8 IN­CON­TOUR­NABLES EN ABI­TI­BI-TÉMISCAMINGUE

VAL-D’OR | Vous n’avez en­core ja­mais mis les pieds en Abi­ti­bi-Témiscamingue ? Voi­ci par où com­men­cer pour y faire un sé­jour mé­mo­rable.

Le Journal de Quebec - Weekend - - VACANCES - SA­RAH-ÉMI­LIE NAULT Agence QMI

1 PLON­GER DANS L’UNI­VERS DES MI­NEURS

Il faut pous­ser la porte en bois rond d’une des pe­tites mai­sons de l’an­cien vil­lage mi­nier de Bour­la­maque pour avoir un réel aper­çu de ce qu’était le quo­ti­dien des mi­neurs d’au­tre­fois. Il faut aus­si, sans faute, en­fi­ler l’ha­bit et l’équi­pe­ment de ces cher­cheurs d’or, puis des­cendre près de 100 mètres sous terre pour sai­sir l’am­pleur de ce dan­ge­reux tra­vail tout sauf or­di­naire. La vi­site de la Ci­té de l’Or de Val-d’Or – la plus pro­fonde mine d’or ac­ces­sible aux tou­ristes au Ca­na­da – se hisse au som­met des ex­pé­riences à vivre en Abi­ti­bi-Témiscamingue.

C’est aus­si le cas de l’in­cur­sion dans l’uni­vers for­mat géant de la Ca­na­dian Ma­lar­tic, la plus grosse mine d’or à ciel ou­vert en ex­ploi­ta­tion au pays. www.ci­te­de­lor.com, www.mu­see­ma­lar­tic.qc.ca

2 FAIRE LA REN­CONTRE D’AR­TI­SANS LO­CAUX

Dé­cou­vrir l’Abi­ti­bi veut dire faire la ren­contre d’ar­ti­sans aus­si fiers de leurs pro­duits que de leur ré­gion. Des gens pour qui l’amour de la na­ture ou de la table se vit sans com­pro­mis. Des ar­tistes dont l’en­thou­siasme et la pas­sion se de­vinent à tra­vers leurs oeuvres et le temps qu’ils prennent à par­ta­ger leurs his­toires et pe­tits se­crets abi­ti­biens. Des ar­ti­sans qui tiennent l’ate­lier de luxueuses ma­ro­qui­ne­ries NOC De­si­gn d’Amos, la fro­ma­ge­rie Le Fro­mage au Vil­lage de Lor­rain­ville, la Table Cham­pêtre de L’Éden Rouge de St-Bru­no-de-Guigues ou en­core la cho­co­la­te­rie Cho­co-Man­go de Vald’Or. fro­ma­geau­village.com noc­de­si­gn. com, www.le­den­rouge.com, cho­co-man­go.ca

3 PAR­LER AVEC LES ANI­MAUX

En Abi­ti­bi, on ren­contre de vé­ri­tables amis des ani­maux qui nous font vivre des mo­ments ma­giques. C’est le cas de Da­vid Ouel­let, l’api­cul­teur au­to­di­dacte fon­da­teur de la Miel­le­rie de la Grande Ourse, ain­si que des membres de la fa­mille élar­gie de Mi­chel et Louise Pa­geau, fon­da­teurs du Re­fuge Pa­geau. Le pre­mier offre à ses vi­si­teurs la chance unique d’ap­pro­cher, d’in­ter­agir et d’en sa­voir plus sur ses 400 ruches et ses 20 mil­lions de gen­tilles abeilles.

Les se­conds ouvrent les portes de leur re­fuge de su­perbes ani­maux (bles­sés, ma­lades ou re­trou­vés) dans une op­tique de ré­adap­ta­tion et d’édu­ca­tion. www.miel­gran­deourse.com, www.re­fu­ge­pa­geau.ca

4 VIVRE L’EF­FER­VES­CENCE D’UN FES­TI­VAL

Le Fes­ti­val de l’Hu­mour de l’Abi­ti­bi-Témiscamingue et le Fes­ti­val de la re­lève in­dé­pen­dante mu­si­cale en Abi­ti­bi (FRIMAT) de Val-d’Or ; le Fes­ti­val de Mu­sique Émer­gente (FME), le Fes­ti­val du ci­né­ma in­ter­na­tio­nal en Abi­ti­bi-Témiscamingue, Osis­ko en lu­mière, le Fes­ti­val des gui­tares du monde et le Fes­ti­val du Do­cuMen­teur de Rouyn-No­ran­da : ce ne sont cer­tai­ne­ment pas les fes­ti­vals et les rai­sons de cé­lé­brer qui manquent dans ce beau coin du Qué­bec. www.tou­risme-abi­ti­bi­te­mis­ca­mingue.org

