LA MÉ­TA­MOR­PHOSE DE ME­LIS­SA Mc­CAR­THY

De­vant la ca­mé­ra de son ma­ri, Ben Fal­cone, Me­lis­sa Mc­Car­thy se trans­forme en Mi­chelle Dar­nell, femme d’af­faires en­voyée en pri­son pour dé­lit d’ini­tié. À sa sor­tie, elle tente de re­bâ­tir son em­pire, ce qui ne fait pas l’af­faire de ses nom­breux en­ne­mis.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

L’idée de cette co­mé­die lou­foque est née il y a une quin­zaine d’an­nées alors que Me­lis­sa Mc­Car­thy, Ben Fal­cone et Steve Mal­lo­ry (les scé­na­ristes du film) of­fi­ciaient comme hu­mo­ristes sur la scène de The Ground­lings, un club de Los An­geles. C’est fi­na­le­ment en 2007 que le trio a com­men­cé à plan­cher sé­rieu­se­ment sur un long mé­trage ti­ré des sketches de Me­lis­sa Mc­Car­thy sur Mi­chelle Dar­nell.

En sor­tant de pri­son, Mi­chelle n’a plus d’ar­gent, plus d’amis et nulle part où al­ler. Elle fi­nit chez son an­cienne as­sis­tante Claire (Kris­ten Bell) et sa fille Ra­chel (El­la An­der­son), qui ac­cepte de l’hé­ber­ger mo­men­ta­né­ment. La femme d’af­faires, vé­ri­table re­quin de la fi­nance et qui ne s’em­bar­rasse pas de mo­rale, a comme idée de mon­ter un em­pire de brow­nies au cho­co­lat – à la ma­nière des scouts -, mais pas bé­né­vo­le­ment. Elle ne re­cule de­vant rien pour se his­ser à nou­veau au som­met. En pa­ral­lèle, son an­cien col­lègue et amant, Re­nault (Pe­ter Dink­lage), ob­nu­bi­lé au­tant par l’ar­gent que par Mi­chelle, lui mène la vie dure, tout comme Ida (Ka­thy Bates), son an­cienne men­tore.

DES FEMMES FORTES

Toute co­mé­die bien fi­ce­lée – sur­tout une qui pré­sente un per­son­nage aus­si dé­tes­table que Mi­chelle – doit avoir une mo­rale, et c’est Claire et sa fille Ra­chel qui la four­nissent. Comme l’a in­di­qué Ben Fal­cone: «Je vois La pa­tronne comme une his­toire d’amour entre Mi­chelle, Claire et Ra­chel qui se dé­ve­loppe au fur et à me­sure que cette fa­mille non conven­tion­nelle se consti­tue. C’est fait d’une ma­nière très in­ha­bi­tuelle, l’exu­bé­rance de Mi­chelle met­tant sens des­sus des­sous le monde de Claire et Ra­chel. Mais au­cune d’entre elles ne pour­rait y ar­ri­ver sans l’autre, donc c’est une dy­na­mique très in­té­res­sante.»

Car le sens mo­ral de Claire n’est pas du tout le même que ce­lui de Mi­chelle et l’an­cienne as­sis­tante fi­nit par dé­teindre sur la femme d’af­faires. «Me­lis­sa a in­ven­té ce per­son­nage de femme forte qui a tout ce qu’elle peut dé­si­rer et elle a ajou­té à cette his­toire prin­ci­pale un deuxième per­son­nage, une autre femme, en pre­nant soin de créer une re­la­tion ami­cale très forte entre les deux», de sou­li­gner Kris­ten Bell, qui n’a pas ré­sis­té à la ten­ta­tion de tra­vailler avec Me­lis­sa Mc­Car­thy et Ben Fal­cone. Ka­thy Bates, qui avait dé­jà tra­vaillé avec le couple dans Tam­my, a ex­pli­qué les rai­sons de son en­thou­siasme. «Je ne pou­vais tout sim­ple­ment pas dire non à un rôle comme ce­lui-ci. J’ai ap­pris à faire confiance à Ben et Me­lis­sa et à ne pas me prendre trop au sé­rieux avec eux. Ida est l’une des femmes les plus riches du monde et elle est vrai­ment mé­chante. Tout ce qui l’in­té­resse, c’est l’ar­gent, ce qui vient avec un cer­tain nombre de consé­quences, dont sa so­li­tude.»

LE DÉ­LIRE

Non seule­ment l’his­toire de La pa­tronne est ou­tran­cière, mais le per­son­nage de Mi­chelle est une vé­ri­table ca­ri­ca­ture. Pour se mettre dans la peau de cette femme hau­te­ment co­mique – mais qui se prend très au sé­rieux – Me­lis­sa Mc­Car­thy s’est com­plè­te­ment trans­for­mée.

«J’ai tou­jours pen­sé que le ma­quillage et les coif­fures de Mi­chelle étaient la base de l’illu­sion. Ce­la fait par­tie de l’image d’el­le­même qu’elle pro­jette aux autres. En fait, c’est une ar­mure pro­tec­trice qui cache qui elle est vrai­ment», a ex­pli­qué Me­lis­sa Mc­Car­thy.

L’ac­trice a fait ap­pel à deux col­la­bo­ra­trices de longue date, Lin­da Flo­wers et Kate Shor­ter pour s’oc­cu­per des per­ruques et de son ma­quillage. La pre­mière, qui fi­gure au gé­né­rique de «Hun­ger Games», a ima­gi­né une per­ruque d’un rouge flam­boyant avec des re­flets cou­leur miel. Quant à la se­conde, elle a ad­mis s’être ins­pi­rée d’Oprah Win­frey afin de réus­sir le ma­quillage.

Les vê­te­ments que porte Me­lis­sa Mc­Car­thy sont tout aus­si fous. La cos­tu­mière Wen­dy Chuck ( Tam­my) a été em­bau­chée pour par­faire le look de la pro­ta­go­niste. Me­lis­sa Mc­Car­thy lui ayant si­gna­lé que Mi­chelle por­tait tou­jours des cols rou­lés, Wen­dy Chuck a alors ima­gi­né une ver­sion mo­derne – mais tout aus­si re­dou­table – de Joan Col­lins dans

Dy­nas­ty. Ré­sul­tat, les tons do­rés et les épau­lettes sont à l’hon­neur!

La pa­tronne fe­ra rire les ci­né­philes à comp­ter du 8 avril.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.