UN CHAN­GE­MENT D’AP­PA­RENCE QUI A FAIT JASER

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND -

De­ve­nue une per­son­na­li­té connue au cours des der­nières an­nées, Ka­the­rine Le­vac s’est ren­du compte que ses moindres faits et gestes étaient main­te­nant scru­tés par le pu­blic. Elle en a eu un bon exemple, à l’au­tomne 2016, lorsque sa perte de poids ra­di­cale a beau­coup fait jaser sur les ré­seaux so­ciaux. La jeune hu­mo­riste a même dû s’ex­pli­quer, quelques mois plus tard, sur le pla­teau de Tout le monde en parle.

« Ça me fait me ques­tion­ner sur ma vie en gé­né­ral, dit-elle au

Jour­nal. À chaque fois que je vais faire quelque chose, si je suis en­ceinte ou que j’ai le can­cer, il va y avoir ça [des com­men­taires sur les ré­seaux so­ciaux]. Quand tu vas à l’École de l’hu­mour et que tu com­mences à faire des

jokes, per­sonne ne t’ap­prend comment être une per­son­na­li­té connue. Tu le dé­couvres. Et tu mets tes propres limites. J’es­saie de me res­pec­ter là-de­dans. Ma vie privée n’est pas blo­quée. Mais je fais des choix. Au Qué­bec, les gens sont comme tes amis. Ils veulent sa­voir tout. Ce n’est pas mé­chant. Là, c’est cor­rect. C’était de la marde, mais c’est cor­rect. Je pense que j’ai vrai­ment ap­pris de ça. »

IM­POR­TANCE DE L’IMAGE

Ka­the­rine Le­vac men­tionne que son chan­ge­ment d’ap­pa­rence n’a pas eu d’im­pact sur son tra­vail, car elle ne par­lait pas de son poids sur scène.

« Si j’avais fait une car­rière sur mon poids, je n’au­rais plus de car­rière au­jourd’hui, car mon poids est par­ti ! Ma dy­na­mique n’a pas réel­le­ment chan­gé. Je parle des mêmes af­faires qu’avant. »

Jus­qu’à quel point l’image es­telle im­por­tante pour un hu­mo­riste ? « Ça l’est moins que pour un co­mé­dien, répond-elle. Comme hu­mo­riste, j’ai une grande li­ber­té. Je peux par­ler des su­jets que je veux, que je sois une grande blonde ou une fille avec un énorme nez. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.