Dé­pen­ser son éner­gie

Le Messager La Salle - - SPORTS - PASCALINE DA­VID

COURSE. Pour Joa­nie Poulin-bre­ton, un chien heu­reux est un chien fa­ti­gué. Dans le but d’en­cou­ra­ger la pratique du ca­ni­cross, une dis­ci­pline ba­sée sur la com­pli­ci­té entre le maître et l’ani­mal, elle a fondé Pattes ac­tives. Chaque se­maine, elle ini­tie des groupes à ce sport dans le parc An­gri­gnon, à Lasalle.

D’em­blée, la ques­tion de la dif­fé­rence avec une simple course se pose. «Pour faire du ca­ni­cross, il faut avoir un équi­pe­ment spé­cial, ex­plique Mme Poulin-bre­ton. Tout comme le chien de traî­neau, il s’agit d’un sport at­te­lé.»

Le ma­té­riel né­ces­saire est consti­tué de deux har­nais, un pour le chien et un pour l’hu­main, re­liés par une ligne bun­gee, une sorte de corde élas­tique souple. Le maître court alors les mains libres, trac­té par l’ani­mal.

«C’est une ac­ti­vi­té mer­veilleuse, car tu formes une équipe avec ton chien, tu dé­ve­loppes ra­pi­de­ment une com­pli­ci­té, une sym­biose avec lui», ajoute la jeune femme de 30 ans.

Le groupe de Mme Poulin-bre­ton pratique jus­qu’à quatre fois par se­maine dans le parc An­gri­gnon, choi­si pour ses sen­tiers de terre, alors que l’as­phalte est dé­con­seillé afin d’évi­ter que les chiens abîment leurs cous­si­nets. Se­lon la race ou la condi­tion phy­sique de l’ani­mal, il est pos­sible de cou­rir jus­qu’à une vi­tesse de 25 km/h.

RÈGLES

Pour pra­ti­quer le ca­ni­cross, le chien doit être âgé au mi­ni­mum d’un an. «Il faut qu’il ait fi­ni sa crois­sance, pour que les muscles, les li­ga­ments et les os soient bien dé­ve­lop­pés», in­dique-t-elle.

Presque tous les types de chiens peuvent pra­ti­quer le ca­ni­cross, du mo­ment que la vi­tesse et l’in­ten­si­té de l’ef­fort sont adap­tées à leurs ca­pa­ci­tés. Il est éga­le­ment né­ces­saire de s’as­su­rer qu’il n’a pas de troubles car­diaques ou res­pi­ra­toires. Mme Poulin-bre­ton conseille en plus d’hy­dra­ter le chien une ving­taine de mi­nutes après l’ef­fort, pour évi­ter les re­tour­ne­ments d’es­to­mac.

Ce sport at­te­lé se pratique toute l’an­née. «L’hi­ver, on peut faire des sor­ties en ski de fond ou en trot­ti­nette de neige», in­dique-t-elle.

Cer­tains maîtres s’exercent pour ar­ri­ver pro­gres­si­ve­ment à at­teindre un ni­veau de com­pé­ti­tion, alors que plu­sieurs courses sont or­ga­ni­sées à tra­vers le Qué­bec.

PAR­COURS

Ré­si­dente de Châ­teau­guay, Mme Poulin-bre­ton sou­hai­tait trou­ver une ac­ti­vi­té qui don­nait l’op­por­tu­ni­té à Foxy de dé­pen­ser toute son éner­gie. «Vingt mi­nutes de marche, ce n’était pas as­sez, ra­conte-t-elle. Beau­coup de chiens ne sortent pas ou ne font pas suf­fi­sam­ment d’exer­cice.»

Elle a alors dé­cou­vert le ca­ni­cross, qui réunis­sait son in­té­rêt pour la course et son amour pour les ani­maux.

«J’ai fait mes études en com­mu­ni­ca­tion et j’ai exer­cé une di­zaine d’an­nées dans ce do­maine, mais l’in­té­rêt n’était plus là, fait-elle sa­voir. Je vou­lais plu­tôt ai­der les gens à bien com­mu­ni­quer avec leurs chiens.»

Après une for­ma­tion en en­traî­ne­ment de course à pied, elle a dé­ci­dé d’al­ler plus loin en met­tant sur pied son en­tre­prise, il y a deux ans, afin d’en­sei­gner aux autres ce qui était de­ve­nu, pour elle, une vé­ri­table pas­sion.

Mme Poulin-bre­ton pro­pose éga­le­ment des cours d’obéis­sance, un ser­vice de pen­sion ani­ma­lière à son do­mi­cile, une bou­tique en ligne pour ache­ter les équi­pe­ments et des gâ­te­ries, ain­si que des ac­ti­vi­tés ponc­tuelles comme la ca­ni­ran­don­née.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té – Da­niel Thi­bault)

Ayant vé­cu plu­sieurs an­nées à Lasalle, Joa­nie Poulin-bre­ton pratique et en­seigne le ca­ni­cross dans le parc An­gri­gnon.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.