COMMENT LES DÉ­CORS ONT-ILS ÉTÉ CONÇUS ?

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Pour le chef décorateur Ch­ris­to­pher Glass, l’ob­jec­tif du film est de « trans­por­ter le pu­blic dans l’uni­vers de Ste­phen King […] C’est tou­jours un dé­fi que d’in­ter­pré­ter les écrits de quel­qu’un avec des images. La dif­fi­cul­té est qu’on doit être à la hau­teur de l’ori­gi­nal – qu’on ne veut pas tra­hir – tout en fai­sant une adap­ta­tion mo­derne et ex­ci­tante, sus­cep­tible de plaire au pu­blic ac­tuel. Les fans ont tous des idées pré­cises sur le vi­suel de ces mondes, c’est pour­quoi il y a eu au­tant de spé­cu­la­tions et d’at­tentes et c’était notre tra­vail de faire en sorte que le film rem­plisse ce vide ». Comme l’a sou­li­gné Ch­ris­to­pher Glass, qui sou­hai­tait créer un contraste entre l’Entre-DeuxMondes et l’uni­vers ter­restre, « l’Entre-Deux-Mondes est un en­droit dé­so­lé. On y trouve de nom­breux restes d’une an­cienne ci­vi­li­sa­tion. Étran­ge­ment, cette ci­vi­li­sa­tion du fu­tur en est de­ve­nue une du pas­sé. » De plus, le dé­cor du Co­chon du sud, l’en­droit dans le­quel se re­trouvent Ignobles et vam­pires a été construit en 360 de­grés « afin de don­ner à Ni­ko­laj la la­ti­tude de tour­ner de n’im­porte quel angle. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.