MELANCOLIE ET HUMANITE POUR DE­NIS VILLE­NEUVE

Hu­ma­ni­té, an­droïdes et vi­sion du fu­tur sont au­tant de thèmes chers à Phi­lip K. Dick et pré­sents dans ce Blade Run­ner 2049. Réa­li­sé par De­nis Ville­neuve, avec Ryan Gos­ling et Har­ri­son Ford dans les rôles prin­ci­paux, le long mé­trage est fi­dèle au Blade Runn

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - ISA­BELLE HONTEBEYRIE, Agence QMI

Mi­chael Green, le cos­cé­na­riste de ce

Blade Run­ner 2049, a avoué sans dé­tour avoir été « ter­ri­fié » à l’idée de prendre la nou­velle écrite par Hamp­ton Fan­cher (scé­na­riste du pre­mier vo­let) pour en faire un script dé­fi­ni­tif, une fois l’épi­neuse ques­tion des droits ré­glée.

« La no­tion de tra­vailler sur un nou­veau Blade Run­ner est comme de jouer avec le feu, mais je crois que tout le monde ici est py­ro­mane », a-t-il lan­cé lors de la confé­rence de presse qui s’est te­nue à Los An­geles il y a deux se­maines, en mon­trant Hamp­ton Fan­cher, De­nis Ville­neuve, Ryan Gos­ling, Har­ri­son Ford, Robin Wright ain­si que les pro­duc­teurs An­drew A. Ko­sove, Bro­de­rick John­son et Cyn­thia Sikes Yor­kin. Blade Run­ner 2049 se dé­roule 30 ans après l’ori­gi­nal. Sans rien dé­voi­ler des sur­prises scé­na­ris­tiques que ré­serve cette pro­duc­tion, on suit l’of­fi­cier K (Ryan Gos­ling), un blade run­ner ou tra­queur de ré­pli­quants. Son en­quête dans un monde ra­va­gé par une im­pul­sion élec­tro­ma­gné­tique en 2022 et après l’in­tro­duc­tion des Nexus 9, une nou­velle gé­né­ra­tion de ré­pli­quants « par­faits », en 2036, le mène sur les traces de Rick De­ckard (Har­ri­son Ford), dis­pa­ru il y a trois dé­cen­nies. LA BÉ­NÉ­DIC­TION DE RID­LEY SCOTT

Avant même de don­ner son ac­cord à la réa­li­sa­tion, De­nis Ville­neuve a po­sé une condi­tion. « J’avais be­soin d’être dans la même pièce que Rid­ley Scott et de l’en­tendre dire qu’il était d’ac­cord avec le fait que je prenne le bâ­ton. […] Je lui ai dit, en en­trant dans la pièce, que j’avais be­soin de sa bé­né­dic­tion et que je se­rais en paix s’il n’était pas d’ac­cord, que je me re­ti­re­rais. » Une fois ob­te­nu l’ac­cord de ce­lui qui est pro­duc­teur exé­cu­tif de cette suite, De­nis Ville­neuve s’est mis au tra­vail, de­man­dant im­mé­dia­te­ment à Ro­ger Dea­kins, le di­rec­teur de la pho­to­gra­phie avec le­quel il a tra­vaillé pour Si­ca­rio et Pri

son­niers, de se joindre à lui. « Le pre­mier film a eu un énorme im­pact sur moi lorsque je l’ai vu à sa sor­tie en salle. À l’époque, j’étais un jeune ado­les­cent, j’avais faim de science-fic­tion puis­sante et Blade Run­ner m’a mar­qué pour de nom­breuses rai­sons. L’une d’entre elles est qu’à l’époque, je com­men­çais à rê­ver à une car­rière de ci­néaste et je crois que nous sommes tous d’ac­cord que Blade Run­ner est un film d’au­teur, de réa­li­sa­teur. […] L’em­preinte de Rid­ley y est très puis­sante. »

« Com­ment re­vi­si­ter cet uni­vers qui a ins­pi­ré tant de films ? Ça, c’était le plus grand dé­fi, ce­lui de nous as­su­rer que nous y re­tour­nions avec un re­gard neuf. Je dois dire que l’une des choses qui m’ont at­ti­ré est le scé­na­rio de Hamp­ton Fan­cher et de Mi­chael Green qui com­por­tait un es­pace né­ces­saire pour un réa­li­sa­teur. J’ai re­lu tous les brouillons de Mi­chael et ils sont de­ve­nus ma Bible. »

« En tant qu’hu­mains, nous sommes pro­gram­més par notre pa­tri­moine gé­né­tique, par notre édu­ca­tion et la ques­tion de sa­voir com­ment nous pou­vons nous en li­bé­rer [est un thème que je vou­lais abor­der]. Je vou­lais aus­si ra­me­ner cette su­perbe mé­lan­co­lie du pre­mier film et l’ex­plo­rer avec ma sen­si­bi­li­té propre », a-t-il ajou­té.

Blade Run­ner 2049 ra­vit les ci­né­philes de­puis le 6 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.