PRENDRE DES RISQUES

Plus souvent qu’au­tre­ment, les stars de la pop pré­fèrent s’en re­mettre à la re­cette qui leur a per­mis de vendre des mil­lions de disques lors­qu’ils en­re­gistrent un nou­vel al­bum. La peur de perdre des fans pèse lourd. Avec l’ex­pé­ri­men­tal An­ti, son hui­tième

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Cé­dric Bé­lan­ger ce­dric.be­lan­ger@que­be­cor­me­dia.com

«Ri­han­na sans les hits», ti­trait pour­tant l’in­fluent The Te­le­graph, fin jan­vier, quand la chan­teuse a lan­cé sans aver­tis­se­ment un nou­vel al­bum qui a lais­sé plus d’un cri­tique mu­si­cal per­plexe.

Si tous louan­geaient la prise de risques de Ri­han­na, plu­sieurs met­taient en doute la via­bi­li­té com­mer­ciale d’un al­bum sans tube ca­pable de faire ex­plo­ser un plan­cher de danse ou de ter­mi­ner la jour­née au som­met d’un 6 à 6 à la ra­dio pen­dant plu­sieurs se­maines consé­cu­tives. Um­brel­la, où es-tu?

ELLE EN AVAIT MARRE

En en­tre­vue, la prin­ci­pale in­té­res­sée n’a pas ca­ché qu’elle en avait marre de re­faire tou­jours la même chose.

«Il s’est pas­sé tel­le­ment de temps entre mes deux der­niers al­bums que je vou­lais que la mu­sique cor­res­ponde à mon évo­lu­tion. Je ne vou­lais pas être pri­son­nière de quelque chose que le monde aime, les ra­dios aiment, que j’aime et que j’avais dé­jà en­ten­du. Je vou­lais sim­ple­ment être moi-même.» ( Vogue, mars 2016).

Le flair de Ri­han­na ne l’a pas trom­pé. En­core une fois, le suc­cès com­mer­cial a été au ren­dez­vous. Même si son com­man­di­taire Sam­sung en a don­né un mil­lion gra­tui­te­ment à sa sor­tie, An­ti a tout de même été ven­du à plus de 280 000 exem­plaires et trô­nait en pre­mière po­si­tion du Bill­board 200 pas plus tard qu’il y a deux se­maines. Le single Work, col­la­bo­ra­tion avec le rap­peur ca­na­dien Drake, était pour sa part en tête d’à peu près tous les pal­ma­rès de mu­sique ur­baine.

LES CHE­VEUX COURTS

Ce n’est pas la pre­mière fois que Ri­han­na jette ain­si les dés à la sor­tie d’un al­bum. Une anec­dote ca­pillaire re­mon­tant à la pa­ru­tion de

Good Girl Gone Bad, en 2007, dé­montre à mer­veille comment l’en­fant ter­rible de la pop aime faire les choses à sa fa­çon. La veille de la séance de pho­tos de­vant ser­vir à illus­trer la po­chette, la star a tout bon­ne­ment dé­ci­dé de se faire cou­per les che­veux.

«Nous avons en­voyé les images au la­bel. Leur ré­ac­tion a été: «C’est beau­coup trop au­da­cieux, qu’est-ce qu’on va faire avec ces images, on ne peut pas les uti­li­ser.» Mais la séance était com­plé­tée et il n’était pas ques­tion de re­com­men­cer. Je de­vais me re­bel­ler et faire les choses à ma fa­çon.» ( NME, sep­tembre 2015)

«CE GENRE DE FILLE...»

Mal­heu­reu­se­ment, tous les risques pris par Ri­han­na au fil des ans n’ont pas été payants. Prin­ci­pa­le­ment sur le plan per­son­nel.

En jan­vier 2013, Ri­han­na a ré­vé­lé qu’elle avait re­noué avec Ch­ris Brown. La nou­velle avait se­coué ses fans puisque Brown, star du R&B, avait été trou­vé cou­pable d’avoir frap­pé Ri­han­na, en 2009, après un épi­sode de vio­lence conju­gale.

Les re­trou­vailles n’ont fi­na­le­ment pas fait long feu.

«J’étais ce genre de fille. La fille qui pen­sait que même si cette re­la­tion était dou­lou­reuse, peut-être que cer­taines per­sonnes sont faites plus fortes que d’autres. Peut-être que je suis une de ces per­sonnes qui peut en­du­rer ce genre de merde. Peut-être que je suis l’ange gar­dien de cette per­sonne, qui est là quand elle n’est pas as­sez forte, quand elle ne com­prend pas le monde, quand elle a juste be­soin de quel­qu’un pour l’en­cou­ra­ger de fa­çon po­si­tive. (...) J’ai cru que je pou­vais le chan­ger. J’étais très pro­tec­trice. Mais après, tu réa­lises que dans ce genre de si­tua­tion, tu es l’en­ne­mie.» ( Va­ni­ty Fair, no­vembre 2015).

Ri­han­na au­ra au moins eu le bon ju­ge­ment de mettre un terme à sa re­la­tion avec Brown avant que ça ne dé­gé­nère de nou­veau.

La tour­née An­ti s’amène au Qué­bec cette se­maine. Ri­han­na se­ra d’abord au Centre Vi­déo­tron, à Qué­bec, le 5 avril. On la ver­ra en­suite deux soirs consé­cu­tifs, les 6 et 7, au Centre Bell de Mon­tréal. Le rap­peur Tra­vis Scott se char­ge­ra des pre­mières par­ties pour chaque soi­rée.

RI­HAN­NA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.