5 SE LAIS­SER IM­PRÉ­GNER DES PAY­SAGES DU TÉMISCAMINGUE

Les champs de ca­no­la dont le jaune écla­tant contraste à mer­veille avec le bleu vif du ciel, le lac Témiscamingue ap­pa­rais­sant sou­dai­ne­ment au dé­tour de la route, les mai­sons cen­te­naires vic­to­riennes du vil­lage de Ville-Ma­rie, le lieu his­to­rique na­tio­nal du FortTé­mis­ca­mingue, les larges serres et jar­dins de l’Éden Rouge, le bel­vé­dère of­frant un im­pres­sion­nant point de vue sur l’un des plus beaux lacs du Qué­bec : il ne faut sur­tout pas avoir peur d’ac­cu­mu­ler les ki­lo­mètres de route – sur fond de Richard Des­jar­dins peut-être ? – me­nant au Témiscamingue.

6 GOÛ­TER LA RÉ­GION ET FES­TOYER

À Val-d’Or, l’unique mi­cro­bras­se­rie, bap­ti­sée Le Pros­pec­teur, est ra­pi­de­ment de­ve­nue un en­droit in­con­tour­nable où boire un verre de bière ar­ti­sa­nale (bras­sée sur place) et cas­ser la croûte entre amis. Même chose pour le Trèfle Noir de Rouyn-No­ran­da, la pre­mière mi­cro­bras­se­rie à avoir ou­vert ses portes en Abi­ti­bi-Témiscamingue. Dans les lieux cultes de Rouyn tels le ca­fé-bar L’Abs­trac­to ou le Ca­ba­ret de la der­nière chance, comme au Bar-Bis­tro l’En­tracte de Val-d’Or, les soi­rées semblent vou­loir s’éti­rer à l’in­fi­ni. On ne peut pré­tendre avoir réel­le­ment vé­cu l’Abi­ti­bi sans y avoir dan­sé jus­qu’au bout de la nuit en com­pa­gnie de ses ha­bi­tants. mi­cro­le­pros­pec­teur.ca, le­tre­fle­noir. com, www.fa­ce­book.com/cafe.bar. abs­trac­to, www.fa­ce­book.com/ ca­ba­ret­de­la­der­nie­re­chance, www.bar­bis­tro­len­tracte.com

7 PRO­FI­TER DE LA NA­TURE ABITIBIENNE

Du vé­lo tout au­tour du lac Osis­ko, de la pêche en pour­voi­rie, du vé­lo de mon­tagne dans la Fo­rêt ré­créa­tive de Val-d’Or, de la ran­don­née, du ca­not et du cam­ping dans le parc na­tio­nal d’Ai­gue­belle et des road trips qui s’étirent aus­si long­temps qu’on le dé­sire à tra­vers des pay­sages lu­mi­neux et sau­vages : c’est tout ce­la l’Abi­ti­bi-Témiscamingue.

8 .DÉ­COU­VRIR LE MUL­TI­CUL­TU­RA­LISME DE VAL-D’OR

On sait que les Abi­ti­biens sont des gens ac­cueillants. On sait moins pour­tant que Val-d’Or a ou­vert ses bras à bon nombre d’im­mi­grants pro­ve­nant de la Fin­lande, de la Rus­sie, de l’Ukraine, de la Po­logne ou en­core de la Chine au dé­but des an­nées 30. Des tra­vailleurs de­ve­nus ha­bi­tants à part en­tière de cette ville mi­nière où se dressent tou­jours au­jourd’hui de jo­lies églises or­tho­doxes russes et ukrai­niennes.

Vé­lo de mon­tagne dans la Fo­rêt ré­créa­tive de Val-d’Or.

Une mai­son vic­to­rienne à Ville-Ma­rie.

Équi­pe­ment à la mine d’or Ca­na­dian Ma­lar­tic.

Champ de ca­no­la au Témiscamingue.

Face à face avec les louves au Re­fuge Pa­geau.

La Miel­le­rie de la Grande Ourse.

Le cir­cuit des fon­taines ar­tis­tiques d’Amos-Har­ri­ca­na

An­cienne mai­son de mi­neur dans l’an­cien vil­lage mi­nier Bour­la­maque, à la ci­té de l’or de Val-d’Or.

Fes­ti­val de Mu­sique Émer­gente.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.