LE SUC­CÈS DE DAN BROWN

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hon­te­bey­rie Agence QMI

Avec ses best-sel­lers met­tant en ve­dette le pro­fes­seur Ro­bert Lang­don, Dan Brown est dé­sor­mais con­nu dans le monde en­tier. Et ses ro­mans ont été dé­ri­vés en plu­sieurs pro­duits… En 1993, Dan Brown en­tame l’écri­ture de Forteresse di­gi

tale, son tout pre­mier ro­man, pu­blié aux États-Unis cinq ans plus tard. Suivent en­suite Anges et dé­mons (2000) et

De­cep­tion Point (2001). Mal­gré son achar­ne­ment, les ou­vrages ne se vendent que très mo­des­te­ment, moins de 10 000 exem­plaires pour cha­cun des trois livres. Mais l’au­teur ne se dé­cou­rage pas. Le vent change en 2003, au mo­ment de la sor­tie du Da Vin

ci Code. Pré­sen­té – cer­tains arguent qu’il s’agit d’une simple dé­marche de mar­ke­ting… qui a par­fai­te­ment fonc­tion­né – comme his­to­ri­que­ment et cultu­rel­le­ment exact même s’il s’agit d’une fic­tion, le ro­man gé­nère un en­goue­ment sans pré­cé­dent au point que seule J.K. Row­ling, qui vient de sor­tir Har­ry Pot­ter et l’ordre du Phé­nix, par­vient à vendre plus de livres que lui!

LA SUITE…

Fort de sa no­to­rié­té, Dan Brown est dé­sor­mais libre de conti­nuer sa té­tra­lo­gie avec Ro­bert Lang­don. Suivent alors Le Sym­bole per­du en 2009 puis In­fer­no en 2013. Si les ventes de ces deux der­niers opus n’at­teignent pas celles du Da Vin­ci Code, le suc­cès est néan­moins so­lide et les stu­dios Sony dé­cident d’adap­ter – en conser­vant le bi­nôme Hanks Ho­ward – Anges et Dé­mons en 2009, sui­vi d’In­fer­no qui prend l’af­fiche le 28 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.