Nou­veau trot­ti­bus

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - LA UNE - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

COM­MU­NAU­TAIRE. Le Ver­du­nois Ma­thieu Ga­gnon lance le concept de trot­ti­bus à l’école pri­maire Cha­noine-Jo­seph-Théo­rêt. Le sys­tème d’en­traide qui per­met aux pa­rents de se par­ta­ger l’ac­com­pa­gne­ment des en­fants vers l’éta­blis­se­ment sco­laire, de fa­çon ac­tive et sé­cu­ri­taire, se­ra mis en place dès la ren­trée.

De­puis trois ans, M. Ga­gnon était le co­or­don­na­teur du trot­ti­bus de l’école pri­maire Notre-Dame-de-la-Garde. Avec le chan­ge­ment de bas­sin sco­laire, ses deux en­fants sont trans­fé­rés dans l’éta­blis­se­ment Cha­noine-Jo­seph-Théo­rêt. Il n’est pas le seul dans ce cas, ce qui lui per­met­tra d’avoir des fa­milles ha­bi­tuées au trot­ti­bus à se joindre à son ini­tia­tive.

«Il y a beau­coup d’in­ter­ac­tions et c’est rare par exemple que les en­fants aient la chance de par­ler avec des adultes dans un contexte qui ne soit pas d’au­to­ri­té. Tout le monde y gagne puis­qu’on ap­prend à connaître les jeunes et in­ver­se­ment, mais aus­si les pa­rents», ra­conte ce­lui qui a ain­si dé­cou­vert que trois de ses voi­sins avaient des en­fants qui al­laient à la même école que les siens.

Le trot­ti­bus de la So­cié­té ca­na­dienne du can­cer a aus­si pour ob­jec­tif de faire adop­ter de saines ha­bi­tudes de vie dès le plus jeune âge.

«Il faut que l’en­fant soit in­té­res­sé à mar­cher, mais ha­bi­tuel­le­ment il n’y a pas de pro­blème puisque les bas­sins sont à l’in­té­rieur de la li­mite de 1.6 km. On s’ha­bi­tue, ça de­vient na­tu­rel et ça peut même nous man­quer si on ne va pas mar­cher le ma­tin. Et puis, les jeunes ar­rivent à l’école un peu plus ré­veillés», sou­tient le Ver­du­nois.

FONC­TION­NE­MENT

Un son­dage a per­mis de ci­bler plus de 70 in­té­res­sés à l’école Cha­noine-Joesph-Théo­rêt.

«Avec un kiosque d’in­for­ma­tion, je pré­sente une carte sur la­quelle les pa­rents in­té­res­sés mettent l’en­droit où ils ré­sident, ex­plique le père de trois en­fants. On réus­sit ain­si à dé­bu­ter un tra­jet avec deux ou trois fa­milles et lorsque d’autres voient que tous les jours, un trot­ti­bus passe et que c’est fiable, ils l’es­sayent et on fi­nit par être une quin­zaine.»

Une fois le sys­tème d’en­traide créé, l’ob­jec­tif est de le main­te­nir et de fa­vo­ri­ser de nou­veaux tra­jets pour re­joindre un maxi­mum de per­sonnes. Il s’agit aus­si de re­cru­ter des bé­né­voles, qu’ils soient des pa­rents ou des membres de la com­mu­nau­té, comme des aî­nés.

M. Ga­gnon a sui­vi la for­ma­tion des for­ma­teurs, ce qui lui per­met d’or­ga­ni­ser deux fois par an une séance d’une heure en­vi­ron pour pré­pa­rer les in­té­res­sés aux tâches qui les at­tendent, par exemple, pour en­ca­drer les jeunes, pour tra­ver­ser la rue, ou en­core pour pré­ve­nir d’une ab­sence. Des ha­bi­tués sont aus­si pré­sents pour par­ta­ger leurs ex­pé­riences.

«On va être la qua­trième école à Ver­dun à par­ti­ci­per au pro­jet et dé­jà l’an der­nier, il y avait dé­jà une cen­taine d’en­fants pour une cin­quan­taine de bé­né­voles. Je pense qu’on pour­rait donc faire des for­ma­tions tous en­semble, ce qui per­met­trait d’en avoir plus. C’est pour­quoi j’ai le pro­jet de contac­ter les autres co­mi­tés de l’ar­ron­dis­se­ment», an­nonce le Ver­du­nois.

L’autre obli­ga­tion pour les bé­né­voles est de se sou­mettre à une vé­ri­fi­ca­tion d’an­té­cé­dents ju­di­ciaires.

Le trot­ti­bus de Cha­noine-Jo­seph-Théo­rêt fonc­tion­ne­ra tout au long de l’an­née sco­laire, le ma­tin uni­que­ment.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

Le trot­ti­bus Cha­noine-Jo­seph-Théo­rêt de­vient le qua­trième à voir le jour à Ver­dun.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.