BUF­FY THE VAM­PIRE SLAYER

La ren­trée des classes ar­rive à grands pas. Pour s’y pré­pa­rer men­ta­le­ment, voi­ci cinq sé­ries qui prouvent qu’une an­née sco­laire, c’est beau­coup plus qu’une suc­ces­sion d’exa­mens…

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

Be­ver­ly Hill 90120

Wa­ta­ta- (1997-2003)

Buf­fy avait une bonne ex­cuse pour avoir d’aus­si mau­vaises notes en ma­thé­ma­tiques : chaque se­maine, elle de­vait sau­ver le monde. Rien de moins. Bien que fré­quen­tant le se­con­daire à temps plein, la blon­di­nette pas­sait ses nuits – et par­fois même ses jour­nées – à chas­ser les vam­pires, éla­bo­rer des plans avec ses amis (Willow et Xan­der) ou en­core fan­tas­mer sur An­gel. Chou­chou des cri­tiques, Buf­fy the Vam­pire Slayer a at­teint le sta­tut de série culte avec les an­nées. Im­por­tance des études : Faible Avec toutes ses ac­ti­vi­tés «pa­ra­sco­laires», Buf­fy a dû battre des re­cords Guin­ness d’ab­sence à ses cours. Éton­nam­ment, ce n’est qu’une fois ren­due au col­lège, après être morte et res­sus­ci­tée, que Buf­fy a quit­té l’école pour de bon.

Freaks and Geeks che­veux bou­clés y in­carne Fe­li­ci­ty, une jeune étu­diante brillante qui – après avoir ter­mi­né son se­con­daire – dé­cide de tout lais­ser tom­ber pour suivre un gar­çon qu’elle connaît à peine à New York. S’en­sui­vra un des tri­angles amou­reux les plus mé­mo­rables du pe­tit écran se­lon Time Ma­ga­zine. Avec qui Fe­li­ci­ty fi­ni­ra-t-elle sa route : Ben ou Noel? Im­por­tance des études : Grande Con­trai­re­ment aux autres sé­ries du genre, Fe­li­ci­ty re­pro­duit bien la fré­né­sie des pé­riodes d’exa­mens de fin de ses­sions uni­ver­si­taires. Toutes les ma­tières y passent (his­toire, phy­sique, chi­mie), mais la seule chi­mie qui nous in­té­res­sait vrai­ment, c’est celle entre Fe­li­ci­ty et Ben… ou Noel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.