Le fé­dé­ral ap­pe­lé à lar­guer Phé­nix au lieu de le ré­pa­rer

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS - MAXIME HUARD

OT­TA­WA | Mal­gré les cen­taines de mil­lions de dol­lars dé­jà dé­pen­sés par Ot­ta­wa sur le sys­tème de paye Phé­nix, un des prin­ci­paux syn­di­cats de la fonc­tion pu­blique a ex­hor­té hier le gou­ver­ne­ment à lar­guer le lo­gi­ciel dé­fec­tueux afin d’en conce­voir un nou­veau.

Se­lon l’ins­ti­tut pro­fes­sion­nel de la fonc­tion pu­blique du Ca­na­da (IPFPC), qui re­pré­sente plus de 50 000 fonc­tion­naires fé­dé­raux, la si­tua­tion de Phé­nix est « sans es­poir ».

« As­sez, c’est as­sez ! Après deux ans de pro­blèmes, nos membres ont per­du confiance. Nous avons be­soin d’un sys­tème qui marche », a dé­cla­ré en confé­rence de presse la pré­si­dente du syn­di­cat, Debi Daviau, rap­pe­lant que la paye de plus de 150 000 fonc­tion­naires avait été af­fec­tée.

L’IPFPC main­tient qu’il se­rait plus ra­pide pour le gou­ver­ne­ment d’uti­li­ser son ex­per­tise in­terne afin de dé­ve­lop­per un nou­veau sys­tème que de ten­ter de ré­pa­rer Phé­nix.

Le syn­di­cat croit que cette so­lu­tion pour­rait être mise en place d’ici un an, sans tou­te­fois être en me­sure d’as­su­rer que l’opé­ra­tion se fe­rait à coût nul. C’est que l’en­tre­tien de Phé­nix de­vrait se pour­suivre du­rant le dé­ve­lop­pe­ment éven­tuel d’un nou­veau sys­tème.

DÉ­MARCHES EN­TA­MÉES

Des dé­marches ont dé­jà été en­ta­mées afin de convaincre le fé­dé­ral de la via­bi­li­té du pro­jet, dit L’IPFPC, qui re­pré­sente, entre autres, les spé­cia­listes en in­for­ma­tique de la fonc­tion pu­blique.

« Le gou­ver­ne­ment a de la dif­fi­cul­té à ad­mettre qu’il a in­ves­ti au­tant d’ar­gent et que ça ne fonc­tionne pas. Mais à un mo­ment don­né, il faut mettre de cô­té ce qui fait dé­faut et re­com­men­cer à zé­ro », a af­fir­mé le vice-pré­sident du syn­di­cat, Stéphane Au­bry.

Sans com­men­ter pré­ci­sé­ment la pro­po­si­tion de L’IPFPC, le mi­nis­tère des Ser­vices pu­blics et de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment a dit tra­vailler avec les syn­di­cats pour trouver des so­lu­tions aux dé­boires de Phé­nix. « Nous sommes à l’écoute des pré­oc­cu­pa­tions et des pro­blèmes sou­le­vés par les em­ployés, et nous sommes dé­ter­mi­nés à col­la­bo­rer à tous les ni­veaux pour les ré­soudre le plus ra­pi­de­ment pos­sible », a in­di­qué l’at­ta­chée de presse de la mi­nistre Car­la Qual­trough, Ash­ley Mich­nows­ki.

265 000 TRAN­SAC­TIONS EN RE­TARD

L’an der­nier, le gou­ver­ne­ment s’était don­né pour ob­jec­tif de ré­gler le pro­blème avant le 31 oc­tobre 2016. Tou­te­fois, Phé­nix ac­cu­mu­lait tou­jours 265 000 tran­sac­tions en re­tard à la fin d’oc­tobre 2017.

Im­plan­té dans l’es­poir de dé­ga­ger des éco­no­mies de 70 mil­lions $ par an­née, le sys­tème in­for­ma­ti­sé de­vrait plu­tôt coû­ter 93 mil­lions $ cette an­née juste pour ten­ter de ré­pa­rer les pro­blèmes qu’il cause.

Dé­ve­lop­pé par IBM, Phé­nix a été im­plan­té en fé­vrier 2016 pour un coût su­pé­rieur à 300 mil­lions $.

La fac­ture to­tale pour la réparation du sys­tème de paye pour­rait dé­pas­ser le mil­liard de dol­lars, a lais­sé en­tendre la mi­nistre Qual­trough au cours d’une en­tre­vue ac­cor­dée au ré­seau CTV en fin de se­maine der­nière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.