Cham­pagne su­per­no­va

Aper­çu de la fête en l’hon­neur du nou­veau par­fum pé­tillant de Marc Ja­cobs

Le Kit - - THEKIT.CA - PAR NA­TA­SHA BRU­NO

Une sta­tion pour les huîtres et le ca­viar, des tables à di­ner aux sur­faces mi­roi­tées des­cen­dant du pla­fond et le Blanc de Blancs de Rui­nart cou­lant à flot : le cham­pagne est de­puis long­temps un sym­bole de luxe et de célébration, ce cadre était donc par­fait pour cé­lé­brer le lan­ce­ment du der­nier par­fum Marc Ja­cobs, Di­vine Decadence, à l’aide d’un re­pas en com­pa­gnie de cé­lé­bri­tés dans un vieux ci­né­ma du cen­tre­ville de Los An­geles. Même se­lon les stan­dards hol­ly­woo­diens, la soi­rée était haute en cou­leurs avec son hô­tesse, la top mo­dèle Adria­na Li­ma, la muse et le vi­sage du par­fum, vê­tue d’une robe mé­tal­lique fen­due aux cuisses de la col­lec­tion

Re­sort 2017 du créa­teur. Après les cock­tails dans le lob­by, Li­ma a di­ri­gé les in­vi­tés vers l’in­té­rieur du théâtre ba­roque, où les ve­dettes comme Tra­cee El­lis Ross, El­len Pom­peo, Angie Har­mon, Ra­shi­da Jones et Ash­ley Ben­son ont pris place à leur table sur scène pour y dé­gus­ter un me­nu ins­pi­ré des notes du par­fum.

Le nou­veau par­fum flo­ral est la suite plus ef­fer­ves­cente de Decadence, qui a été lan­cé l’au­tomne der­nier, avec ses notes de cham­pagne, de fleurs d’oran­ger et de ber­ga­mote qui se fondent en un bou­quet de fleurs blanches. En fin de jour­née (ou de soi­rée), la cha­leur du sa­fran, de la va­nille et de l’ambre li­quide per­siste alors que le par­fum s’es­tompe. Même le fla­con avec sa forme dis­tincte de sac à main, et sa chaine do­rée, a été re­pen­sé avec son im­pri­mé py­thon bleu sar­celle et son jus cou­leur éme­raude. « Rien n’est mo­di­fié sans que Marc ne soit consul­té, » dit Ann Got­tlieb, à la tête de la concep­tion de plu­sieurs des par­fums de Ja­cobs.

Bien que les notes ins­pi­rées de bois­sons al­coo­li­sées ne sont pas une nou­veau­té dans le monde du par­fum, peu sont uti­li­sées. « Plu­sieurs com­pa­gnies et pro­duits ne veulent pas s’as­so­cier à l’al­cool », ex­plique Got­tlieb. Celles qui osent ont ten­dance à être « un peu co­quines

». Dans ce cas-ci, son usage s’aligne par­fai­te­ment à la na­ture sexy de Decadence, stric­te­ment ré­ser­vé aux adultes. Mais les par­fums aux notes al­coo­li­sés bé­né­fi­cient au­jourd’hui d’une nou­velle so­phis­ti­ca­tion. « Les par­fu­meurs les ont raf­fi­nés, ils ne do­minent donc pas au­tant que dans le pas­sé, » dit Got­tlieb. « Ils sont pré­sents pour ajou­ter du ca­rac­tère, sans tou­te­fois do­mi­ner. »

Pour Li­ma, le pro­jet lui a per­mis d’éveiller la star hol­ly­woo­dienne en elle pour la cam­pagne de pu­bli­ci­té sé­duc­trice pho­to­gra­phiée par le lé­gen­daire Ste­ven Mei­sel. « Je pen­sais à Eli­za­beth Tay­lor, Au­drey Hep­burn et So­phia Lo­ren, mais une ver­sion mo­derne de ces belles femmes, » dit la man­ne­quin de 35 ans, qui s’est rou­lée par terre avec aban­don dans une pe­tite robe à bre­telles, un oeil char­bon­neux et des che­veux ébou­rif­fés. « J’ai tou­jours vou­lu jouer une scène comme ce­la. » Et les cé­lé­bra­tions de cette en­ver­gure, elle en a l’ha­bi­tude. Lors­qu’on lui de­mande quelles sont ses bulles pré­fé­rées, elle n’hé­site pas : « Moët & Chan­don Moët Ice Impérial. » San­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.