Les dé­ro­ga­tions du pro­mo­teur ac­cep­tées

Le Messager La Salle - - ACTUALITÉS - ISA­BELLE BER­GE­RON

IM­MO­BI­LIER. Les élus ont ac­cep­té les de­mandes de dé­ro­ga­tions d’un pro­mo­teur qui dé­sire construire un édi­fice de 16 lo­ge­ments dans un sec­teur acha­lan­dé et consi­dé­ré comme une des portes de l’ar­ron­dis­se­ment de La­salle, sur la rue Lyette à l’angle de la rue Saint-pa­trick et du che­min du Mu­sée.

Le nou­veau pro­jet né­ces­si­tait que la hau­teur maxi­male per­mise pour ce site passe de 6 à 11 mètres pour per­mettre la construc­tion d’un im­meuble de trois étages alors que le rè­gle­ment ac­tuel n’en au­to­ri­sait qu’un seul.

An­cien­ne­ment dé­dié au com­merce de dé­tail et de ser­vices, le ter­rain se­ra do­ré­na­vant des­ti­né ex­clu­si­ve­ment à l’ha­bi­ta­tion mul­ti­fa­mi­liale.

Une dé­ro­ga­tion a par ailleurs été ob­te­nue don­nant la per­mis­sion au pro­mo­teur de ne pas ré­ser­ver un es­pace de sta­tion­ne­ment pour les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite par­mi les 20 qui se­ront dis­po­nibles dans le sou­ter­rain de l’édi­fice.

SEC­TEUR ACHA­LAN­DÉ

Lors d’une con­sul­ta­tion pu­blique sur le pro­jet le 29 mai, les La­sal­lois ont ma­ni­fes­té leurs in­quié­tudes au su­jet du flux de circulation gé­né­ré par le pro­jet puisque cette in­ter­sec­tion connaît dé­jà de nom­breux pro­blèmes d’em­bou­teillages.

L’ar­ron­dis­se­ment, qui avait dé­jà en­vi­sa­gé ce pro­blème, a de­man­dé au pro­mo­teur de construire la fa­çade de l’im­meuble ain­si que toutes les portes d’en­trée sur la rue Lyette, moins acha­lan­dée.

La circulation est trop im­por­tante sur le che­min du Mu­sée, qui ne compte qu’une seule voie, pour per­mettre aux au­to­mo­bi­listes, li­vreurs ou dé­mé­na­geurs de s’im­mo­bi­li­ser au mi­lieu de cette rue très conges­tion­née en pé­riode de pointe.

Ain­si, l’unique porte qui dé­bou­che­ra sur la rue est celle de la sor­tie de se­cours pré­vue sur la rue Saint-pa­trick, in­ac­ces­sible de l’ex­té­rieur. Une clô­ture dé­co­ra­tive se­ra aus­si ins­tal­lée afin d’as­su­rer la flui­di­té de la circulation et de la sé­cu­ri­té des ré­si­dents.

De plus, l’en­trée vers le sta­tion­ne­ment se fe­ra le plus loin pos­sible de l’in­ter­sec­tion afin que les au­to­mo­bi­listes qui s’y en­gagent ne bloquent pas cette in­ter­sec­tion.

La mai­resse Ma­non Barbe a pris la pa­role pour cal­mer les nom­breuses in­quié­tudes en sti­pu­lant que «des feux de circulation se­raient bien­tôt ins­tal­lés par la Ville de Mon­tréal, à cet en­droit né­vral­gique, avant même le dé­but des tra­vaux».

Les ci­toyens pré­sents ont sem­blé sa­tis­faits du pro­jet pro­po­sé, mais ont tout de même émis cer­tains bé­mols.

L’ab­sence de me­sures pour l’ac­ces­si­bi­li­té uni­ver­selle a été sou­li­gnée par un ré­sident alors que l’im­meuble compte un grand nombre d’es­ca­liers et au­cun as­cen­seur ou rampe d’ac­cès.

Pour sa part, Mme Des­lau­riers, une ci­toyenne qui ha­bite juste en face du ter­rain vi­sé, était «in­quiète de la hau­teur du fu­tur im­meuble». Elle s’est dite «ras­su­rée» de sa­voir que l’édi­fice, d’une hau­teur to­tale de 11 mètres de toit plat, se­rait moins haut que le sien, dont le toit, en pente, at­teint les 11,5 mètres.

IN­TÉ­GRA­TION

Pour s’har­mo­ni­ser avec le pay­sage des en­vi­rons et bri­ser l’as­pect rec­tan­gu­laire et mas­sif de l’im­meuble, Syl­vie Cham­pagne, chef de di­vi­sion de l’urbanisme à l’ar­ron­dis­se­ment, ex­plique que «les ar­chi­tectes ont aus­si créé une fa­çade dis­po­sée sur des plans éloi­gnés et rap­pro­chés, et conçue à l’aide de dif­fé­rents ma­té­riaux».

La pointe de ter­rain don­nant sur la rue SaintPa­trick à l’angle du Che­min du Mu­sée se­ra exempte de construc­tion et ver­die avec quelques fleurs, du ga­zon et des arbres. Rien ne peut être éri­gé sur cette par­tie, étant don­né la pré­sence d’un pui­sard sou­ter­rain qui per­met de contrô­ler l’écou­le­ment des eaux.

Un avis pu­blic se­ra pu­blié pro­chai­ne­ment pour an­non­cer la pos­si­bi­li­té, pour les ci­toyens qui vou­draient s’op­po­ser à la deuxième mou­ture du pro­jet, de faire une de­mande de par­ti­ci­pa­tion à un ré­fé­ren­dum.

(Photo: Gra­cieu­se­té)

Les ci­toyens qui vou­draient s’op­po­ser au pro­jet doivent dé­po­ser une pé­ti­tion, comp­tant au moins 12 si­gna­tures pour leur zone res­pec­tive et ain­si per­mettre l’ou­ver­ture d’un re­gistre en vue d’un pos­sible ré­fé­ren­dum.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.