D’ES­PION À SU­PER-HÉ­ROS

Le Journal de Quebec - Weekend - - FESTIVENT - Ma­lik Co­che­rel

Pour la nou­velle sé­rie de su­per hé­ros Le­gends of To­mor­row, l’ac­teur ca­na­dien a dû se mettre aux voyages dans le temps. Mais comme il l’a as­su­ré au Jour­nal: pas ques­tion pour lui de re­ve­nir sur le pas­sé en don­nant une suite à Alias, 10 ans après l’ar­rêt de la sé­rie qui l’a ré­vé­lé au grand pu­blic!

Vic­tor Gar­ber a été le pre­mier sur­pris quand on lui a pro­po­sé le rôle du Pro­fes­seur Martin Stein, le brillant scien­ti­fique qui a fait une pre­mière ap­pa­ri­tion dans Flash, avant de de­ve­nir l’un des per­son­nages prin­ci­paux de Le­gends of To­mor­row. «Je n’ai ja­mais lu au­cun co­mic books de ma vie. Et je n’ai ja­mais eu au­cun in­té­rêt pour les su­per-hé­ros», a-t-il avoué en en­tre­vue avec Le Jour­nal. «Je n’avais ja­mais en­ten­du par­ler des su­per-hé­ros de la sé­rie, Fi­res­torm, The Atom, Rip Hun­ter... Mais quand Greg Ber­lan­ti (le créa­teur de Flash et Le­gends of To­mor­row) m’a ap­pe­lé pour le rôle de Martin, j’ai tout de suite ac­cep­té parce que ça me don­nait l’op­por­tu­ni­té de faire quelque chose que je n’avais ja­mais fait au­pa­ra­vant.»

DEUX EN UN

Dans la sé­rie ins­pi­rée par les per­son­nages de DC Co­mics, le Pro­fes­seur Stein est l’une des deux «en­ti­tés» com­po­sant Fi­res­torm, l’homme nucléaire. Ce der­nier n’est pas un su­per-hé­ros comme les autres, puis­qu’il est consi­tu­té de deux per­son­nages dont les corps et les es­prits ont fu­sion­né suite à une ex­plo­sion nucléaire: Martin Stein donc, et le jeune Jef­fer­son Jack­son (joué par Franz Dra­meh). Pour le reste, Fi­res­torm fait par­tie d’un groupe de hé­ros et de vi­lains ras­sem­blés au­tour de Rip Hun­ter (Ar­thur Dar­vill). Ce pe­tit es­croc ca­pable de voya­ger dans le temps est re­mon­té 150 ans dans le pas­sé pour for­mer cette gang hé­té­ro­clite et faire face à un ty­ran immortel qui me­nace de plon­ger le monde dans le chaos.

«Ce que j’aime de mon per­son­nage, c’est qu’il veut faire du monde un en­droit meilleur. Je trouve ça très tou­chant et ins­pi­rant», a confié Vic­tor Gar­ber qui a, en re­vanche, eu plus de dif­fi­cul­tés à as­si­mi­ler toutes ces his­toires de voyages spa­tio-tem­po­rels. «J’ar­rive à mé­mo­ri­ser mon texte, mais sou­vent, je me tourne vers Ar­thur (Dar­vill) pour lui dire: “Mais qu’est-ce que je suis en train de ra­con­ter?” Per­son­nel­le­ment, si je pou­vais voya­ger dans le temps, je ne le fe­rais pas! Je pré­fère lar­ge­ment me plon­ger dans un livre de Charles Di­ckens. C’est ma fa­çon à moi de voya­ger dans le temps!»

En plus de 40 ans de car­rière, l’ac­teur ca­na­dien âgé de 67 ans a tou­ché à un peu tous les rôles, au pe­tit comme au grand écran. Il a été le meilleur ami de Tom Hanks dans La ma­gie du des­tin, l’ar­chi­tecte du Ti­ta­nic dans le film aux 11 Os­cars de James Ca­me­ron, le pro­fes­seur de Reese Wi­thers­poon dans Blonde et lé­gale, et plus ré­cem­ment en­core le su­pé­rieur hié­rar­chique d’Emi­ly Blunt dans le Si­ca­rio de De­nis Villeneuve. «En tant qu’ac­teur, mon but a tou­jours été d’évi­ter qu’on m’en­ferme dans un cer­tain type de rôle uni­que­ment, et j’ai été chan­ceux de pouvoir échap­per à ça, même si ça m’a de­man­dé beau­coup de tra­vail», a-t-il ex­pli­qué.

DE PÈRE EN FILLE

Mais s’il y a un rôle plus qu’un autre qui a mar­qué la car­rière de Vic­tor Gar­ber à la té­lé, c’est bien sûr ce­lui de Jack Bris­tow, le papa es­pion de Jen­ni­fer Gar­ner dans Alias. Dix ans après l’ar­rêt de la sé­rie de J. J. Abrams, l’ac­teur est res­té très proche de sa par­te­naire à l’écran. Au point d’en­vi­sa­ger un éven­tuel re­tour, à la ma­nière des agents Scul­ly et Mul­der, autre cé­lèbre duo du pe­tit écran? Pas vrai­ment. «C’est du pas­sé, même si ces cinq an­nées d’Alias (de 2001 à 2006) ont été par­faites et si j’en garde un ex­cellent sou­ve­nir», a confié Vic­tor Gar­ber. «Il y a quelques se­maines, on en ri­go­lait en­core avec Jen­ni­fer. Elle m’a long­temps ap­pe­lé «spy dad­dy». Mais au­jourd’hui, ce se­rait plu­tôt «spy pap­py»! C’est sûr que j’ai­me­rais re­tra­vailler sur autre chose avec Jen­ni­fer. Mais je ne pense pas qu’on nous ver­rait au­tre­ment que comme un père et une fille, en­core au­jourd’hui.»

Le­gends of To­mor­row se­ra pro­chai­ne­ment pro­po­sé en V.F. sur Club illico.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.