria­tion d’une re­li­gieuse, créée par Ane­mone Mül­ler de la confi­se­rie CaRe dans la ville de Gör­litz, en Al­le­magne, là où le long-mé­trage a été tour­né pen­dant trois mois.

Le ta­bleau uti­li­sé dans L’hô­tel Grand Bu­da­pest, la co­mé­die de Wes An­der­son, in­ti­tu­lé Boy with Apple (lit­té­ra­le­ment Garçon à la pomme), a été com­man­dé expressément par le ci­néaste. Il a été peint en quatre mois.

Ralph Fiennes et le fa­meux ta­bleau

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.