Les proches de Lou­ka ont hâte de le ser­rer

Le gar­çon passe la fin de se­maine en On­ta­rio et re­vien­dra au Qué­bec de­main

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - AN­TOINE LA­CROIX

Le pe­tit Lou­ka Fre­dette se porte bien se­lon sa fa­mille mal­gré la ca­vale af­fo­lante de 1500 km dans la­quelle son père l’a en­traî­né pen­dant 24 heures.

Lou­ka se trouve pré­sen­te­ment en On­ta­rio dans un centre spé­cia­li­sé dans les cas d’en­fants ayant vé­cu des trau­ma­tismes.

« Ce qui est important pré­sen­te­ment, c’est seule­ment son bien. […] Tout va être fait pour mettre son bien-être de l’avant », sou­tient Da­niel Barbe, le frère de Vé­ro­nique Barbe, la mère de Lou­ka.

« Il se­ra là pour le week-end. C’est une sorte de ferme et le di­rec­teur du centre va s’oc­cu­per per­son­nel­le­ment de lui en rai­son de la gra­vi­té des évé­ne­ments. Nous se­rons ré­gu­liè­re­ment te­nus au cou­rant de son état, mais, pour l’ins­tant, ce qu’on me dit, c’est qu’il a bien dor­mi et qu’il a bien dé­jeu­né », pré­cise M. Barbe, en­core très se­coué.

De­main ma­tin, le pe­tit gar­çon de six ans se­ra de re­tour au Qué­bec, où il se­ra pris en charge par les au­to­ri­tés res­pon­sables.

« Nous avons juste hâte de le ser­rer dans nos bras, de le voir pour de vrai. Il ne man­que­ra ja­mais d’amour », lance l’oncle de l’en­fant, im­pa­tient.

RÉUNION FA­MI­LIALE

Il est en­core trop tôt pour sa­voir de quelle fa­çon l’en­lè­ve­ment a af­fec­té psy­cho­lo­gi­que­ment l’en­fant, ce qui in­quiète sa fa­mille.

« Nous sommes en­core dans le néant pour ça. On ne sait tou­jours pas s’il a vu sa mère. Une chose est sûre, il a fait tout le tra­jet dans le ca­mion. On ne sait pas comment ça s’est dé­rou­lé », pour­suit-il.

Une réunion fa­mi­liale a été or­ga­ni­sée hier afin de dé­ci­der comment la tra­gé­die se­rait gé­rée dans le fu­tur, no­tam­ment pour sa­voir qui au­rait la garde de l’en­fant.

« C’est cer­tain qu’il va y avoir beau­coup d’en­ca­dre­ment à faire avec Lou­ka. On n’a pas en­core pris toutes les dé­ci­sions, mais tout le monde va sub­ve­nir à ses be­soins. On es­saie de trou­ver la meilleure fa­çon de l’ai­der », in­dique M. Barbe.

Pour la fa­mille Barbe, c’est « un cau- che­mar qui ne semble pas fi­nir », mais on tente de gar­der le mo­ral mal­gré tout.

« On rit et on pleure, on se rap­pelle de bons sou­ve­nirs de Vé­ro. Il y a un gros deuil à faire, mais nous sommes une fa­mille très proche », ra­conte Da­niel Barbe.

LE PÈRE HOS­PI­TA­LI­SÉ

Le père de Lou­ka, Ugo Fre­dette, au­rait es­sayé de s’en­le­ver la vie hier, dans sa cel­lule du poste de po­lice de la ville de Ren­frew, en On­ta­rio, peu après avoir com­pa­ru, se­lon TVA Nou­velles. Les bles­sures qu’il s’est in­fli­gées étaient si graves qu’il a été trans­por­té à l’hô­pi­tal où il a pas­sé la nuit.

L’homme de 41 ans risque d’être ac­cu­sé d’en­lè­ve­ment et de sé­ques­tra­tion et pour­rait de­voir ré­pondre du meurtre de son ex-conjointe, a in­di­qué l’ex-ser­gent de la Sû­re­té du Qué­bec, Jean-fran­çois Bro­chu, sur les ondes de LCN. Il pour­rait faire face à d’autres ac­cu­sa­tions en On­ta­rio où il au­rait ré­sis­té à son ar­res­ta­tion.

Les au­to­ri­tés on­ta­riennes ne l’ont tou­te­fois pas for­mel­le­ment ac­cu­sé pour le mo­ment et conti­nuent leur enquête, a confir­mé une porte-pa­role de la po­lice pro­vin­ciale de l’on­ta­rio.

Il se­ra ra­pa­trié au Qué­bec par les po­li­ciers pour la suite des pro­cé­dures ju­di­ciaires dès que son état de santé le per­met­tra.

– Avec la col­la­bo­ra­tion de Vincent La­rin

PHOTOS AGENCE QMI, MOHAMED KADRI ET ARCHIVES.

3.02 — Bdev Dé­te­nu à Ren­frew, Ugo Fra­dette ( mor­taise) a été trans­por­té à l’hô­pi­tal, hier. 3.01 — CREDIT PHO­TO

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.