SE LAN­CER DANS LE VIDE

Après 20 ans au sein des Grandes Gueules, Ma­rio Tes­sier a dé­ci­dé qu’il était temps de sor­tir son pre­mier one man show. C’est ain­si qu’à 44 ans, il se lance dans le vide, seul comme un grand. «J’ai vrai­ment l’im­pres­sion d’amor­cer une deuxième car­rière », d

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin RA­PHAEL.GEN­DRON-MAR­TIN@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Ma­rio Tes­sier au­rait pu em­prun­ter la voie de la fa­ci­li­té, pour son pre­mier spec­tacle en so­lo. Mais au lieu de se ser­vir sim­ple­ment de ses cé­lèbres per­son­nages ra­dio­pho­niques connus du pu­blic, l’hu­mo­riste et ani­ma­teur a vou­lu op­ter pour plus de pro­fon­deur.

«Je ne vou­lais pas que les gens se disent que c’était un spec­tacle des Grandes Gueules sans Jo­sé (Gau­det), men­tion­net-il. Je vou­lais al­ler ailleurs. Il y a en­vi­ron 50 shows d’hu­mour en ce mo­ment. Si tu veux es­pé­rer être un peu dif­fé­rent, la seule fa­çon d’être ori­gi­nal, c’est d’être 100% ce que je suis dans la vie.»

SERGE POS­TI­GO ET BILLY CRYS­TAL

Parce qu’il vou­lait faire rire mais aus­si tou­cher, Ma­rio Tes­sier a fait ap­pel à un met­teur en scène ca­pable de ma­rier hu­mour et théâtre: Serge Pos­ti­go. «La pre­mière fois que j’ai ani­mé le ga­la Ar­tis, c’était lui qui fai­sait la mise en scène et j’ai ca­po­té, dit-il. On s’était pro­mis qu’on re­tra­vaille­rait en­semble. Serge, pour moi, c’est un des plus grands créa­teurs qu’on a au Qué­bec. Il est du ca­libre à (Do­mi­nic) Cham­pagne, (Ro­bert) Le­page. Il est vrai­ment brillant. Des fois, tu te trouves niai­seux de tra­vailler avec lui. Il est bon dans tout. C’est un genre de Gre­go­ry blanc!»

C’est lors d’un voyage à New York, il y a cinq ou six ans, que Ma­rio Tes­sier a eu le dé­clic du genre de spec­tacle qu’il vou­lait faire. «Je suis al­lé voir le show de Billy Crys­tal, 700 Sun­days. C’est un des meilleurs shows que j’ai vus dans ma vie. J’ai ri, j’ai été tou­ché, j’ai pleu­ré. Ça m’a bou­le­ver­sé et rem­pli de bon­heur. Je me suis dit que si j’avais la chance de faire un spec­tacle so­lo, j’ai­me­rais que ce soit dans cet es­prit-là. Je vou­lais que ce soit une ex­pé­rience.»

UN «ROAD MO­VIE» DANS SA TÊTE

Son spec­tacle, Seul comme un grand, il le dé­crit ain­si comme un «road mo­vie» dans le­quel il em­mène les spec­ta­teurs dans sa tête. «Je ra­conte ma vie. J’ai 44 ans. J’ai en­le­vé les bouts plates. Il reste deux heures! (rires) Je parle des gens qui ont meu­blé ma vie.»

Dans ces per­son­nages du spec­tacle, Ma­rio Tes­sier parle abon­dam­ment de son père. «C’était un fou! Il avait des idées de gran­deur. Des bons­hommes comme mon père, il y en avait 1000. Il y a des gens de cette gé­né­ra­tion qui réus­sis­saient et à qui tout était pos­sible.»

Qu’a fait son père, dans le pas­sé? «Il a eu l’une des pre­mières dis­co­thèques à Mon­tréal, dit Ma­rio. Après un voyage à New York, il avait dé­ci­dé d’ou­vrir une dis­co­thèque en fai­sant ins­tal­ler un plan­cher de danse dans une ta­verne. Il a aus­si ache­té un cam­ping sans le dire à ma mère et il a ache­té un lot de terre pour y faire un dé­ve­lop­pe­ment. Qu’a-t-il pris pour les noms de rue? Les gens qui traî­naient dans sa vie. Eh oui, il y a une rue Ma­rio!»

RE­COM­MEN­CER À ZÉ­RO

Vi­suel­le­ment, l’hu­mo­riste a vou­lu avoir des pro­jec­tions qui montrent cha­cune de ses his­toires. La mu­sique est aus­si très

pré­sente tout au long du spec­tacle. «Je veux que les chan­sons amènent les gens dans un en­droit et un mo­ment pré­cis.»

Même s’il in­dique avoir ado­ré ses 20 an­nées avec les Grandes Gueules («je dois ma car­rière à ça»), Ma­rio Tes­sier men­tionne être heu­reux que le pu­blic dé­couvre en­fin qui il est, dans ce spec­tacle. «Les gens se rendent compte que je suis ca­pable de dire des niai­se­ries, mais je peux aus­si faire autre chose.»

A-t-il l’im­pres­sion de se lan­cer dans le vide avec ce nou­veau dé­fi? «Un peu. Je me sens comme si je re­com­mence à zé­ro. J’y vais all in avec une nou­velle pro­po­si­tion. C’est vrai­ment dif­fé­rent. Ce n’est pas une tran­si­tion.» Ma­rio Tes­sier se pro­duit ce soir à la salle Al­bert-Rous­seau. D’autres re­pré­sen­ta­tions y sont pré­vues en dé­cembre. Pour toutes les dates de sa tour­née: ma­rio­tes­sier.ca

« LES GENS SE RENDENT COMPTENT QUE JE SUIS CA­PABLE DE DIRE DES NIAI­SE­RIES, MAIS JE PEUX AUS­SI FAIRE AUTRE CHOSE »

À 44 ans, Ma­rio Tes­sier pro­pose son pre­mier one man show. Il est pho­to­gra­phié ici sur le toit

de l’hô­tel Place d’Armes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.