Les lieux sombres

∂∂∂∂∂∂∂∂Σ On se laisse prendre par ce suspense ha­bile, adap­té et mis en scène par le fran­çais Gilles Pa­quet-Bren­ner, dans le­quel on re­trouve Char­lize The­ron, Ni­co­las Hoult, Ch­ris­ti­na Hen­dricks et Ch­loë Grace Mo­retz.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isabelle Hon­te­bey­rie Agence QMI

Les lieux sombres ( Dark Places) est l’adap­ta­tion du ro­man de Gillian Flynn, cette au­teure amé­ri­caine à la mode de­puis que Da­vid Fin­cher a por­té Les ap­pa­rences ( Gone Girl) au grand écran avec Ben Af­fleck et Ro­sa­mund Pike dans les rôles prin­ci­paux (pe­tite note: Les lieux sombres est pa­ru trois ans avant son suc­cès de li­brai­rie).

On y suit Lib­by Day (jouée par Char­lize The­ron à l’âge adulte et par Ster­ling Je­rins quand elle a 8 ans), sur­vi­vante d’une tra­gé­die épou­van­table. C’est que sa fa­mille a été sau­va­ge­ment as­sas­si­née, seul son frère Ben (Co­rey Stoll à l’âge adulte et Tye She­ri­dan adolescent) et elle ayant sur­vé­cu. C’est le té­moi­gnage de Lib­by après les faits qui a en­voyé Ben der­rière les bar­reaux. L’ado était membre d’une secte sa­ta­nique à l’époque.

LE KILL CLUB

Alors que Lib­by n’a plus de fric et qu’elle n’a pas de quoi payer son loyer, elle ac­cepte la pro­po­si­tion de Lyle (Ni­co­las Hoult), membre du Kill Club, un groupe de dé­tec­tives ama­teurs qui se penchent sur des af­faires par­ti­cu­liè­re­ment sor­dides dans le but de dé­mas­quer le vrai cou­pable. Elle re­vi­si­te­ra donc ses sou­ve­nirs pour s’aper­ce­voir, au fil de ce qui se trans­forme en vé­ri­table en­quête, que la vé­ri­té est bien dif­fé­rente.

Res­pec­tant la struc­ture du ro­man, Gilles Pa­quet-Bren­ner use de re­tours en ar­rière pour pré­sen­ter les évé­ne­ments, qui se sont pro­duits dans les an­nées 1980.

L’am­biance est noire, glauque à sou­hait. Ch­ris­ti­na Hen­dricks, l’ac­trice vue dans Mad Men et qui, ici, in­carne la mère de Lib­by, est par­faite dans ce rôle de femme mal­trai­tée, mais bien dé­ci­dée à pro­té­ger les siens, no­tam­ment son fils. Car Ben a de bien mau­vaises fré­quen­ta­tions, à com­men­cer par sa pe­tite amie Dion­dra (Ch­loë Grace Mo­retz), une ado riche et gâ­tée, pour le moins trou­blée, qui prend son pied en par­ti­ci­pant à des ri­tuels sa­ta­niques.

Le rythme est sou­te­nu et l’in­té­rêt ra­pi­de­ment gé­né­ré, d’au­tant que le tout bé­né­fi­cie de pres­ta­tions so­lides de la part d’ac­teurs che­vron­nés. À voir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.