Une lettre d’amour À JOHN LEN­NON

Dan­ny Col­lins, réa­li­sé par Dan Fo­gel­man ( Un amour fou), ra­conte ce qui se pro­duit quand une ve­dette du rock vieillis­sante trouve, 40 ans plus tard, une lettre que lui a en­voyée John Len­non.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI Dan­ny Col­lins ar­rive dans les salles du Qué­bec le 3 avril.

«Le film est, d’une cer­taine ma­nière, ba­sé sur une his­toire vraie», a dit en riant Dan Fo­gel­man lors de la confé­rence de presse de pré­sen­ta­tion de son film qui s’est te­nue à Los An­geles la se­maine der­nière.

Car la ge­nèse de ce long mé­trage est tout à fait par­ti­cu­lière. Dan­ny Col­lins est né alors que l’au­teur de Un amour fou était de­vant l’écran blanc de son or­di­na­teur en train d’es­sayer d’écrire son pro­chain film. «Le point de dé­part du long­mé­trage est to­ta­le­ment vé­ri­dique. […] Je suis tom­bé sur l’une de ces nou­velles bi­zarres, de celles avec un titre su­per ac­cro­cheur qu’on s’em­presse de lire. C’était quelque chose du genre “Un chan­teur re­çoit une lettre de John Len­non 40 an­nées trop tard”. J’en ai im­mé­dia­te­ment ache­té les droits et j’ai écrit le scé­na­rio en une se­maine.»

BÉ­NI DES DIEUX…

Dans la vraie vie, c’est Steve Til­ston, un chan­teur de folk bri­tan­nique à qui cette his­toire in­croyable est ar­ri­vée. Par contre, sous la plume de Dan Fo­gel­man, le hé­ros s’est trans­for­mé en Dan­ny Col­lins, chan­teur de rock sur le re­tour dont le suc­cès est tou­jours en tête des pal­ma­rès et qui vit avec une jeune femme (Ka­ta­ri­na Cas) de plu­sieurs dé­cen­nies sa ca­dette.

Frank Grub­man (Ch­ris­to­pher Plum­mer), le gé­rant de cette ve­dette mondialement connue, ar­rive un jour avec une lettre écrite par John Len­non, l’idole de Dan­ny, en­voyée 40 ans plus tôt et «per­due» dans les af­faires d’un jour­na­liste peu scru­pu­leux et d’un col­lec­tion­neur. La mis­sive est une in­jonc­tion à Dan­ny de res­ter fi­dèle à lui-même et est as­sor­tie d’une in­vi­ta­tion à ap­pe­ler l’ex-Beatles pour dis­cu­ter. Du coup, ce mes­sage a l’ef­fet d’un élec­tro­choc sur Dan­ny, qui dé­cide de tra­ver­ser le pays pour fi­na­le­ment faire la connais­sance de Tom (Bob­by Can­na­vale), le fils qu’il a eu avec une grou­pie.

«Oui, j’ai vrai­ment écrit le scé­na­rio en pen­sant à Al, de pré­ci­ser le ci­néaste. Et, en plus, je l’ai écrit en in­té­grant toutes ces chan­sons de John Len­non, sans ja­mais pen­ser au fait qu’il se­rait im­pos­sible [en rai­son du mon­tant des droits d’au­teur] de les uti­li­ser. Quand on réa­lise un film, au mo­ment du mon­tage, on uti­lise n’im­porte quelles pièces mu­si­cales puis­qu’on est seul de­vant la table de mon­tage et qu’on ne montre le film qu’à sa femme et à des amis. On es­saye, par contre, de ne pas trop le faire afin de ne pas s’at­ta­cher à des chan­sons qu’on n’a au­cune chance de pou­voir uti­li­ser.»

«Pour­tant, c’est ce que j’ai fait en in­cluant 11 chan­sons de John Len­non! […] J’ima­gine que Yo­ko a com­pris, en voyant le film, qu’il s’agis­sait d’une lettre d’amour à John. […] Elle a tra­vaillé avec nous et j’ai fi­na­le­ment re­çu un ap­pel me di­sant que je pou­vais uti­li­ser toutes les pièces, ce que je n’au­rais ja­mais ima­gi­né!», de ra­con­ter Dan Fo­gel­man.

MI­ROIR

Al Pa­ci­no – qui a dé­jà croi­sé John Len­non -, quant à lui, n’a pas pu re­fu­ser le rôle de Dan­ny Col­lins, per­son­nage qu’il dé­fi­nit comme un «sur­vi­vant» et qui lui res­semble par­fois à s’y mé­prendre. «Je crois qu’il y a des mo­ments dans la vie où l’on est prêt à en­tendre cer­tains mes­sages, qu’il s’agisse de ren­contres ou, dans ce cas-ci, d’une lettre, et qui poussent au chan­ge­ment, a confié l’acteur. C’est l’idée d’in­car­ner un per­son­nage de mon âge qui m’a sé­duit. J’es­saye, au­tant que faire se peut, de choi­sir des rôles qui vont, soit être des mi­roirs de cer­tains as­pects de ma vie, soit dé­crire des choses aux­quelles je peux m’iden­ti­fier. Je com­prends ce rôle, mais ne l'au­rais pas joué il y a 10 ans. J’étais prêt, men­ta­le­ment et phy­si­que­ment, à le faire.»

DAN­NY COL­LINS

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.