Se­ringue au parc

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - LA UNE - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

SO­CIÉ­TÉ. Mi­na, une pe­tite fille de 4 ans, était dans l’aire de jeux pour en­fants du parc Al­fred-Sau­vé lors­qu’elle a trou­vé une se­ringue souillée au sol. Vou­lant jouer au doc­teur, elle se l’est plan­té dans la cuisse avant que sa soeur de 7 ans, Ro­my, ait le temps d’aler­ter les adultes pré­sents sur place.

L’aire de jeux pour en­fants a plu­sieurs clô­tures qui per­mettent de dé­li­mi­ter l’es­pace du parc Al­bert-Sau­vé. Le père de fa­mille Sé­bas­tien La­pointe, en pro­fite pour don­ner un peu de li­ber­té à ses en­fants qui peuvent alors jouer en­semble à quelques mètres de lui.

« Mi­na était as­sise sur la roche, puis elle a pris la se­ringue et elle s’est pi­quée, ra­conte sa soeur, Ro­my. On par­lait [avec ma co­pine], mais quand on s’est re­tour­né et qu’on l’a vu, on est al­lé le dire aux adultes. »

M. La­pointe sou­tient que l’ob­jet in­ha­bi­tuel a été at­ti­rant pour les en­fants.

« Ils veulent jouer avec parce que sou­vent ils ont vu le mé­de­cin leur faire des pi­qures pour un vac­cin, par exemple. C’est ce qui est ar­ri­vé avec Mi­na. D’ailleurs, à la mai­son on a un cos­tume de mé­de­cin avec un ob­jet qui res­semble à une se­ringue », rap­porte-t-il.

La fa­mille a d’abord ap­pe­lé In­fo San­té le 15 août, puis a em­me­né leur fille aux ur­gences de l’hô­pi­tal pour en­fants vers 19h. Les prin­ci­paux risques concer­ne­raient le VIH et l’hé­pa­tite B pour les­quels elle a re­çu dif­fé­rents trai­te­ments jusque 2h du ma­tin en­vi­ron. Mi­na va bien, mais son état de san­té est en­core à sur­veillé dans les pro­chains mois.

CONSCIENTISER

« Pour nous, c’est une nou­velle réa­li­té parce qu’on a ja­mais pen­sé que ça pou­vait ar­ri­ver ici, sou­ligne ce­lui qui a em­mé­na­gé à Ver­dun il y a 30 ans avec ses pa­rents et qui y vit à nou­veau de­puis plus de 5 ans avec sa fa­mille. On se di­sait que ça ar­ri­vait plu­tôt à Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve ou dans des quar­tiers plus à pro­blèmes, bien que Ver­dun soit his­to­ri­que­ment so­cio éco­no­mi­que­ment dé­fa­vo­ri­sé. »

Le soir de l’in­ci­dent, Sé­bas­tien La­pointe est re­tour­né ins­pec­ter le parc où il a trou­vé une pe­tite fiole. Il en a aus­si par­lé aux voi­sins et l’un d’entre eux, dont l’ha­bi­ta­tion donne sur la ruelle au coin du bou­le­vard LaSalle et de la rue Ru­sh­brooke, as­sure trou­ver ré­gu­liè­re­ment des se­ringues souillées sur sa pro­prié­té. Lors du pas­sage d’IDS/Ver­dun Heb­do le 16 août, les lieux avaient été net­toyés au len­de­main de l’ac­ci­dent et au­cun item a été trou­vé.

«Sans être alar­miste, on pense que c’est im­por­tant pour tout le monde de com­prendre que ça fait par­tie de notre quar­tier, entre autres les édu­ca­trices de gar­de­rie de mi­lieu uni­fa­mi­liale et de CPE qui amènent les en­fants au parc. C’est aus­si de sen­si­bi­li­ser les pa­rents une fois de temps en temps pour qu’ils fassent le tour du parc, d’es­sayer d’être plus vi­gi­lant col­lec­ti­ve­ment. »

Il rap­pelle que sou­vent les consom­ma­teurs s’éloignent peu de l’en­droit où ils ont ache­té le stu­pé­fiant. Il s’in­ter­roge donc sur l’am­pleur de la si­tua­tion et les me­sures ap­pro­priées, par exemple, peindre des se­ringues où elles ont été re­trou­vées, ren­for­cer la pré­sence po­li­cière ou pla­cer une ca­mé­ra de sé­cu­ri­té.

Dans l’ar­ron­dis­se­ment, le Tra­vail de rue ac­tion com­mu­nau­taire a no­tam­ment pour mis­sion de fa­vo­ri­ser le mieux-être des jeunes vi­vant des si­tua­tions de toxi­co­ma­nie.

(Pho­to: IDS/Ver­dun Heb­do - So­phie Pois­son)

Sé­bas­tien La­pointe porte sa fille Mi­na qui s’est pi­quée la veille avec une se­ringue souillée qu’elle a trou­vée dans les branches que sa soeur Ro­my pointe du doigt.

(Pho­to: IDS/Ver­dun Heb­do - So­phie Pois­son)

Un mes­sage à la craie a été no­té en cou­leurs sur la place si­tuée à l’en­trée de l’aire de jeux pour aver­tir les fa­milles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.