Quand la crème des mu­si­ciens s’éclate

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Ils sont huit des mu­si­ciens qué­bé­cois les plus de­man­dés. Leur chan­teur, Alan Pra­ter, est une lé­gende du soul qui a par­ta­gé la scène avec The Jack­sons et Mi­chael Jack­son. Le groupe funk The Brooks, qui vient de lan­cer son deuxième al­bum Pain & Bliss, était jus­qu’à pré­sent un se­cret mon­tréa­lais bien gar­dé. Mais ça ne du­re­ra pas long­temps.

San­dra Godin Le Jour­nal de Qué­bec

The Brooks s’est for­mé il y a un peu plus de deux ans. L’ins­ti­ga­teur du pro­jet est le bas­siste Alexandre La­pointe, dont les col­lègues re­nom­més dans l’in­dus­trie de la mu­sique se sont gref­fés à lui. Il s’agit de Maxime Bel­la­vance (bat­te­rie), Marc-An­dré Bel­le­fleur (per­cus­sions), Phi­lippe Look (gui­tare), Da­niel Thouin (cla­vier), Sé­bas­tien Gre­nier (saxo­phone) et Hi­chem Khal­fa (trom­pette).

À eux seuls, ils ont par­ta­gé la scène et joué sur les al­bums d’une très longue liste d’ar­tistes qué­bé­cois.

L’idée du groupe ma­riant le funk, le mo­town et le soul est ve­nue à De­troit, alors qu’Alexandre La­pointe ac­com­pa­gnait une chan­teuse en tour­née. Son hô­tel était à quelques mi­nutes du Mo­town Mu­seum. «On s’est dit: pour­quoi on ne fe­ra pas en­semble la mu­sique qu’on a en­vie de fai- re, sans au­cune bar­rière, et voir ce que ça pour­rait don­ner», ex­plique le bas­siste, dont l’idée a ra­pi­de­ment sé­duit ses com­parses.

ÉLAR­GIR SON PU­BLIC

C’est ain­si qu’ils ont lan­cé un pre­mier al­bum ins­tru­men­tal en 2014, où Alan Pra­ter, qui ha­bite à Mon­tréal de­puis plu­sieurs an­nées, a ajou­té sa voix sur quatre des chan­sons.

Avec l’al­bum Pain & Bliss, le groupe sou­haite as­su­ré­ment élar­gir son pu­blic. Les huit mu­si­ciens ont dé­ci­dé de faire de The Brooks leur prio­ri­té.

«On se­ra tou­jours des mu­si­ciens pi­gistes, on ne peut pas en­le­ver ça. C’est im­por­tant de faire autre chose. Mais c’est im­por­tant pour nous de mi­ser sur The Brooks. (...) On ado­re­rait tra­ver­ser les fron­tières. Mais on n’est pas des jeunes rock stars qui veulent faire de la tour­née. On aime juste tel­le­ment jouer en­semble», clame Alexandre La­pointe.

On re­trou­vait sur le pre­mier al­bum des chan­sons plus courtes, pour la plu­part ins­tru­men­tales et plu­tôt an­crées dans un cou­rant qu’on peut as­so­cier aux an­nées 60. Mais The Brooks a pris de la ma­tu­ri­té sur le second opus, croit Alexandre La­pointe.

«On n’écrit plus à quatre, mais à huit. Ça fait en sorte que le son s’est raf­fi­né», ex­plique-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.