Les CPE votent la grève

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - DOMINIQUE LE­LIÈVRE

À bout de pa­tience, deux ans et de­mi après la fin de leur contrat de tra­vail, les édu­ca­trices des centres de la pe­tite en­fance (CPE) de Qué­bec et de Chau­dière-ap­pa­laches ont adop­té à 96 % un man­dat de grève, hier.

Les 1500 membres du Syn­di­cat des tra­vailleuses et tra­vailleurs des CPE de Qué­bec–chau­dière-ap­pa­laches pour­ront exer­cer jus­qu’à six jour­nées de grève « à uti­li­ser au mo­ment ju­gé op­por­tun ». Cin­quante-cinq CPE sont concer­nés, et trois autres pour­raient s’ajou­ter bien­tôt.

Les tra­vailleurs se joignent ain­si à leurs col­lègues de plu­sieurs autres ré­gions de la pro­vince qui se sont dé­jà do­tés de man­dats si­mi­laires.

La pre­mière jour­née de grève pour­rait être an­non­cée dès la fin du mois de sep­tembre, lorsque le por­trait na­tio­nal des man­dats se­ra plus clair.

IMPORTANT FOS­SÉ

Se­lon la pré­si­dente du syn­di­cat, Louise La­brie, un fos­sé important sé­pare tou­jours les syn­di­qués de la par­tie pa­tro­nale sur la ques­tion sa­la­riale.

« On a beau­coup avan­cé cet hi­ver au niveau nor­ma­tif, mais tout ce qui est d’ordre fi­nan­cier reste en­core sur la table. »

Les CPE de­mandent des aug­men­ta­tions équi­va­lentes à celles qui ont été ac­cor­dées au sec­teur pu­blic.

Les dis­cus­sions achoppent aus­si sur les ques­tions du ré­gime de re­traite, des as­su­rances col­lec­tives et du ra­tio d’en­fants par édu­ca­trice.

Les em­ployés disent s’in­quié­ter pour la qua­li­té des ser­vices of­ferts aux en­fants après les com­pres­sions qu’ils ont es­suyées au cours des der­nières an­nées.

RECULS DE 30 ANS

Louise La­brie dé­plore « des reculs de plus de 30 ans », no­tam­ment en ce qui concerne la re­pré­sen­ta­tion de ses membres au sein des conseils d’ad­mi­nis­tra­tion des éta­blis­se­ments.

« Tout le ré­seau a été mon­té sur les épaules et le bé­né­vo­lat des tra­vailleuses des CPE qui ont tou­jours par­ti­ci­pé aux as­sem­blées gé­né­ra­lews et aux conseils d’ad­mi­nis­tra­tion, et là, il y a une vague de plus en plus forte à l’ef­fet de re­ti­rer les tra­vailleuses de ces deux ins­tances-là », dé­nonce-t-elle en en­tre­vue.

« MES­SAGE CLAIR »

« Je pense que les tra­vailleuses des CPE sont en train d’en­voyer un mes­sage clair aux as­so­cia­tions pa­tro­nales et au mi­nis­tère [de la Fa­mille] in­di­quant qu’il n’est pas ques­tion qu’on ac­cepte des reculs comme ils nous le pro­posent ac­tuel­le­ment », mar­tèle la pré­si­dente. Rap­pe­lons que la conven­tion col­lec­tive des édu­ca­trices est échue de­puis le 31 mars 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.