UN FILM IM­POR­TANT

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie

The Birth of a Na­tion Film de Nate Par­ker. Avec Nate Par­ker, Ar­mie Ham­mer et Mark Boone Ju­nior.

Ci­né­ma­to­gra­phi­que­ment, The Birth

of a Na­tion est loin du chef-d’oeuvre. Par contre, sur le plan politique et so­cial, cette bio­gra­phie est l’un des films les plus im­por­tants de l’an­née.

Nat Tur­ner (Nate Par­ker, qui a pro­duit, écrit et réa­li­sé le long mé­trage) est l’un des per­son­nages les plus contro­ver­sés de l’his­toire amé­ri­caine. Pré­di­ca­teur noir, es­clave dans une plan­ta­tion de Vir­gi­nie, il a me­né, en 1831, une ré­bel­lion qui a fait entre 55 et 65 morts blancs. Pré­sen­té en ordre chro­no­lo­gique,

The Birth of a Na­tion dé­bute alors que le pe­tit Nat, es­clave dans la plan­ta­tion de la fa­mille Tur­ner, en Vir­gi­nie, ap­prend à lire la Bible, une vo­lon­té de la maî­tresse de mai­son (Pe­ne­lope Ann Miller) qui voit en lui un im­mense po­ten­tiel.

Les an­nées passent et Nat conduit les prêches du di­manche, lors de la messe des es­claves. Il a éga­le­ment l’oc­ca­sion de consta­ter la vio­lence des trai­te­ments ré­ser­vés aux siens. Sa­muel Tur­ner (Ar­mie Ham­mer), son maître, se fait alors pro­po­ser de «louer» les ser­vices de Nat à d’autres plan­teurs afin d’ex­pli­quer aux es­claves à quel point leur condi­tion est une vo­lon­té di­vine. Et plus Nat est té­moin d’in­jus­ti- ces, plus il réa­lise qu’il ne reste qu’une pos­si­bi­li­té, celle d’une ré­volte ar­mée.

Vi­si­ble­ment ins­pi­ré par son su­jet, Nate Par­ker donne de l’es­cla­vage une vi­sion crue, brute, sans cher­cher à mé­na­ger le pu­blic. Les dia­logues sont à cette image, nets, pré­cis et sans fio­ri­tures.

Par­ker, dans la der­nière scène du film, offre une vi­sion pes­si­miste de la condi­tion des Noirs amé­ri­cains – que l’on peut rap­pro­cher de celle qui pré­vaut au­jourd’hui –, leurs droits dé­pen­dant du bon vou­loir des Blancs. Et c’est en ce sens que ce long mé­trage n’est pas une oeuvre d’apai­se­ment.

The Birth of a Na­tion est le constat de l’in­com­pré­hen­sion – de la haine? – qui di­vise ces deux com­mu­nau­tés.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.