La mai­resse Barbe at­tend la ver­sion fi­nale avant de se pro­non­cer

Le Messager La Salle - - LASALLE EN CHANTIER - PIERRE BOULANGER

« Le mois der­nier, je n’étais pas confor­table du tout avec le rè­gle­ment tel qu’il était écrit. Il se­ra mo­di­fié pour re­pré­sen­ter da­van­tage la réa­li­té et j’at­tends la nou­velle ver­sion. Mais je n’ai qu’un vote et je ne parle que pour moi », a dé­cla­ré la mai­resse, ques­tion­née par trois pro­prié­taires de chiens in­quiets lors du conseil d’ar­ron­dis­se­ment du 6 sep­tembre.

La mai­resse dit croire da­van­tage en un rè­gle­ment qui ren­drait les pro­prié­taires de chiens plus res­pon­sables de leurs ani­maux. « Trop de gens achètent un ani­mal et ne réa­lisent pas que c’est une sorte de contrat pour la vie de ces ani­maux ».

ANI­MAUX. La mai­resse de l’ar­ron­dis­se­ment de La­salle, Ma­non Barbe, n’a pas pris de dé­ci­sion fi­nale concer­nant le vote pré­vu le 26 sep­tembre à l’hô­tel de ville de Mon­tréal pour l’adop­tion d’un rè­gle­ment sur les chiens dan­ge­reux pré­co­ni­sé par l’ad­mi­nis­tra­tion du maire Co­derre.

Elle sou­ligne que « l’ar­ron­dis­se­ment est pro­ba­ble­ment ce­lui qui in­ves­tit le plus d’ar­gent pour la pa­trouille ani­male et nous ne pou­vons pas faire la job par­fai­te­ment. On ne peut avoir une pa­trouille pour chaque pro­prié­taire de chiens ».

La mai­resse et le conseiller de ville Ri­chard Des­champs ne font pas par­tie de l’équipe du maire Co­derre, alors que c’est le cas de la conseillère Mo­nique Val­lée, qui siège au co­mi­té exé­cu­tif mont­réa­lais

« C’est triste, mais nous sommes élus pour la sé­cu­ri­té de tous les ci­toyens. Quelle op­tion al­lons-nous prendre ? Je n’ai pas une boule de cris­tal », dit Mme Barbe.

CRAINTES SÉRIEUSES

Crai­gnant que la ré­gle­men­ta­tion puisse in­clure « toutes sortes de chiens parce qu’ils ont une grosse tête », le ci­toyen Ryan Jones Oli­vo a dit re­dou­ter que plu­sieurs chiens prêts à être adop­tés pour­raient être re­je­tés à cause de leur res­sem­blance avec un pit­bull.

La ci­toyenne Lin­da Cloud a sou­li­gné pour sa part que la Ville de Cal­ga­ry avait pris des me­sures si­mi­laires dans le pas­sé, mais a dû re­ve­nir de l’ar­rière par la suite. « Au moins 98 % des chiens vont bien alors qu’une mi­no­ri­té nuit aux autres. Une mu­se­lière, c’est une très mau­vaise idée pour un chien », dit-elle.

Pour sa part, Ch­ris­ti­na Mu­sac­chio a dit craindre ce qu’elle a qua­li­fiés de « meurtres de mil­liers de chiens in­no­cents » et a sou­hai­té avoir l’ap­pui des élus pour re­je­ter le rè­gle­ment.

La mai­resse Barbe a ré­pon­du que le rè­gle­ment pour­rait être adop­té à la fin de sep­tembre ou plus tard et que son ap­pli­ca­tion se­ra dé­vo­lue à chaque ar­ron­dis­se­ment. « Nous re­ce­vons tel­le­ment de cour­riels et nous ne pou­vons pas vo­ter sans connaître tous les dé­tails du rè­gle­ment », dit-elle.

Rap­pe­lons qu’avec la nou­velle rè­gle­men­ta­tion, les pro­prié­taires dé­te­nant dé­jà des pit­bulls pour­ront gar­der leurs ani­maux en res­pec­tant une sé­rie de me­sures. Ils de­vront sou­mettre un do­cu­ment pré­sen­tant une preuve d’ab­sence de dos­sier ju­di­ciaire, une preuve de sté­ri­li­sa­tion et de mi­cro­pu­çage de leur ani­mal.

(Photo TC Me­dia –Ar­chives)

Dans l’ar­ron­dis­se­ment de La­salle, quelque 500 pit­bulls ont été ré­per­to­riés en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.