LE CIRQUE

PLONGE DANS LA CULTURE MEXI­CAINE

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - Ra­phaël Gendron-Mar­tin Le Jour­nal de Mon­tréal ra­phael.gendron-mar­tin@ que­be­cor­me­dia.com

C’est du­rant les pre­mières re­pré­sen­ta­tions de Joyà, à l’au­tomne 2014, que l’équipe du Cirque du So­leil a eu le flash pour son pro­chain spec­tacle sous cha­pi­teau. Le nom de

Luzia pro­vient des mots es­pa­gnols «luz» (lu­mière) et «llu­via» (pluie).

«Du­rant notre pé­riode de spec­tacles là-bas, j’ai vrai­ment dé­cou­vert le Mexique, dit Jean-Fran­çois Bou­chard, guide créa­tif du Cirque du So­leil. Un peu comme tout le monde, je connais­sais le Mexique pour y être al­lé en va­cances, mais le fait d’y faire de la re­cherche et d’al­ler plus à fond dans la culture, ça de­ve­nait un monde tel­le­ment ma­gique et avec énor­mé­ment de conte­nu où l’on pou­vait par­tir dans un rêve.»

Le Cirque s’était dé­jà plon­gé dans la culture d’un autre pays, le Bré­sil, avec OVO. Et cette fois-ci, avec le Mexique, Jean-Fran­çois Bou­chard in­dique qu’il pour­rait faire «deux, trois ou même quatre autres spec­tacles sur ce pays, tant sa vé­gé­ta­tion, sa culture, ses cos­tumes et ses ori­gines sont ins­pi­rants.»

Ra­pi­de­ment dans le pro­ces­sus, Jean- Fran­çois Bou­chard a de­man­dé à l’équipe de concep­tion d’in­té­grer un nou­vel élé­ment au spec­tacle sous cha­pi­teau: l’eau.

NOU­VEL ÉLÉ­MENT: L’EAU

«Pour moi, l’eau, c’est le Mexique. Quand j’y suis al­lé, il y avait par­fois des pluies tor­ren­tielles en plein mi­lieu de la jour­née. C’était ma­gni­fique. Là-bas, il y a une ap­proche de l’eau com­plè­te­ment dif­fé­rente. C’était l’une de mes de­mandes dès le dé­part. L’équipe tech­nique a fait quelque chose d’ab­so­lu­ment in­croyable. Il fal­lait être en­vi­ron­ne­men­tal, alors toute l’eau est ré­cu­pé­rée. Ils ont fait un bas­sin de ré­cu­pé­ra­tion à par­tir d’an­ciens bas­sins qu’on uti­li­sait pour du lait de vache. Ils ont bri­co­lé pro­fes­sion­nel­le­ment une ma­chine in­croyable.»

Un autre as­pect que l’on re­marque ra­pi­de­ment au dé­but de Luzia est sa scène cir­cu­laire tour­nante. Pour le scé­no­graphe Eu­ge­nio Ca­bal­le­ro, ce dis­po­si­tif n’était pas sans rap­pe­ler le monde du cinéma, où il a sou­vent tra­vaillé.

«En tant que ci­néaste, j’ai ten­dance à dé­pla­cer la ca­mé­ra, dit-il. Comme on ne peut pas le faire pour un spec­tacle, nous avons dé­ci­dé de faire bou­ger la scène. Nous avons alors une pers­pec­tive dif­fé­rente. Cha­cun des spec­ta- teurs a la chance d’avoir le bon angle à un cer­tain mo­ment.»

ÉVI­TER LES CLI­CHÉS

En créant un nou­veau spec­tacle sur le Mexique, l’équipe du Cirque du So­leil s’est at­te­lée à ne pas pui­ser dans les cli­chés ha­bi­tuels de ce pays.

«La te­qui­la et les som­bre­ros, c’est le fun, mais on a vou­lu al­ler ailleurs, dit Jean-Fran­çois Bou­chard. C’est toute la culture mexi­caine qui nous in­té­resse, pas les cli­chés.»

«C’était su­per im­por­tant pour nous de ne pas al­ler vers les cli­chés, ren­ché­rit Pa­tri­cia Ruel, di­rec­trice de la créa­tion. Oui, on fait un voyage à tra­vers le Mexique, mais il ne faut pas être di­dac­tique non plus. On veut que ce soit un spec­tacle d’im­pres­sion. On voyage avec les yeux, avec le coeur. On veut que les gens res­sentent cer­taines émo­tions. Le Mexique, c’est la cha­leur, les cou­leurs, les odeurs, la mer, la pluie qui tombe fort. On vou­lait ra­con­ter le Mexique d’une fa­çon sen­so­rielle et non di­dac­tique.»

Luzia se­ra pré­sen­té sous le Grand Cha­pi­teau, au Vieux-Port de Mon­tréal, dès le 21 avril.

Fort du suc­cès que connaît pré­sen­te­ment son spec­tacle Joyà, à Ri­vie­ra Maya, au Mexique, le Cirque du So­leil a dé­ci­dé de pour­suivre l’aven­ture mexi­caine avec son nou­veau spec­tacle sous cha­pi­teau: Luzia. Le Jour­nal a ren­con­tré quelques-uns des ar­ti­sans de cette 38e créa­tion du Cirque.

Nu­mé­ro de la Roue Cyr. LUZIA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.