CONQUERIR LE QUE­BEC

AP­PRENDRE LE FRAN­ÇAIS POUR

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS - San­dra Go­din Le Jour­nal de Qué­bec Dean Bro­dy se­ra en spec­tacle au Théâtre Co­ro­na, à Mon­tréal, le 4 mai.

Après un im­por­tant li­tige avec sa mai­son de disques à Na­sh­ville, où il a ha­bi­té pen­dant six ans, le chan­teur coun­try Dean Bro­dy a été contraint de quit­ter les ÉtatsU­nis. Ca­na­dien d’ori­gine, il a mis le cap vers la Nou­velle-Écosse avec sa pe­tite fa­mille. Ga­gnant de l’al­bum coun­try de l’an­née aux der­niers Ju­no, il sou­haite main­te­nant ap­prendre le fran­çais afin de conqué­rir les Qué­bé­cois.

Dean Bro­dy se­ra en spec­tacle le 4 mai au Théâtre Co­ro­na, à Mon­tréal. Il en se­ra seule­ment à sa troi­sième pré­sence sur une scène du Qué­bec. Le Jour­nal l’a ren­con­tré il y a deux se­maines, quelques mi­nutes avant qu’il monte sur scène avec Yoan, au Centre Vi­déo­tron.

Il a ac­cep­té l’in­vi­ta­tion du chan­teur pour une rai­son bien simple. «Je veux me faire connaître au Qué­bec. Je tra­vaille sur mon fran­çais en ce mo­ment. Pour l’ins­tant, c’est ter­rible, mais je tra­vaille fort», dit-il en riant, cha­peau de cow­boy vis­sé sur la tête.

«Ma femme et moi avons voya­gé en France éga­le­ment et on veut être ca­pables de par­ler cette langue. Je tente d’écrire une chan­son en fran­çais aus­si, sans que ce soit un dé­sastre. Je suis cer­tain qu’il y a une place pour le coun­try en fran­çais», sou­ligne-t-il.

Lors de notre en­tre­tien, Dean Bro­dy re­ve­nait de la cé­ré­mo­nie des Ju­no, où il a rem­por­té pour la deuxième fois le prix de l’al­bum coun­try de l’an­née pour Gyp­sy Road.

«Mon coeur bat­tait 1000 fois par se­conde, je crois. J’es­sayais de gar­der mon sang­froid de­vant les gens. Quand je suis sor­ti de scène, j’ai ren­con­tré Bryan Adams pour la pre­mière fois. Il m’a ser­ré la main et m’a dit que je fai­sais du bon travail. Pour moi, ça, c’était très gros. Je suis un grand fan.»

COM­PÉ­TI­TIF AVEC LUI-MÊME

Son com­parse Brett Kis­sel, qui mon­tait aus­si sur scène avec Yoan au Centre Vi­déo­tron, était en lice dans la même ca­té­go­rie. Y a-t-il de la com­pé­ti­tion dans ce mi­lieu où les ar­tistes se bous­culent pour per­cer à Na­sh­ville?

«Je ne pense pas. Peut-être que pour cer­taines per­sonnes, oui. Dans mon cas, je suis com­pé­ti­tif avec moi-même. J’es­saie tou­jours de faire mieux que la fois d’avant et de faire de mon mieux. Je ne pense vrai­ment pas à la com­pé­ti­tion avec d’autres ar­tistes.»

RE­POUS­SER LES LI­MITES

Après le suc­cès de Gyp­sy Road, Dean Bro­dy lan­ce­ra son sixième al­bum en oc­tobre. Il le fi­na­li­se­ra d’ailleurs pro­chai­ne­ment, lors d’un sé­jour à Na­sh­ville.

«Ce se­ra un mé­lange de mu­sique coun­try tra­di­tion­nelle, mais pro­gres­sive à la fois. On veut re­pous­ser les li­mites avec dif­fé­rents types d’ins­tru­ments pour faire du coun­try, comme uti­li­ser du ma­té­riel élec­tro­nique au­tant que des ins­tru­ments acous­tiques.

«Je pense qu’il faut es­sayer de nou­velles choses. Mais je pense que mes pa­roles cé­lèbrent en­core le style de vie coun­try.»

DEAN BRO­DY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.