COM­PLI­CI­TÉ RE­TROU­VÉE

«Louis-Jo­sé Houde pour­rait être mon fils, a dé­cla­ré l’ac­teur Mi­chel Cô­té lorsque nous nous sommes en­tre­te­nus avec lui dans les jours pré­cé­dant le dé­but du tour­nage du film De père en flic 2, qui a lieu en ce mo­ment même. Je l’aime beau­coup, en fait. Il a

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Vanessa Gui­mond Le Jour­nal de Mon­tréal vanessa.gui­mond@que­be­cor­me­dia.com De père en flic 2 pren­dra l’af­fiche l’été pro­chain.

Après avoir in­fil­tré une thé­ra­pie pour les pères et les fils dans le pre­mier film, pa­ru en 2009, les po­li­ciers Marc et Jacques La­roche (Louis-Jo­sé Houde et Mi­chel Cô­té) ten­te­ront cette fois-ci de se gref­fer à une thé­ra­pie de couples en mi­lieu clos afin de se rap­pro­cher d’un lieu­te­nant de la ma­fia (Pa­trice Ro­bi­taille).

«Lorsque Louis-Jo­sé et Mi­chel sont en­semble, il y a vrai­ment quelque chose qui se passe. Ç’a l’air niai­seux à dire, comme ça, mais ils sont vrai­ment drôles, a pour sa part sou­li­gné le réa­li­sa­teur et cos­cé­na­riste Émile Gau­dreault, à qui l’on doit éga­le­ment le pre­mier vo­let de cette co­mé­die. Ils se res­semblent, d’une cer­taine fa­çon. Je ne sais pas exac­te­ment ce que c’est, si c’est leur âme d’en­fant ou autre chose, mais il y a quelque chose qui les unit. Au ni­veau de la co­mé­die, ils sont com­plè­te­ment dif­fé­rents, mais ça marche. Ils se nour­rissent l’un et l’autre. Ça fa­ci­lite beau­coup ma vie.»

TRA­VAIL D’ÉQUIPE

Avant de se lan­cer dans le tour­nage du film, le 1er août, le réa­li­sa­teur et son équipe ont in­vi­té ses prin­ci­paux ac­teurs à prendre part à des séances de lec­ture. Ain­si, sur une pé­riode de deux mois, ces der­niers ont eu la chance de dis­cu­ter de leurs per­son­nages, mais aus­si de l’en­semble du scé­na­rio.

«Émile est for­mi­dable. Il aime tra­vailler en équipe et ça, ça l’ho­nore, a af­fir­mé Mi­chel Cô­té. Il veut que nous soyons im­pli- qués dans la der­nière étape de créa­tion. En nous de­man­dant de jouer le texte, il est ca­pable de voir si ça cor­res­pond exac­te­ment à ce qu’il sou­hai­tait dire. Si nous trou­vons quelque chose de meilleur, nous chan­geons nos lignes, c’est tout. Ça amé­liore le pro­duit, en fait.»

«C’est la pre­mière fois que je tra­vaille avec Émile et je suis vrai­ment im­pres­sion­née, a pour sa part dé­cla­ré Karine Va­nasse, qui in­car­ne­ra Alice, la nou­velle blonde de Marc, dans le film. Ce qui est beau, là-de­dans, c’est qu’il fait tout pour que le film soit le meilleur pos­sible. C’est l’exemple par­fait du réa­li­sa­teur qui est ou­vert à toutes les idées. Après, il les fait siennes, bien sûr, mais tou­jours dans le meilleur in­té­rêt du film. C’est un bel exemple de tra­vail en équipe. Je suis contente de tra­vailler dans ce type d’en­vi­ron­ne­ment.»

DU SÉ­RIEUX

Même s’il peut comp­ter sur une distribution du ton­nerre (Ju­lie Le Bre­ton, Hé­lène Bour­geois-Le­clerc, So­nia Va­chon, Yves Jacques, Diane Laval­lée, Ma­ria­na Maz­za, Meh­di Bou­sai­dan, Ma­thieu Quesnel et Syl­vie Pot­vin, entre autres), le ré- ali­sa­teur est cons­cient des dé­fis as­so­ciés à la créa­tion d’une suite. Rap­pe­lons que le pre­mier film avait ré­col­té des re­cettes de 10,5 mil­lions de dol­lars au box-of­fice, à sa sor­tie.

«Ce n’est pas simple, car il faut se battre contre le sou­ve­nir qu’ont les gens du pre­mier film, a-t-il ex­pli­qué. Nous ne sommes pas com­plai­sants du tout. Nous tra­vaillons vrai­ment très fort sur le scé­na­rio pour le rendre le plus per­ti­nent et le plus tou­chant pos­sible. Il ne fau­drait sur­tout pas s’as­seoir sur le suc­cès du pre­mier film. Au contraire.»

«La co­mé­die, on ne le ré­pé­te­ra ja­mais as­sez, c’est une bu­si­ness très sé­rieuse, a af­fir­mé Mi­chel Cô­té. En co­mé­die, il faut être pré­pa­ré. Je dis tou­jours que dans un drame, si un gar­çon de trois ans se fait don­ner une vo­lée par son grand-père, tu es cer­tain que tu vas tou­cher tout le monde. En co­mé­die, lors­qu’il y a un gag, tu ne dé­cides pas de rire ou de ne pas rire. Tu ris spon­ta­né­ment ou tu ne ris pas. C’est très dif­fi­cile. Émile est très cons­cient de ce­la.»

Louis-Jo­sé Houde et Mi­chel Cô­té tournent pré­sen­te­ment la suite du po­pu­laire film De père en flic.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.