Fête na­tio­nale en­deuillée en Espagne

Un pi­lote se tue à bord de son avion de chasse alors qu’il re­tour­nait à sa base après un spec­tacle aé­rien

Le Journal de Quebec - - MONDE -

MA­DRID | (AFP) Quelque 65 000 per­sonnes ont dé­fi­lé hier à Bar­ce­lone en fa­veur de l’uni­té du pays me­na­cée par la crise ca­ta­lane, alors que la fête na­tio­nale es­pa­gnole était en­deuillée par la mort d’un pi­lote dans l’écra­se­ment d’un avion de com­bat.

Le pre­mier mi­nistre Ma­ria­no Ra­joy et le roi Fe­lipe VI ont as­sis­té à la tra­di­tion­nelle pa­rade mi­li­taire le long du bou­le­vard du Pa­seo de la Cas­tel­la­na à Ma­drid pour com­mé­mo­rer l’ar­ri­vée de Ch­ris­tophe Co­lomb en Amé­rique en 1492.

Comme d’ha­bi­tude, les pré­si­dents des ré­gions de Ca­ta­logne, du Pays basque et de Na­varre étaient ab­sents, alors que pour la pre­mière fois de­puis 30 ans, la police na­tio­nale était conviée à dé­fi­ler, pour re­con­naître son rôle après les at­ten­tats dji­ha­distes meur­triers du mois d’août en Ca­ta­logne.

Moins de deux se­maines après avoir été ac­cu­sés d’être in­ter­ve­nue trop du­re­ment lors du ré­fé­ren­dum d’au­to­dé­ter­mi­na­tion, les po­li­ciers ont été par­ti­cu­liè­re­ment ap­plau­dis, par une foule nom­breuse agi­tant le dra­peau es­pa­gnol avec pas­sion.

PI­LOTE DÉ­CÉ­DÉ

Mais l’hu­meur n’est pas fran­che­ment à la fête en Espagne, confron­tée à sa plus grave crise po­li­tique de­puis le re­tour de la dé­mo­cra­tie en 1977, avec la vo­lon­té de di­vorce des in­dé­pen­dan­tistes au pou­voir en Ca­ta­logne.

D’au­tant que la jour­née a été en­deuillée par la mort d’un pi­lote dans l’ac­ci­dent de son Eu­ro­figh­ter, qui avait par­ti­ci­pé au dé­fi­lé aé­rien de la fête na­tio­nale.

L’avion de com­bat s’est écra­sé dans un champ pen­dant sa ma­noeuvre d’ap­proche à l’at­ter­ris­sage à la base aé­rienne de Los Lla­nos, à 300 km au sud-est de la ca­pi­tale.

Au même mo­ment, ils étaient 65 000, se­lon la police mu­ni­ci­pale, à dé­fi­ler dans les rues de Bar­ce­lone en scan­dant des mes­sages hos­tiles aux di­ri­geants in­dé­pen­dan­tistes.

EN PRI­SON

« Puig­de­mont en pri­son » criaient les ma­ni­fes­tants en ré­fé­rence au pré­sident ré­gio­nal Carles Puig­de­mont, qui a or­ga­ni­sé le 1er oc­tobre un ré­fé­ren­dum d’au­to­dé­ter­mi­na­tion, in­ter­dit par Ma­drid, et en­tend rendre in­dé­pen­dante cette ré­gion de 7,5 M d’ha­bi­tants, di­vi­sée sur la sé­ces­sion.

Mer­cre­di, Ma­drid a lan­cé un ul­ti­ma­tum au pré­sident sé­pa­ra­tiste, lui don­nant jus­qu’à lun­di 10 h pour « cla­ri­fier » sa po­si­tion. Si M. Puig­de­mont per­siste, le Ma­drid lui ac­cor­de­ra un dé­lai sup­plé­men­taire jus­qu’au jeu­di 19 oc­tobre à 10 h pour faire ma­chine ar­rière, avant de prendre le contrôle de la Ca­ta­logne comme le lui per­met la Cons­ti­tu­tion.

La sus­pen­sion de l’au­to­no­mie se­rait consi­dé­rée par beau­coup de Ca­ta­lans comme un af­front.

PHO­TOS AFP

À Bar­ce­lone, hier, des mil­liers de per­sonnes par­ti­ci­paient à une marche sous le slo­gan « La Ca­ta­logne oui, l’espagne aus­si ». Ci-contre, deux sol­dats près des restes de l’avion qui s’est écra­sé, hier, après avoir par­ti­ci­pé au dé­fi­lé aé­rien.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.