Man­ger lo­cal même en hi­ver

Le Messager La Salle - - LOCAL NEWS - JUS­TINE GRAVEL

ALI­MEN­TA­TION. Même si la saison des ré­coltes est ter­mi­née, les ré­si­dents mont­réa­lais ont tout de même la pos­si­bi­li­té de man­ger lo­cal et bio. Les pa­niers d’hi­ver sont de re­tour pour une troi­sième an­née consé­cu­tive chez Équi­terre, mais avec la pos­si­bi­li­té cette fois de choi­sir le conte­nu de son pa­nier.

Lors des deux pre­miers hi­vers, les pa­niers de lé­gumes bio­lo­giques étaient as­sem­blés à l’avance, puis li­vrés aux dif­fé­rents points de li­vrai­son. Main­te­nant, les 30 lieux de col­lectes du Grand Mon­tréal sont amé­na­gés sous la forme de mi­ni-mar­chés, no­tam­ment à la Ferme le Cré­pus­cule à Pier­re­fonds-rox­bo­ro.

«Les gens sont prêts à se dé­pla­cer pour man­ger bio, mais ils aiment avoir la pos­si­bi­li­té de choi­sir leurs propres lé­gumes en fonc­tion des re­cettes qu’ils sou­haitent faire dans la se­maine ou se­lon leurs goûts», explique Orane Blanc, res­pon­sable des com­mu­ni­ca­tions mar­ke­ting à la CA­PÉ (co­opé­ra­tive pour l’agri­cul­ture de proxi­mi­té éco­lo­gique), qui tra­vaille de concert avec Équi­terre dans ce pro­jet.

De­puis le début des li­vrai­sons, à la mi­no­vembre, les membres n’ont que du po­si­tif à dire sur la nou­velle fa­çon de faire, se­lon Mme Blanc. Ils peuvent pi­ger par­mi les dif­fé­rents lé­gumes ra­cines of­ferts, que ce soit des ca­rottes, des oi­gnons ou des courges.

«Nous of­frons aus­si un large éven­tail de choux, des mi­cro­pousses et de la ver­dure puisque cer­tains de nos fer­miers cultivent en serre», pré­cise la res­pon­sable des com­mu­ni­ca­tions. Les gens peuvent aus­si dé­bour­ser un peu plus que les 26$ re­quis pour le pa­nier ha­bi­tuel pour re­ce­voir de la viande cer­ti­fiée bio, des oeufs ou du pain mai­son.

Con­trai­re­ment à la croyance po­pu­laire, Orane Blanc sou­tient que ce n’est pas si dis­pen­dieux de man­ger bio. «Tout dé­pend où est-ce qu’on les achète, dit-elle. La for­mule de proxi­mi­té per­met de ré­duire le coût d’ap­pro­vi­sion­ne­ment puisque les lé­gumes passent de la ferme à votre table. C’est en­vi­ron 10% moins cher que ceux de l’épi­ce­rie».

MAN­GER LO­CAL

Les pro­duits ven­dus pro­viennent du ré­seau des fer­miers de fa­mille d’équi­terre, for­mé de jeunes de la re­lève ou de ma­raî­chers de père en fils. «L’ar­gent des pa­niers d’hi­ver tombe di­rec­te­ment dans les poches des 20 pro­duc­teurs membres», men­tionne Mme Blanc.

Plu­sieurs sont en pro­ve­nance de l’es­trie, mais éga­le­ment de la Mon­té­ré­gie, des Lau­ren­tides et de la ré­gion de Qué­bec.

«S’ap­pro­vi­sion­ner chez soi ça a plein de bienfaits. En plus d’encourager l’éco­no­mie lo­cale, c’est bé­né­fique pour l’en­vi­ron­ne­ment parce que ça évite du trans­port. Et au Qué­bec, il y a de plus en plus de jeunes agri­cul­teurs qui se lancent dans le bio, ce qui crée une belle di­ver­si­té de pro­duits», sou­ligne Mme Blanc.

Li­vrés tous les deux se­maines jus­qu’à la mi­mai, il est en­core pos­sible de s’ins­crire pour re­ce­voir les pa­niers bios lo­caux d’équi­terre.

Or­chestre symphonique

L’or­chestre symphonique Blü­pix re­cherche des mu­si­ciens ama­teurs de bon ni­veau pour jouer un ré­per­toire non­con­ven­tion­nel avec des ar­ran­ge­ments per­son­na­li­sés. Mu­sique de films, de jeux vi­déo, de co­mé­dies mu­si­cales, mu­sique rock, jazz et pop se­ront au ren­dez-vous. In­fos à or­ches­tre­blu­pix.com ou or­ches­tre­blu­pix@gmail.com.

Ca­fé des aî­nés

Le Centre du Vieux-mou­lin est à la re­cherche de bé­né­voles, dis­po­nibles une de­mie jour­née par se­maine pour l’ac­ti­vi­té du ca­fé des aî­nés. Les ren­contres ont lieu du lun­di au ven­dre­di de 7h30 à 11h30 et l’après-mi­di, de 11h30 à 15h. In­fos: 514 364-1541.

(Pho­to: TC Me­dia – Johanna Pellus)

Les pa­niers stan­dards sont suf­fi­sam­ment grands pour nour­rir deux à trois per­sonnes. Les plus grands, pour une fa­mille de quatre à cinq per­sonnes, coûtent 41$.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.