UNE ARME DE HAUTE PRÉ­CI­SION

Le mous­tique pique grâce à une trompe qui abrite six sty­lets, ayant cha­cun un rôle es­sen­tiel.

Le Journal de Quebec - - ACTUALITÉS -

1.SCIER

Les maxil­laires sortent de la trompe et scient la peau à la re­cherche d’un vais­seau san­guin, grâce à leurs dents très fines.

2.ÉCAR­TER

Deux autres ai­guilles ca­chées dans la trompe, les man­di­bules, main­tiennent les tis­sus écar­tés pen­dant la creu­sée et la fu­ture as­pi­ra­tion.

3.RE­PÉ­RER

L’ai­guille qui pom­pe­ra le sang, le la­brum, est do­tée d’un ré­cep­teur qui re­père les pro­duits chi­miques sé­cré­tés na­tu­rel­le­ment par les vais­seaux san­guins. Ce ré­cep­teur guide le mous­tique.

4.POMPER

Le la­brum absorbe de 4 à 10 mm3 de sang.

5.LIQUÉFIER

En­fin, l’hy­po­pha­rynx in­jecte un peu de sa­live. Cette sa­live bloque les dé­fenses im­mu­ni­taires, di­late les vais­seaux et garde le sang li­quide, ce qui fa­ci­lite la ponc­tion. C’est par la sa­live que les vi­rus sont trans­mis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.