Sculp­ture lumineuse et in­ter­ac­tive au Cé­gep An­dré-lau­ren­deau

Le Messager La Salle - - SPORTS - PIERRE BOU­LAN­GER

TECH­NO­LO­GIE. Les mil­liers d’étu­diants et de spec­ta­teurs du Théâtre Des­jar­dins qui em­pruntent la porte 4 du Cé­gep An­dré-lau­ren­deau peuvent dé­sor­mais ad­mi­rer une sculp­ture in­ter­ac­tive in­ti­tu­lée

qui y se­ra ex­po­sée jus­qu’en 2020.

L’oeuvre de l’ar­tiste nu­mé­rique Ma­nuel Chantre met en scène un ath­lète de par­kour qui est im­mo­bi­li­sé dans un mou­ve­ment de sal­to.

« Ma thé­ma­tique est le trans­port du 21e siècle. Mon per­son­nage est un ath­lète de par­cours qui fait de la gym­nas­tique ur­baine. S’il y a des obs­tacles, il passe par-des­sus les murs. Le mou­ve­ment que j’ai choi­si est un sal­to. Quand il saute, il ac­cé­lère, mais avant de re­des­cend , il est comme en ape­san­teur et a un mo­ment im­mo­bile », ex­plique Ma­nuel Chantre.

L’oeuvre est com­po­sée de spi­rales de plexi­glas qui sont ap­pe­lées à chan­ger de cou­leur se­lon le mo­ment de la jour­née. Des images peuvent aus­si être pro­je­tées sur la créa­tion sus­pen­due.

En plus de la sculp­ture, l’oeuvre contient un socle mé­tal­lique ren­fer­mant des pro­jec­teurs et des sys­tèmes in­ter­ac­tifs per­met­tant de faire des cal­culs pour du vi­suel gé­né­ré en di­rect.

SOU­TIEN D’OPTECH

La réa­li­sa­tion du Tra­ceur im­mo­bile est le fruit d’un par­tage de connais­sances entre l’ar­tiste Ma­nuel Chantre et les cher­cheurs d’optech, le Centre de transfert de tech­no­lo­gie spé­cia­li­sé en op­tique et en pho­to­nique du Cé­gep An­dré-lau­ren­deau.

« Ça sti­mule l’ima­gi­na­tion de nos cher­cheurs et c’est une autre fa­çon de voir et de pen­ser. On es­père faire d’autres pro­jets avec lui. On de­vrait re­lier tous les centres de re­cherche à des ar­tistes », sou­tient le di­rec­teur d’optech, De­nis La­france.

POR­TION IN­TER­AC­TIVE

L’oeuvre pro­pose aus­si aux gens une por­tion vir­tuelle. À l’avant du socle au-des­sus du­quel la sculp­ture est sus­pen­due se trouve un ter­mi­nal in­for­ma­tique.

Sur ce der­nier, on re­trouve une carte du monde sur la­quelle on peut poin­ter un cur­seur.

Une fois la des­ti­na­tion sé­lec­tion­née, une re­pré­sen­ta­tion vir­tuelle du s’ani­me­ra à l’écran pour par­cou­rir la dis­tance vers l’en­droit sé­lec­tion­né, sur un écran.

Le conte­nu lu­mi­neux pro­je­té sur l’oeuvre en sus­pen­sion change en temps réel, se­lon le po­si­tion­ne­ment géo­gra­phique du Tra­ceur vir­tuel. Quand le per­son­nage at­teint sa des­ti­na­tion, une ani­ma­tion lumineuse est gé­né­rée.

Dé­pen­dam­ment d’où il est, les formes sont dif­fé­rentes et le per­son­nage change de cou­leurs. Le jour, il est blanc et avant le coucher du so­leil, il est en cou­leur.

« La sculp­ture lumineuse et in­ter­ac­tive de Ma­nuel Chantre fait le lien entre les tech­no­lo­gies et le monde en­tier. Ce qui est à l’image de notre éta­blis­se­ment, soit l’ou­ver- ture aux dif­fé­rentes so­cié­tés et tech­no­lo­gies de pointe, » af­firme Claude Roy, di­rec­teur du Cé­gep An­dré-lau­ren­deau.

De­puis 2004, Ma­nuel Chatre réa­lise des sculp­tures et des per­for­mances en in­té­grant la mu­sique, la pro­jec­tion vi­déo, l’ani­ma­tion 3D, l ’art so­nore, l ’éclai­rage ro­bo­ti­sé et l’in­ter­ac­ti­vi­té.

Le pro­jet est fi­nan­cé par le Conseil des arts, le Conseil de re­cherches en sciences na­tu­relles et en gé­nie du Ca­na­da et le Cé­gep An­dré-lau­ren­deau. Hau­teur : 10 pieds Lar­geur : 4 pieds Pro­fon­deur: 4 pieds. Bud­get: 75000$ Pro­jet amor­cé en 2015

Tra­ceur im­mo­bile en chiffres

(Pho­to: TC Me­dia – Hu­go Lo­ri­ni) (Pho­to: TC Me­dia – Hu­go Lo­ri­ni)

L’ar­tiste parle à cer­tains dif­fu­seurs afin d’y pré­sen­ter son oeuvre dans les se­maines et les mois à ve­nir. Ar­tiste en nou­veaux me­dias et com­po­si­teur, Ma­nuel Chantre est bien fier du fruit de son tra­vail amor­cé il y a deux ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.