INS­PI­RER LE QUO­TI­DIEN

Je­hane Be­noît et Soeur Berthe se sont fait connaître non seule­ment pour leurs ta­lents cu­li­naires, mais aus­si pour leur fa­ci­li­té à trans­mettre les re­cettes du quo­ti­dien et les tech­niques tra­di­tion­nelles de la cui­sine au pe­tit écran. Même chose pour Ju­liett

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Em­ma­nuelle Plante Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

«Je pense que les choses ont chan­gé avec l’Ex­po 67, ré­flé­chit Fran­cis Red­dy, coa­ni­ma­teur et co­con­cep­teur des Gour­mands, un nou­veau ma­ga­zine cu­li­naire du ven­dre­di soir. On a eu la chance d’y dé­gus­ter des mets qu’on n’avait ja­mais man­gés avant. On a com­men­cé à goû­ter la dif­fé­rence, à s’ou­vrir sur le monde, à avoir le dé­sir de voya­ger en man­geant. Je me sou­viens de ma soeur qui dé­bar­quait tou­jours à la mai­son avec un nou­veau fruit, un nou­veau lé­gume de l’épicerie.» «Pe­tit à pe­tit, des émis­sions se sont dé­ve­lop­pées, des ma­ga­zines se sont pu­bliés, on a com­men­cé à consa­crer des sec­tions dans les jour­naux, comme le ca­hier Sa­veurs du Jour­nal de Mon­tréal que j’aime beau­coup. C’est vi­tal, l’im­por­tance que l’on ac­corde à la cui­sine. C’est pas juste une mode. La preuve, la cui­sine est par­tout, de tous les évé­ne­ments, de tous les fes­ti­vals, même au Jazz ou à Juste pour rire.» «L’en­goue­ment pour l’ali­men­taire, les re­cettes, les émis­sions et les blogues de cui­sine est un phé­no­mène uni­ver­sel, ren­ché­rit Jo­sée di Sta­sio, jointe à San Fran­cis­co où elle tourne ac­tuel­le­ment une émis­sion pour sa pro­chaine sai­son. Par­tout, les gens prennent plai­sir à pos­ter leurs as­siettes sur les ré­seaux so­ciaux. On sent une réelle cu­rio­si­té, une fier­té de nos pro­duc­teurs, un dé­sir des jeunes de re­tour­ner à la res­tau­ra­tion.»

DU DÉSEN­GA­GE­MENT AUX « FOO­DIES »

«Dans les an­nées 50, le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture avait du pou­voir. Jus­qu’aux an­nées 70, c’était nor­mal de cui­si­ner, c’était le quo­ti­dien, rap­pelle Fran­cis Red­dy. Puis, on est sor­ti de nos cui­sines. Il y a eu un désen­ga­ge­ment. Là, on vit le re­tour du ba­lan­cier. On s’in­té­resse da­van­tage à la terre, aux as­pects de san­té et de pré­ven­tion. Da­niel Pi­nard (avec Ciel mon Pi

nard dès 1998 à Té­lé-Qué­bec) a amor­cé une ré­flexion, une conscience, un droit de se ques­tion­ner sur la nour­ri­ture. Jo­sée di Sta­sio a ajou­té la beau­té, la sim­pli­ci­té.» C’est à par­tir de ce mo­ment qu’une cer- taine ré­vo­lu­tion cu­li­naire s’est mise en branle.

«Ça fait une di­zaine d’an­nées que je réa­lise des émis­sions de cui­sine, ex­plique Charles Mar­tel, réa­li­sa­teur à la base d’Ins­pi­ra­tion chef avec Ha­kim Cha­jar, et à un mo­ment, des gens se de­man­daient s’il n’y en avait pas trop. Mais non! Il suf­fit de se dé­mar­quer. En créa­ti­vi­té, il n’y a rien de trop. Avec Ins­pi­ra­tion chef, on a mi­sé sur le cô­té do­cu­men­taire. C’est à la fron­tière de la food­porn. On pro­pose des choses aux té­lé­spec­ta­teurs, en plus de les édu­quer, dans la convi­via­li­té, mais aus­si dans l’er­reur. Dans ce cré­neau-là, on dé­mo­cra­tise en­core plus la cui­sine.»

LA CUI­SINE EN « PRIME TIME »

Une des grandes ré­vo­lu­tions a aus­si été de pro­gram­mer des émis­sions de cui­sine en soi­rée, à heure de grande écoute. Si dans la grille de jour des émis­sions connais­saient beau­coup de suc­cès – no­tam­ment Bon Ap­pé­tit avec Clau­dette et Ma­rie-Jo­sée Taille­fer (qui avaient d’ailleurs une marque très forte avec leurs fiches et leurs ma­ga­zines et où Jo­sée di Sta­sio a été sty­liste cu­li­naire) –, des émis­sions de soir ont ra­me­né les pro­duits à l’ordre du jour et la cui­sine, au coeur des loi­sirs fa­mi­liaux. «Clé­mence Des­ro­chers pro­po­sait un seg­ment dans son émis­sion, les Taille­fer al­laient voir des ma­raî­chers, mais j’ai com­men­cé avec Da­niel Pi­nard à par­ti­ci­per à une émis­sion de soir. On a tout de suite sen­ti qu’on était re­gar­dé par la fa­mille, se sou­vient Jo­sée di Sta­sio. Le lun­di, j’étais fière d’en­tendre les gens par­ler de l’émis­sion de cui­sine de la fin de se­maine. C’était au dé­but du dé­ve­lop­pe­ment des Ja­mie Oli­ver, Mar­tha Ste­wart.» «Le web a aus­si pro­vo­qué un chan­ge­ment dans la fa­çon de faire des émis­sions de cui­sine. Avec Google, les gens ont ac­cès ra­pi­de­ment aux re­cettes, constate Charles Mar­tel. Avant, on était beau­coup dans l’énu­mé­ra­tion des in­gré­dients, on met­tait un pan­neau à l’écran avec les quan­ti­tés. Main­te­nant,

