Les États-unis sortent de L’UNESCO

Le Journal de Quebec - - MONDE - Loïc Tas­sé

Les États-unis, re­joints par Is­raël, ont dé­ci­dé de sor­tir de L’UNESCO le 31 dé­cembre 2018. Wa­shing­ton pré­texte l’at­ti­tude an­ti-is­raé­lienne de l’or­ga­ni­sa­tion pour s’en re­ti­rer. En vé­ri­té, le pro­gramme en­tier de L’UNESCO s’op­pose aux po­li­tiques de Do­nald Trump et de ses co­pains mil­liar­daires.

Les États-unis avaient dé­jà quit­té l’or­ga­ni­sa­tion en 1984, en ac­cu­sant l’or­ga­ni­sa­tion de mau­vaise ges­tion, puis ils l’avaient ré­in­té­grée en 2002. Ce­pen­dant, cette fois-ci, re­trait des États-unis n’au­gure rien de bon pour l’ave­nir de L’UNESCO. L’or­ga­ni­sa­tion pour­rait su­bir l’in­fluence de plus en plus grande de pays au­to­ri­taires qui ont une concep­tion toute par­ti­cu­lière de l’avan­ce­ment de l’édu­ca­tion, de la science et de la cul­ture.

D’où vient L’UNESCO et quelle est sa mis­sion ? L’UNESCO, ou l’or­ga­ni­sa­tion des Na­tions-unies pour l’édu­ca­tion, la science et les com­mu­ni­ca­tions, est née en 1945. La plu­part des États qui l’ont fon­dée pen­saient ins­tau­rer la paix dans le monde en fai­sant la pro­mo­tion de l’édu­ca­tion, de la science et de la cul­ture. Avec le temps, l’or­ga­ni­sa­tion en est ve­nue à pri­vi­lé­gier l’ac­cès à l’édu­ca­tion, la di­ver­si­té cultu­relle, la pro­tec­tion du pa­tri­moine, le par­tage des pro­grès scien­ti­fiques ain­si que la pro­tec­tion de la li­ber­té d’ex­pres­sion. Les moyens de L’UNESCO sont faibles en com­pa­rai­son de ceux d’autres grandes or­ga­ni­sa­tions de L’ONU. Son bud­get est de 667 mil­lions de dol­lars amé­ri­cains par an.

Pour­quoi les États-unis s’op­posent-ils à L’UNESCO ? La rai­son of­fi­cielle est que L’UNESCO se­rait de­ve­nue an­ti-is­raé­lienne, suite à l’ad­mis­sion de la Pa­les­tine par­mi les États membres en 2011. En fait, le gou­ver­ne­ment d’is­raël re­fuse toute re­con­nais­sance in­ter­na­tio­nale de la Pa­les­tine. Il re­doute aus­si que l’in­clu­sion ré­cente de la ville d’hé­bron par­mi les sites pa­tri­mo­niaux de l’hu­ma­ni­té nuise aux co­lo­nies de peu­ple­ment is­raé­liennes. En quoi le pro­gramme de L’UNESCO est-il dif­fé­rent des idées de Trump ? Le pro­gramme de L’UNESCO s’op­pose aux idées de Trump presque sur tout. Par exemple, L’UNESCO constate que « le monde a at­teint ses li­mites bio­phy­siques ». Il faut donc un dé­ve­lop­pe­ment du­rable qui pro­tège l’environnement. Or, Trump est contre le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et contre la pro­tec­tion de l’environnement. L’UNESCO avance que les pro­blèmes mon­diaux ne peuvent pas être ré­so­lus par un pays seul. Trump croit que les États-unis peuvent s’iso­ler. L’UNESCO es­time que les in­éga­li­tés s’ac­croissent, en par­ti­cu­lier dans les pays de L’OCDE. Trump veut que les riches de­viennent en­core plus riches. L’UNESCO veut que le ré­seau in­ter­net de­meure ou­vert, libre et ac­ces­sible. Trump veut da­van­tage de contrôle sur le ré­seau. L’UNESCO dé­nonce la vio­lence contre les jour­na­listes. Trump at­taque quo­ti­dien­ne­ment les médias. L’UNESCO fait la pro­mo­tion de l’édu­ca­tion. Trump veut cou­per les pro­grammes pu­blics d’édu­ca­tion.

Comment des pays au­to­ri­taires pour­raient-ils contrô­ler L’UNESCO ? Le re­trait des États-unis laisse da­van­tage de place aux puis­sances mon­tantes. La Chine, en par­ti­cu­lier. Or au­cun pays, si­non les États-unis, ne peut faire contre­poids à la Chine. Cette der­nière a d’ailleurs dé­ci­dé de don­ner da­van­tage d’ar­gent à L’UNESCO.

Le re­trait des États-unis fait-il par­tie d’un plus vaste pro­blème ? Plu­sieurs di­ri­geants amé­ri­cains ne com­prennent pas que les États-unis sont beau­coup moins puis­sants qu’au­pa­ra­vant. Pour­tant cette perte d’in­fluence est iné­luc­table. Et mal­heu­reu­se­ment, les dé­mo­cra­ties sont peu nom­breuses dans le monde. Il est donc at­ten­du que des pays au­to­ri­taires tentent de sup­plan­ter les pays dé­mo­cra­tiques pour pro­mou­voir leurs propres in­té­rêts cultu­rels, édu­ca­tifs et scien­ti­fiques. Une trans­for­ma­tion de L’UNESCO en un ins­tru­ment de pro­mo­tion des va­leurs des pays au­to­ri­taires mar­que­rait l’échec du rêve de paix de la ma­jo­ri­té des pays fon­da­teurs des Na­tions-unis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.