Vet­tel en mis­sion, Ha­mil­ton en mau­vaise pos­ture

Le Journal de Quebec - - SPORTS -

SIN­GA­POUR | (AFP) Sur­pre­nant tout le monde, à com­men­cer par lui-même, Se­bas­tian Vet­tel s’est offert avec pa­nache hier la pole po­si­tion du Grand Prix de Sin­ga­pour, pre­mière étape pour re­prendre la tête du Cham­pion­nat du monde à son ri­val Le­wis Ha­mil­ton.

Sur le cir­cuit étroit et si­nueux de Ma­ri­na Bay, où les qua­li­fi­ca­tions sont sou­vent dé­ci­sives, l’al­le­mand de Fer­ra­ri ne pou­vait igno­rer la marche à suivre : en neuf Grands Prix dans la ville État de­puis 2008, sept ont été rem­por­tés par le pilote s’élan­çant en pole po­si­tion.

Or, une victoire lui as­su­re­rait de re­prendre la main dans la course au titre mon­dial, car trois points seule­ment le sé­parent du Bri­tan­nique.

Ha­mil­ton n’ayant pu faire mieux que le cin­quième temps des qua­li­fi­ca­tions à ,635, sur un tra­cé où la puis­sance du mo­teur Mer­cedes ne sau­rait faire la dif­fé­rence, le qua­druple cham­pion du monde 20102013 dis­pose même d’un re­la­tif ma­te­las de sé­cu­ri­té.

Les Red Bull du Néer­lan­dais Max Vers­tap­pen et de l’aus­tra­lien Da­niel Ric­ciar­do, qui oc­cu­pe­ront les deuxième et troi­sième po­si­tions au dé­part, n’ont pas fa­ci­li­té la tâche de Vet­tel.

Les deux co­équi­piers ont écra­sé les es­sais libres ven­dre­di et sa­me­di, où les Fer­ra­ri se ré­vé­laient en re­trait, s’af­fi­chant en fa­vo­ris des qua­li­fi­ca­tions. Mais l’al­le­mand a su réa­li­ser le tour qu’il fal­lait quand il le fal­lait, en Q3, pour ra­vir la pole po­si­tion à Vers­tap­pen et battre le re­cord du cir­cuit (en 1:39,491).

JOUR­NÉE DIF­FI­CILE POUR STROLL

Le Qué­bé­cois Lance Stroll a dû se conten­ter du 18e chro­no.

Ce­lui-ci a réa­li­sé un chro­no de 1:44,728. Son coéquipier de l’écu­rie Williams Fe­lipe Mas­sa a pour sa part si­gné le 17e temps. La veille, Stroll avait pris les 17e et 16e éche- lons lors des deux séances d’es­sais libres.

« J’ai sur­es­ti­mé l’adhé­rence de la piste, alors j’ai blo­qué les roues et tou­ché le mur, a ex­pli­qué Stroll, au terme de sa jour­née de tra­vail. Je de­vais prendre beau­coup de risques pour pas­ser à la deuxième séance de qua­li­fi­ca­tions. Nous avons mal gé­ré, mais la voi­ture n’est ab­so­lu­ment pas adap­tée pour ce cir­cuit. »

« JUSTE HEU­REUX »

Il a beau s’agir de la qua­trième pole pour Vet­tel à Sin­ga­pour, où il s’est im­po­sé à quatre re­prises, l’al­le­mand n’en a pas pa­ru moins sur­pris, à en­tendre ses cris de joie à la ra­dio.

« Hier était dif­fi­cile, cet après-mi­di était dif­fi­cile, mais ce soir la voi­ture s’est ré­veillée », a-t-il en­suite ex­pli­qué, trem­blant, avouant avoir pleu­ré après avoir fran­chi la ligne d’ar­ri­vée. « Je sa­vais que nous pou­vions le faire. Nous avons un peu lut­té pour en ar­ri­ver là, mais main­te­nant je suis juste heu­reux. »

Dans la nuit sin­ga­pou­rienne, au­jourd’hui, les Red Bull ten­te­ront en­core de contre­car­rer ses plans.

« En course, ce ne se­ra pas simple de le dé­pas­ser. On ver­ra ce qu’on peut faire dans le pre­mier tour », a pré­ve­nu Vers­tap­pen. « J’ac­cepte la dé­faite d’au­jourd’hui, mais je crois en­core que nous pou­vons ga­gner de­main », a as­su­ré Ric­ciar­do. « Les courses ne se gagnent pas le sa­me­di », a sur­en­ché­ri leur pa­tron, Ch­ris­tian Hor­ner.

Pour frei­ner les ar­deurs d’ha­mil­ton, Vet­tel pour­ra comp­ter sur son coéquipier fin­lan­dais Ki­mi Räikkö­nen, op­por­tu­né­ment in­ter­ca­lé à la qua­trième place sur la grille, juste de­vant le Bri­tan­nique.

« Nous sa­vions que la jour­née se­rait dif­fi­cile, mais je ne pen­sais pas que les Fer­ra­ri se­raient si fortes », a re­con­nu le pilote Mer­cedes. Nous gar­dons es­poir, mais c’est un très mau­vais cir­cuit pour dé­pas­ser, ce se­ra une longue course. Je vais es­sayer de faire un bon dé­part pour pas­ser au moins une voi­ture. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.