ce n’est plus né­ces­saire. On aborde moins les tech­niques de tra­vail aus­si. On cherche plu­tôt à ins­pi­rer, à don­ner des idées. Je ne fe­rai peut-être pas le trois quarts des re­cettes, mais je vais les re­gar­der par plai­sir pour m’ins­pi­rer.»

LES CRÉA­TEURS EN VA­LEUR

Jo­sée di Sta­sio a lar­ge­ment contri­bué à faire connaître les grands chefs d’ici comme Mar­tin Pi­card ou Dan­ny SaintPierre, qui sont de­ve­nus de vé­ri­tables ve­dettes de la té­lé. «J’ai vou­lu ra­pi­de­ment rendre ac­ces­sible la cui­sine de chefs émer­gents. Au­jourd’hui, des res­tau­rants bé­né­fi­cient de l’en­goue­ment pour un chef. Un ve­det­ta­riat s’est dé­ve­lop­pé. Un phé­no­mène spec­tacle.»

«Les chefs sont de­ve­nus de vé­ri­tables rock stars, mais je trouve in­té­res­sant d’ex­pli­quer à quoi res­semble la vie d’un res­tau­ra­teur, de par­ler ges­tion, créa­tion, en­jeux de prix», note Charles Mar­tel réa­li­sa­teur d’Ins­pi­ra­tion chef sur Ca­sa. Fran­cis Red­dy abonde dans le même sens pour Les gour­mands à ICI Ra­dio-Ca­na­da Té­lé: «Les chefs sont tou­jours en si­tua­tion de risque pour créer. C’est un monde éphé­mère in­croyable et per­sonne ne capte ça. Soir après soir, la bri­gade met sa vie et s’at­tarde à chaque dé­tail et les condi­tions ne sont pas tou­jours fa­ciles. Il y a tant d’ini­tia­tives d’ici et d’ailleurs que je sou­haite mettre de l’avant avec Les

gour­mands. »

LE POU­VOIR DE LA TÉ­LÉ

Ac­tuel­le­ment, toutes les grandes chaînes pro­posent des émis­sions de bouffe. Ri­car- do oc­cupe une place de choix à Ra­dioCa­na­da, les ap­pren­tis-chefs vont nous im­pres­sion­ner grâce à La Re­lève à TVA, Apol­lo et Clo­dine Des­ro­chers pro­posent

Es­pace dé­cou­vertes à V où les qui­dams s’af­frontent aus­si à Un sou­per presque

par­fait. À Té­lé-Qué­bec, Ch­ris­tian Bé­gin nous ac­cueille en toute convi­via­li­té. Sans ou­blier Zeste, chaîne en­tiè­re­ment dé­diée à la cui­sine. Et j’en passe. Une vi­trine qui a eu un im­pact sur tout un sys­tème.

«La té­lé­vi­sion a énor­mé­ment de pou­voir, confirme Jo­sée di Sta­sio. On parle main­te­nant de bou­lan­ger, d’ar­ti­sans, si un pro­duit est men­tion­né, le len­de­main, il n’y en au­ra plus à l’épicerie. La té­lé­vi­sion per­met aux gens de bâ­tir leur propre ré­per­toire de re­cettes à par­tir d’ins­pi­ra­tion. On a créé la de­mande dans les mar­chés pour le qui­noa, les bok choy. On a in­té­gré les épices. On s’iden­ti­fie à nos pro­duits, aux sels par­fu­més du Bas-du-Fleuve, à nos fro­mages.» Une in­fluence di­recte qui a dy­na­mi­sé toute une in­dus­trie et qui, sou­hai­tons-le, ra­mè­ne­ra le monde aux four­neaux pour le plai­sir et les pa­pilles.

Di20 h Sta­sio,à Té­lé-Qué­bec ven­dre­di Les gour­mands, ven­dre­di 21 h à ICI Ra­dio-Ca­na­da Té­lé Ha­kim Cha­jar – Ins­pi­ra­tion chef, jeu­di 21 h et di­manche 19 h à Ca­sa.

Les gour­mands

La re­lève

Da­niel Pi­nard

Es­pace dé­cou­vertes

Cu­rieux Bé­gin

Un chef à la ca­bane

Ha­kim Cha­jar – Ins­pi­ra­tion chef

Jo­sée di Sta­sio

Ha­kim Cha­jar – Ins­pi­ra­tion chef

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.