Il se voit comme « un jus­ti­cier de la Toile »

L’ac­cu­sé a me­na­cé de mort trois cé­lé­bri­tés

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - KATH­LEEN FRE­NETTE

Les pro­pos in­quié­tants te­nus par l’homme qui a me­na­cé de mort les hu­mo­ristes Guy Nan­tel, Mike Ward et l’ex-dra­gon Fran­çois Lam­bert ont ame­né le juge Jacques Ouel­let à le gar­der dé­te­nu.

Tête basse, Jean Dar­veau a été ame­né de­vant la cour, hier après-mi­di, pour y su­bir son en­quête sur re­mise en li­ber­té.

D’en­trée de jeu, la pour­sui­vante, Me Ca­ro­lyne Sa­vard, et l’avo­cate de la dé­fense, Me Mi­chelle Blouin, ont fait sa­voir au juge qu’elles dé­si­raient de­man­der, de fa­çon com­mune, à ce que l’homme de 48 ans soit éva­lué sur sa res­pon­sa­bi­li­té cri­mi­nelle.

Par contre, elles ne s’en­ten­daient pas sur la re­mise en li­ber­té ou non de l’homme, et le juge a tran­ché pour la dé­ten­tion après avoir en­ten­du les pro­pos que Dar­veau a te­nu aux po­li­ciers et qui ont été rap­por­tés par l’en­quê­teur au dos­sier.

ME­NACES

Le 3 no­vembre au ma­tin, Dar­veau, qui ne pos­sède au­cun an­té­cé­dent ju­di­ciaire, a été ar­rê­té à son do­mi­cile par les membres du groupe tac­tique d’in­ter­ven­tion du Ser­vice de po­lice de la Ville de Qué­bec.

Ils avaient, à ce mo­ment-là, l’in­for­ma­tion que des armes (qui ap­par­te­naient au pro­prié­taire de l’en­droit) se trou­vaient à l’in­té­rieur du lo­ge­ment. C’est pour cette rai­son que rien n’a été lais­sé au ha­sard.

Lors de son in­ter­ro­ga­toire, Dar­veau n’a pas nié avoir me­na­cé de mort Nan­tel, Ward et Lam­bert. « Concer­nant Guy Nan­tel, l’ac­cu­sé a même dit que lors­qu’il voyait sa face, il vou­lait lui en câ­lis­ser une. Il a éga­le­ment pré­ci­sé que c’était mieux de le dire que de le faire », a rap­por­té l’en­quê­teur Claude Roy qui a qua­li­fié le dis­cours te­nu par Dar­veau de « dé­cou­su ».

Tou­te­fois, ce sont sur­tout des pa­roles te­nues à pro­pos de la « ra­di­ca­li­sa­tion » qui ont in­quié­té le juge. L’homme se voit comme « un jus­ti­cier de la Toile », un « dé­fen­seur des vul­né­rables ».

Au sur­plus, Dar­veau a ré­pé­té aux en­quê­teurs, et ce, à plus d’une re­prise, qu’il était « prêt à tuer et à mou­rir ».

RISQUE MAR­QUÉ

Si Dar­veau était re­mis en li­ber­té, il pré­sen­te­rait un « risque mar­qué de com­mettre une nou­velle in­frac­tion », croit le juge Ouel­let. C’est donc pour la sé­cu­ri­té du pu­blic, mais aus­si pour celle de l’ac­cu­sé, qui a dé­jà te­nu des pro­pos sui­ci­daires en men­tion­nant entre autres vou­loir être « tué par des po­li­ciers », que le ma­gis­trat a or­don­né que Dar­veau soit dé­te­nu à l’ins­ti­tut uni­ver­si­taire en san­té men­tale de Qué­bec et qu’il y soit éva­lué.

PHO­TOS D’ARCHIVES

Guy Nan­tel

Mike Ward Fran­çois Lam­bert

JEAN DAR­VEAU Ac­cu­sé

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.