Cha­rest s’ex­cuse... et nie avoir abu­sé de neuf skieuses

L’ex-en­traî­neur pour­rait être li­bé­ré en dé­cembre

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - DAVE PARENT

L’ex-en­traî­neur de ski Ber­trand Cha­rest s’est adres­sé pour la pre­mière fois à ses neuf vic­times hier. Il s’est ex­cu­sé, mais a nié toutes les agres­sions sexuelles pour les­quelles il a été re­con­nu cou­pable.

Ber­trand Cha­rest s’est d’abord adres­sé aux vic­times en nom­mant cha­cune d’entre elles. « Je veux vous dire que du pre­mier jour des ac­cu­sa­tions, j’ai ab­so­lu­ment tout fait pour évi­ter un pro­cès pour vous. Mal­heu­reu­se­ment sans suc­cès, car j’au­rais dû plai­der cou­pable à des actes ou à des in­ten­tions que je n’avais pas com­mis. »

La voix nouée, en san­glo­tant, l’an­cien en­traî­neur, au­jourd’hui âgé de 52 ans, a in­sis­té sur le fait qu’il était beau­coup plus jeune au mo­ment des faits.

« Je réa­lise qu’à 25 ans, je n’avais pas la ma­tu­ri­té ou tous les ou­tils pour bien vous gui­der en pas­sant 10 mois par an­née avec vous, loin de la mai­son. Mal­gré toutes mes ten­ta­tives de faire le bien au­tour de moi au cours de toutes ces an­nées, je suis vrai­ment dé­so­lé de n’avoir pu sou­la­ger vos souf­frances [sic]. Je n’ai ja­mais eu l’in­ten­tion et la vo­lon­té consciente de vous bles­ser », a ajou­té Cha­rest, tou­jours ému.

C’était la pre­mière fois que Ber­trand Cha­rest pre­nait la pa­role de­puis le dé­but des pro­cé­dures ju­di­ciaires.

En ap­pel du ver­dict de culpa­bi­li­té, il sou­tient tou­jours qu’il en­tre­te­nait des re­la­tions amou­reuses avec au moins trois de ses vic­times.

« Dès 1998, j’ai com­pris que pour en­traî­ner des ath­lètes de haut ni­veau afin de les ame­ner aux Jeux olym­piques, il faut des in­ter­ven­tions mus­clées, frois­ser des sen­si­bi­li­tés et être dur par mo­ment, et que cet état de fait était com­plè­te­ment in­com­pa­tible avec des re­la­tions amou­reuses », a-t-il dit en re­gar­dant les per­sonnes pré­sentes dans la salle.

QUATRE À SIX ANS

L’avo­cat de Ber­trand Cha­rest, An­to­nio Ca­bral, pro­pose une sen­tence de quatre à six ans de dé­ten­tion. Ayant dé­jà pur­gé trois ans de dé­ten­tion pré­ven­tive comp­tant pour quatre ans et deux mois, il se pour­rait qu’il sorte de pri­son dès le mois de dé­cembre si le juge dé­ci­dait de lui im­po­ser une peine de quatre ans comme le ré­clame son avo­cat.

BER­TRAND CHA­REST Ex-en­traî­neur de ski

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.