LE FA­BU­LEUX DES­TIN DE GUYLAINE TANGUAY

De­puis qu’elle est toute pe­tite, Guylaine Tanguay se pose les mêmes ques­tions. «Est-ce que j’ai vrai­ment ma place dans ce mi­lieu ou est-ce que je chante sim­ple­ment par égoïsme, parce que j’aime ça?», se sou­vient-elle. L’an­née 2016 lui au­ra of­fert la ré­pon

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Bru­no La­pointe

«C’est beau de faire un mé­tier parce qu’on aime ça, mais il faut aus­si que ça serve à quelque chose, que les gens en aient be­soin», ajoute la chan­teuse en en­tre­vue au Jour­nal.

Vi­si­ble­ment, les gens en avaient be­soin: ils ont été plus de 22 000 à se pro­cu­rer Clas­sique Coun­try, le sixième opus de Guylaine Tanguay de­puis sa sor­tie en ma­ga­sins, il y a six mois.

Pour­tant, la chan­teuse roule sa bosse de­puis de nom­breuses an­nées; les ha­bi­tués de fes­ti­vals coun­try et autres cir­cuits sem­blables sont bien fa­mi­liers avec le nom de Guylaine Tanguay. Pour la femme de 44 ans, ce suc­cès plus «grand pu­blic» ar­rive à point dans sa vie. L’ano­ny­mat dont elle jouis­sait lui a bien ser­vi lors­qu’elle éle­vait ses filles, au­jourd’hui âgées de 16 à 23 ans.

«J’ai tou­jours prié en de­man­dant qu’on me donne ce dont j’avais be­soin. Je n’ai ja­mais de­man­dé le suc­cès, ni l’ar­gent, ni une car­rière internationale. Je de­man­dais seule­ment que je puisse conti­nuer à chan­ter», ex­plique Guylaine Tanguay.

«Et au­jourd’hui, je suis prête à vivre ce suc­cès. Mes filles sont grandes et j’ai du temps. Je n’ai plus les in­quié­tudes de mes 20 ans, ni les craintes et la pres­sion que je m’im­po­sais», pour­suit-elle.

UN NOU­VEL AL­BUM EN 2017

Les fans de Guylaine Tanguay pour­ront la re­trou­ver sur disque l’an­née pro­chaine avec un nou­vel opus, cette fois-ci en­tiè­re­ment fran­co­phone. Il re­grou­pe­ra cer­taines pièces dé­jà pa­rues sur les al­bums Le Livre vert et Le Livre Vert (La suite) en plus de titres ori­gi­naux. «Je n’ai ja­mais ré­im­pri­mé de disques de­puis leur sor­tie, et les gens m’en de­mandent constam­ment. Ce sont deux al- bums qui, pour moi, sont très re­pré­sen­ta­tifs de ma jeu­nesse. Alors on re­prend cer­tains titres, en plus d’ajou­ter de nou­velles chan­sons», ex­plique-t-elle. Les fans qui at­tendent un disque en­tiè­re­ment com­po­sé de chan­sons ori­gi­nales de­vront s’ar­mer de pa­tience, puisque le pro­jet ne fi­gure pas dans ses plans. Du moins, pas à court terme. «C’est beau­coup trop dif­fi­cile; les gens sont plus crain­tifs à l’idée d’ache­ter un al­bum com­plet de chan­sons qu’ils ne connaissent pas. Alors j’ac­com­pagne les nou­velles chan­sons de re­prises, de va­leurs sûres. Et c’est un choix que j’as­sume plei­ne­ment», ex­plique-t-elle. «On m’a dé­jà dit que je ne réus­si­rais ja­mais à me bâ­tir une car­rière avec des al­bums de re­prises. Mais moi, je ré­pon­dais «Lais­sez-moi faire, vous al­lez voir»», se rap­pelle-t-elle en sou­riant.

Guylaine Tanguay est heu­reuse du suc­cès que connaît son al­bum Clas­sique Coun­try, mais elle ne s’im­pose au­cune pres­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.