Dans les cou­lisses du Bea­ch­club

Kylie Jen­ner, le mil­lion­naire Dan Bil­ze­rian et les DJ Hard­well et Ties­to font par­tie des cé­lé­bri­tés qui ont fré­quen­té le Bea­ch­club de Montréal au cours des der­nières se­maines. La série té­lé Bea­ch­club plon­ge­ra dans les cou­lisses de ce lieu des­ti­né à la fêt

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Yves Leclerc Le Jour­nal de Qué­bec

L’ani­ma­teur Be­noît Ga­gnon a eu un ac­cès pri­vi­lé­gié, avec l’équipe des pro­duc­tions Dat­sit, aux cou­lisses de cet en­droit qui s’est don­né comme mis­sion de re­créer l’am­biance de Mia­mi, Ibi­za et de Ve­gas.

Bea­ch­club, qui dé­bute jeu­di à Zté­lé, suit les frères Julien et Oli­ver Primeau, qui ont in­ves­ti tout près de deux mil­lions de dol­lars pour trans­for­mer ce site qui a 20 ans d’his­toire.

«Nous sommes avec eux dans leurs bons coups et dans leurs mau­vais coups. On est pré­sent, lors­qu’il y a des mo­ments de pa­nique, parce qu’il ar­rive cer­taines choses sur le site. On est là avec les pre- miers ré­pon­dants, lors­qu’il y a des gens qui sont ma­lades. Nous sommes les ob­ser­va­teurs de ce qui se passe à cet en­droit et nous sommes pré­sents à toutes les étapes. Il n’y a pas grand-chose que l’on ne mon­tre­ra pas», a pré­ci­sé Be­noît Ga­gnon, lors d’un en­tre­tien.

31 SE­CONDES

L’ani­ma­teur donne en exemple une jour­née où les pro­prié­taires étaient tel­le­ment dé­pas­sés par les évé­ne­ments, parce qu’il y avait énor­mé­ment de monde, qu’ils en ont ou­blié de faire la com­mande pour le rhum.

«Il y avait 8000 per­sonnes sur le site et ils ont été en ache­ter pour 10 000 $, avec une carte de cré­dit, dans une SAQ de Pointe-Ca­lu­met», a-t-il ra­con­té.

Be­noît Ga­gnon avoue avoir hé­si­té un peu avant de se lan­cer dans cette nou­velle aven­ture té­lé de 10 épi­sodes.

Il avait dé­jà en­ten­du par­ler cet en­droit et il ad­met qu’il avait cer­tains pré­ju­gés en­vers cet en­droit qu’il n’avait ja­mais vi­si­té.

L’ani­ma­teur a dé­ci­dé d’al­ler à la ren­contre des frères Primeau et la dé­ci­sion s’est prise 31 se­condes après les poi­gnées de mains.

«J’ai consta­té qu’ils étaient sé­rieux et que c’était des gens de coeur. Ils pro­viennent d’une en­tre­prise fa­mi­liale avec 60 ans dans le monde de l’ali­men­ta­tion et j’ai sen­ti que ça se­rait le “fun” de les suivre dans leur aven­ture», a-t-il men­tion­né.

LA FÊTE

Be­noît Ga­gnon était cu­rieux de voir com­ment des «kids» de 20 et 26 ans al­laient être ca­pables de gé­rer au­tant de gens, d’ar­gent et de suc­cès.

«Est-ce que c’était pour fonc­tion­ner? Est-ce qu’ils étaient pour se cas­ser la gueule? J’al­lais être un té­moin pri­vi­lé­gié de ce qui était pour se pas­ser», a-t-il in­di­qué.

Et tout in­dique que le Bea­ch­club est sur la bonne voie avec la pré­sence de ve­dettes et DJ in­ter­na­tio­naux et celle de Jus­tin Bie­ber pré­vue pour au­jourd’hui.

«On parle d’eux à TMZ, En­ter­tain­ment To­night et aux États-Unis, et c’est un signe qu’ils ont réus­si. Il y a du monde, du monde et du monde, et ça marche», a-t-il pré­ci­sé.

À 44 ans, Benoit Ga­gnon trouve que ça brasse pas mal sur l’Île de la zone adulte du Bea­ch­club de Montréal, qui pos­sède aus­si un sec­teur plage des­ti­né à la fa­mille.

«C’est un en­droit fré­quen­té par des gens de 20 et de 30 ans. Il y en a qui se dé­foncent, cer­tains qui viennent pour dan­ser et pour la mu­sique et d’autres qui sou­haitent être vus. Cer­tains veulent mon­trer leur nou­veau maillot, leur bi­ki­ni, leurs “pecs” et leurs ab­dos qu’ils ont tra­vaillés du­rant tout l’hi­ver. Tout le monde a une rai­son dif­fé­rente de ve­nir au Bea­ch­club, mais ce qui ras­semble tous ces gens, c’est le plai­sir de faire la fête avec les meilleurs DJ au monde, comme on voit à Mia­mi et dans les par­tys de pis­cine de Las Ve­gas», a-t-il fait re­mar­quer. La série Bea­ch­club dé­bute jeu­di, à 18 h, sur les ondes de Zté­lé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.