Faire le don de vie

Le Messager La Salle - - ACTUALITÉS -

Il existe plu­sieurs fa­çons d’of­fi­cia­li­ser son consen­te­ment. On peut no­tam­ment si­gner l’en­dos de sa carte d’as­su­rance-ma­la­die en plus de s’ins­crire à un re­gistre.

En date du 31 mars, plus de 3 mil­lions de Qué­bé­cois étaient ins­crits au re­gistre de la Ré­gie de l’as­su­rance ma­la­die du Qué­bec (RAMQ) et 1,6 mil­lion au re­gistre de la Chambre des no­taires du Qué­bec.

In­for­mer ses proches de ses in­ten­tions re­pré­sente une étape im­por­tante. Un re­fus fa­mi­lial peut faire an­nu­ler un don, même si le dé­funt est ins­crit à un re­gistre.

« Neuf per­sonnes sur 10 se disent fa­vo­rables au don d’or­ganes au Qué­bec. Mais au mo­ment d’ac­cep­ter, on tombe plus à 6 sur 10. Quand les fa­milles savent les in­ten­tions, ça les sou­lage sou­vent parce qu’elles n’ont pas à prendre la dé­ci­sion », sou­ligne le chef de ser­vice, en­sei­gne­ment et dé­ve­lop­pe­ment hos­pi­ta­lier chez Trans­plant Qué­bec, Hu­ghes Ville­neuve.

Pour aug­men­ter les dons, il sug­gère d’in­ten­si­fier la for­ma­tion du per­son­nel et d’aug­men­ter les co­mi­tés de don d’or­ganes dans les hô­pi­taux.

EXEMPLE À SUIVRE

L’es­pagne est pré­sen­te­ment le pays qui pré­sente le taux de don­neurs dé­cé­dés le plus éle­vé avec un ra­tio de 47 %, en 2017. Au Qué­bec, ce taux s’est chif­fré à 21,7 %.

L’es­pagne a un ré­gime de consen­te­ment pré­su­mé, qui fait en sorte que toute per­sonne qui dé­cède de­vient au­to­ma­ti­que­ment un don­neur po­ten­tiel, à moins d’avoir spé­ci­fi­que­ment en­re­gis­tré son désac­cord. Les fa­milles peuvent éga­le­ment re­fu­ser la pro­cé­dure.

La clé du suc­cès es­pa­gnol ré­si­de­rait sur­tout dans les pro­grammes hos­pi­ta­liers en place, se­lon M. Ville­neuve. La for­ma­tion de médecins

SAN­TÉ. Le nombre de per­sonnes en at­tente d’une trans­plan­ta­tion a bais­sé de près de 40% de­puis 2011 au Qué­bec. Tou­te­fois, des ef­forts res­tent à faire en termes de sen­si­bi­li­sa­tion se­lon Trans­plant Qué­bec, l’or­ga­nisme qui co­or­donne le pro­ces­sus de don d’or­ganes à tra­vers la pro­vince.

co­or­don­na­teurs en don d’or­ganes y est no­tam­ment beau­coup plus pous­sée. L’es­pagne a plus de 400 de ces médecins, alors que le Qué­bec n’en compte que 10.

(Pho­to: Fli­ckr)

La se­maine na­tio­nale du don d’or­ganes et de tis­sus, du 22 au 28 avril, est l’oc­ca­sion de sen­si­bi­li­ser et d’in­ci­ter les ci­toyens à si­gni­fier par écrit leur dé­ci­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.