Un ro­man re­cher­ché

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - CULTURE - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

LIT­TÉ­RA­TURE. La Ver­du­noise Tal­hi Briones a tra­vaillé près de 15 ans avant de pu­blier son pre­mier ro­man Hié­ro­glyphes qui aborde l’Égypte an­cienne à tra­vers quelque 800 pages. Ce pro­jet d’écri­ture vient com­plé­ter son par­cours en tant qu’illus­tra­trice et bé­déiste.

«Ça a été des an­nées de re­cherche qui m’ont per­mis de mieux ex­pli­quer cer­taines choses parce qu’avant je n’avais pas l’his­toire, ex­plique l’écri­vaine de 33 ans. Pa­ral­lè­le­ment, ça m’a lais­sé le temps de de­ve­nir une adulte donc de com­prendre cer­taines nuances et en­jeux. J’ai donc ré­écrit dix fois le même texte pour trou­ver la bonne fin et j’ai même pris le temps d’al­ler en Égypte.»

Son pre­mier ro­man, qui mé­lange le réel et le fan­tas­tique, a été l’op­por­tu­ni­té de trou­ver son propre ton nar­ra­tif. Tal­hi Briones a d’abord ef­fec­tué seule ses dé­marches, puis elle s’est ap­puyée sur sa mai­son d’édi­tion pour trou­ver un juste mi­lieu entre les spé­ci­fi­ci­tés his­to­riques et les élé­ments de la lec­ture.

«Ce ro­man est is­su d’un dé­sir qui est en moi de trou­ver dans le fan­tas­tique les choses que je ne réus­sis­sais pas à trou­ver pour le rendre vrai­sem­blable. Il y a une grande quan­ti­té de ro­mans fan­tas­tiques dans les­quels les uni­vers ne se tiennent pas vrai­ment et ça me frus­trait. J’ai tou­jours ado­ré l’Égypte an­cienne donc ça ne m’a pas dé­ran­gé d’ef­fec­tuer des re­cherches», af­firme la Ver­du­noise.

Ses re­cherches se sont ain­si ba­sées sur les croyances et les dif­fé­rentes my­tho­lo­gies de l’époque, no­tam­ment sur le peuple hé­breu, les anges et les dé­mons.

RE­PRÉ­SEN­TA­TI­VI­TÉ

«J’avais aus­si es­sayé de me re­trou­ver un peu moi-même parce que je suis une femme de cou­leur, d’ori­gine chi­lienne, je suis une peintre et en plus de ça, je suis is­sue d’une mi­no­ri­té sexuelle, sou­ligne Mme Briones. Ce sont toutes des choses que je n’ai ja­mais re­trou­vées dans les ro­mans fan­tas­tiques que je li­sais ou dans la lit­té­ra­ture en gé­né­ral.»

Elle dé­crit alors son hé­roïne comme étant une ado­les­cente qui doit se ma­rier, mais qui es­saye de re­prendre le contrôle de son corps, tout en pre­nant ses propres dé­ci­sions. So­ro­mé se­rait dé­pour­vue de tout pou­voir ma­gique, mais se­rait at­ti­rante pour tous ceux qui veulent s’ap­pro­cher du pou­voir et du pa­lais au­quel elle a ac­cès.

«J’ai vrai­ment es­sayé de prendre la route la plus hu­maine en es­sayant par exemple d’ex­plo­rer le pro­fi­lage policier ra­cial, le clash des dif­fé­rentes re­li­gions, ou en­core des dis­cri­mi­na­tions à tous les ni­veaux de la so­cié­té. Je n’ai pas tant es­sayé d’écrire un mes­sage que d’écrire un monde avec les gé­né­ra­li­tés avec les­quelles on fait en­core face et qui de­vaient dé­jà exis­ter à ce mo­ment-là», rap­porte Tal­hi Briones.

Elle af­firme évi­ter tout as­pect mo­ra­li­sa­teur, mais pré­sen­ter des thèmes qui sont en­core im­por­tants de nos jours à Mon­tréal.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

L’image en cou­ver­ture du ro­man Hié­ro­glyphes est réa­li­sée par l’au­teure elle-même, la Ver­du­noise Tal­hi Briones.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.