30 ans DE­VANT LES CA­ME­RAS

Un mois après avoir fait la man­chette en épou­sant Pierre Karl Pé­la­deau à Qué­bec, Ju­lie Sny­der res­sor­ti­ra sa robe de ma­riage pour lan­cer la nou­velle sai­son du Ban­quier di­manche soir. Dans cette émis­sion spé­ciale in­ti­tu­lée Vive la ma­riée, la po­pu­laire ani­ma

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Marc-An­dré Le­mieux Le Jour­nal de Montréal

«Ça fait 30 ans que je fais car­rière en té­lé­vi­sion, rap­pelle Ju­lie Sny­der en entrevue. Ça fait 30 ans que les gens me laissent en­trer dans leur mai­son. Ils ont tou­jours été pré­sents pour moi, même quand ça n’al­lait pas bien. Pour­quoi leur fer­me­rais-je la porte quand tout va bien?».

Dans une émis­sion qui ré­col­te­ra as­su­ré­ment des cotes d’écoute fa­ra­mi­neuses, la po­pu­laire ani­ma­trice a ac­cep­té de mon­trer Tho­mas (10 ans) et Ro­my (6 ans), ses deux en­fants avec Pierre Karl Pé­la­deau, chef du Par­ti qué­bé­cois et ac­tion­naire ma­jo­ri­taire de Qué­be­cor. Cette dé­ci­sion marque un vi­rage im­por­tant dans la fa­çon dont Ju­lie Sny­der com­pose avec vie pu­blique et vie fa­mi­liale.

Quand j’ai eu Tho­mas et Ro­my, tout le monde me de­man­dait des photos d’eux. Mais Pierre Karl di­sait qu’en ex­po­sant nos en­fants aux mé­dias, on al­lait s’at­ti­rer des cri­tiques. Donc pen­dant des an­nées, je ca­chais tout le temps mes en­fants quand les gens vou­laient nous prendre en photos.»

Les choses ont tou­te­fois com­men­cé à chan­ger en 2013, quand Ju­lie Sny­der a as­sis­té au spec­tacle spé­cial de Cé­line Dion à Qué­bec. En ar­ri­vant au concert avec Tho­mas et Ro­my, des cen­taines de per­sonnes se sont mises à prendre des photos d’eux avec leurs té­lé­phones cel­lu­laires.

«Cette soi­rée-là, j’ai réa­li­sé qu’on le veuille ou non, mes en­fants al­laient se re­trou­ver sur 1000 pages Fa­ce­book. Je ne pou­vais pas cou­rir après tout le monde en de­man­dant: «SVP, pou­vez-vous ef­fa­cer notre photo?» De plus, en vieillis­sant, mes en­fants com­pre­naient de moins en moins pour­quoi je vou­lais qu’ils se cachent quand les gens me pre­naient en photo.» SANS CEN­SURE

Réa­li­sée par Stéphane Laporte, la vi­déo des des­sous du ma­riage le plus cou­ru de 2015 nous fe­ra voir «tout le brou­ha­ha» en­tou­rant le grand évé­ne­ment, in­dique Ju­lie Sny­der, qu’on ver­ra no­tam­ment dé­am­bu­ler dans les rues de Qué­bec avec son sup­port à sou­tiens-gorge.

«C’était vrai­ment n’im­porte quoi! lance la nou­velle ma­riée. On n’a rien cen­su­ré. Même les af­faires qui n’avaient pas d’al­lure, on les a gar­dées.»

«Per­sonne ne filme ça d’ha­bi­tude. Tout le monde filme la cé­ré­mo­nie avec une ca­mé­ra vi­déo pro­fes­sion­nelle. Mais le stress avant, je sug­gère à tous les fu­turs ma­riés: «De­man­dez à quel­qu’un de fil­mer les pré­pa­ra­tifs avec son té­lé­phone cel­lu­laire.» C’est plein de beaux sou­ve­nirs.»

Ju­lie Sny­der ne se­ra pas la seule à mon­trer des images de son ma­riage di­manche soir. Quelques-unes des 26 beau­tés, dont Marie-Jo­sée Taille­fer, Abeille Gélinas et Ca­ro­line Néron, par­ta­ge­ront aus­si leurs vi­déos per­son­nelles avec les té­lé­spec­ta­teurs. FACE AUX CRI­TIQUES

Ha­bi­tuée aux cri­tiques, la femme d’af­faires ne s’en fait pas avec ceux qui per­çoivent cette émis­sion spé­ciale du Ban­quier comme la goutte d’eau qui fait dé­bor­der le vase d’hy­per mé­dia­ti­sa­tion du ma­riage Sny­derPé­la­deau.

«On n’était quand même pas pour al­ler se ma­rier à Las Ve­gas dans une cha­pelle dé­gui­sés en El­vis! s’ex­clame-t-elle en riant. Je ne fais pas les choses pour ce que les gens vont pen­ser ou ne vont pas pen­ser. Si je m'étais fiée aux cri­tiques en 2003, j’au­rais ar­rê­té Star Aca

dé­mie après deux se­maines.» «Je ne sauve pas de vie, je n’ai pas in­ven­té le vac­cin contre le si­da, mais je sais que la té­lé, c’est une amie qui nous ac­com­pagne quand on passe de mau­vais mo­ments, quand on est triste, quand on est fa­ti­gué ou qu’on a juste en­vie d’être di­ver­ti», ajoute-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.