DES FÊTES IN­ÉGALES

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

Lors du pre­mier long mé­trage, les

Mères in­dignes s’en don­naient à coeur joie, ba­fouant toutes les ma­nières « fé­mi­nines » de faire les choses. Tra­vail érein­tant, pa­tron peu re­con­nais­sant, ma­ri in­fi­dèle ou n’ai­dant pas dans la mai­son, autres mères « parfaites »… Tout y pas­sait. ISA­BELLE HONTEBEYRIE Agence QMI

C’est dans le même es­prit – et compte te­nu des 183,9 mil­lions $ ré­col­tés par le pre­mier film avec un bud­get de 20 mil­lions $ – qu’ar­rive Les mères in­dignes se tapent Noël.

Amy (Mi­la Ku­nis), Ki­ki (Kris­ten Bell) et Car­la (Ka­thryn Hahn) sont tou­jours amies. Amy est dé­sor­mais en couple avec Jes­sie (Jay Her­nan­dez), Ki­ki mène une vie épa­nouie et Car­la tra­vaille dans un spa. Or, en cette pé­riode des Fêtes, Amy et Ki­ki se sentent dé­bor­dées, et Car­la leur conseille de se ré­ap­pro­prier Noël.

Cette stra­té­gie s’avère d’au­tant plus dif­fi­cile à réa­li­ser que la mère d’Amy (Ch­ris­tine Ba­rans­ki) dé­barque, de même que celle de Ki­ki (Che­ryl Hines), bien­tôt sui­vie de celle de Car­la (Su­san Sa­ran­don). Les jeunes femmes ne savent plus où don­ner de la tête de­vant les pro­blèmes gé­né­rés. Ki­ki se sent étouf­fée, Car­la se mé­fie de celle qui ne vient la voir que pour lui de­man­der de l’ar­gent et Amy n’a pas l’im­pres­sion d’être à la hau­teur des as­pi­ra­tions de sa mère. PO­LI­TI­QUE­MENT INCORRECTES La re­cette des Mères in­dignes étant de for­cer la note du po­li­ti­que­ment in­cor­rect, comme dans une ver­sion fé­mi­nine de Len­de­main de veille, on a droit à pas mal de mo­ments « im­pres­sion­nants ». No­tam­ment, les trois amies prennent un verre de trop pen­dant leur séance de ma­ga­si­nage au centre com­mer­cial, se lais­sant ain­si al­ler avec le père Noël, ju­rant à tout bout de champ, of­frant des plai­san­te­ries à ca­rac­tère sexuel et re­lu­quant le corps agréa­ble­ment dé­nu­dé de Jus­tin Hart­ley (mieux connu pour son rôle de Ke­vin Pear­son dans la sé­rie This Is Us).

Cette fois-ci, par contre, les cos­cé­na­ristes et co­réa­li­sa­teurs Scott Moore et Jon Lu­cas ont vou­lu in­clure – film de Noël oblige – un peu de drame et beau­coup de bons sen­ti­ments, ce qui dés­équi­libre la comédie. Cette im­pres­sion de ne pas sa­voir si l’on doit rire ou ver­ser une larme, et si les mères in­dignes sont vrai­ment in­dignes, se ren­force à la fin du film de 104 mi­nutes, au cours d’une conver­sa­tion entre Amy et sa mère.

Dom­mage !

Les mères in­dignes sont de re­tour dans une comédie du temps des Fêtes et vi­vront plu­sieurs mo­ments em­plis d’émo­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.