LE SRI LAN­KA QUI PHO­TO­GRA­PHIE SES TOU­RISTES

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Gilles Proulx Collaboration spé­ciale

La Bir­ma­nie/Myan­mar, le Cam­bodge/Kam­pu­chéa, Cu­ba à une cer­taine époque, la Co­rée-du-Nord, etc. Ce club sé­lect et peu en­viable des pays fer­més a tou­jours créé chez moi une en­vie d’al­ler y voir. La cu­rio­si­té n’est-elle pas une qua­li­té (au­tant qu’un dé­faut) propre à l’homme? Main­te­nant que toute la Terre est ex­plo­rée, il nous reste ces ré­gimes pa­ra­noïaques fer­més comme des huîtres.

Le Sri Lan­ka a long­temps fait par­tie de ces en­droits in­ter­dits. En 2010, pro­fi­tant d’une re­la­tive ac­cal­mie dans le pays, j’ai fi­na­le­ment pu y al­ler voir! Eh bien… J’ai été un peu dé­çu. Ma cu­rio­si­té a été, di­sons, dés­illu­sion­née. Au Sri Lan­ka, les pay­sages étaient… quel­conques. Rien de com­pa­rable avec la Thaï­lande ou l’Inde, où les cou­leurs om­ni­pré­sentes et les mo­nu­ments cé­lèbres at­tirent des mil­lions de tou­ristes. Par contre, la gen­tillesse des gens était on ne peut plus re­mar­quable étant don­né que la vi­site était ra­ris­sime.

L’in­dus­trie tou­ris­tique est dé­sor­mais la bien­ve­nue, mais les voya­geurs sont si rares que ce n’est pas eux qui prennent des pho­tos des Sri-lan­kais, ce sont les Sri­lan­kais qui veulent prendre des pho­tos avec ces drôles de créa­tures que nous sommes!

Les points forts du pays: le thé et le pois­son. Ex­cel­lents! Mais c’est un peu triste que ce pays de 20 mil­lions d’ha­bi­tants se dis­tingue aus­si peu de ses voi­sins, dont il semble être une pâle co­pie.

Quitte à me répéter, j’ai eu l’im­pres­sion que, comme tou­riste, j’étais plus in­té­res­sant pour ce pays que ce pays ne l’était pour moi…

PHO­TO COUR­TOI­SIE, GILLES PROULX

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.