DANS LA COUR DES GRANDS

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURNÉE - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Montréal

Deux an­nées après le lan­ce­ment de son pre­mier EP, Simon Kear­ney rap­plique au­jourd’hui avec La vie en mauve, un al­bum réa­li­sé par Antoine Grat­ton, dont le pre­mier vi­déo­clip a fait son en­trée lun­di der­nier sur les ondes de Mu­si­queP­lus.

«Il y a de moins en moins de place pour les ar­tistes fran­co­phones, alors c’est vrai­ment flat­teur de voir que j’ai la mienne», ex­plique Simon Kear­ney, quelques jours avant la pre­mière dif­fu­sion de son vi­déo­clip pour la chan­son Hey Man.

Le chan­teur de 19 ans, ori­gi­naire de L’An­cienne-Lo­rette, réa­lise ain­si un rêve de jeu­nesse, lui qui a vé­cu son ado­les­cence, branché sur la chaîne mu­si­cale qué­bé­coise.

La table était donc bien mise pour la sor­tie de sa pre­mière of­frande, dé­po­sée dans les bacs hier. La vie en mauve est le fruit d’une étroite col­la­bo­ra­tion avec Antoine Grat­ton, son «guide spi­ri­tuel» qu’il a ren­con­tré à son en­trée dans l’in­dus­trie.

«Mon pre­mier EP ne conte­nait que quatre chan­sons, alors cette fois-ci j’ai réel­le­ment la chance de mon­trer l’éten­due de ce que je peux faire en tant que mu­si­cien et chan­teur», ex­plique-t-il.

« SE FAIRE PLAI­SIR »

En ef­fet, c’est pas moins de 16 titres qu’il pro­pose sur son pre­mier opus, La

vie en mauve, pour au­tant de nuances de son «rock frin­gant», comme il se plaît à dé­crire son style mu­si­cal. Mais au dé­part, c’est plus d’une tren­taine de chan­sons qui ont été en­re­gis­trées dans une église de Farn­ham trans­for­mée en stu­dio d’en­re­gis­tre­ment.

«On a dé­ci­dé de se faire plai­sir, de faire ce que l’on veut sans se mettre au­cune bar­rière», ex­plique-t-il. C’est ain­si qu’il a élu do­mi­cile à l’in­té­rieur de cette église avec toute son équipe pour trois se­maines de mu­sique, d’ar­ran­ge­ments, d’en­re­gis­tre­ment... et de ren­contres sur­na­tu­relles?

«J’en­re­gis­trais sou­vent jus­qu’à trois heures du ma­tin, alors j’étais le der­nier à al­ler me cou­cher dans le sous-sol. Per­sonne ne veut me croire, mais je suis convain­cu qu’il y avait des fan­tômes. Je pou­vais les en­tendre», confie-t-il en riant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.