10 ans de la Mai­son des jeunes de Lasalle

Le Messager La Salle - - ACTUALITÉS - PAS­CA­LINE DA­VID

Com­mu­nau­taire. mal­gré plu­sieurs obs­tacles, la mai­son des jeunes de Lasalle est au­jourd’hui plus ac­tive que ja­mais. Du pro­gramme de bas­ket­ball aux cours de pein­ture, en pas­sant par l’aide aux de­voirs, toutes les ac­ti­vi­tés pro­po­sées aux 90 jeunes qui fré­quentent la Bi­coque sont gra­tuites.

La struc­ture a fê­té ses dix prin­temps dans l’ef­fer­ves­cence et la joie, ven­dre­di, au parc Hay­ward de Lasalle. Au cours de la soi­rée, spec­tacles et té­moi­gnages se sont suc­cé­dés.

L’ani­ma­teur de la soi­rée Anis Ber­biche, des an­ciens jeunes et des pa­rents ont ex­pri­mé leur re­con­nais­sance. «Je suis très heu­reuse de cette mai­son, qui m’a ai­dé à édu­quer ma fille», a dé­voi­lé une ma­man avec émotion.

De la part du gou­ver­ne­ment du Qué­bec, le mi­nistre et dé­pu­té Ro­bert Poë­ti a re­mis un cer­ti­fi­cat de re­con­nais­sance au di­rec­teur, Sébastien Ba­beux. «Ce que vous faites ici, c’est sau­ver des vies, c’est ex­tra­or­di­naire», a-t-il lan­cé.

La mai­resse Ma­non Barbe a éga­le­ment pris le mi­cro pour fé­li­ci­ter l’équipe. «La seule per­sonne qui peut dé­ci­der de votre fu­tur, c’est vous, a-t-elle sou­te­nu. Mais sou­vent, on a be­soin d’aide et d’ou­tils, et la mai­son des jeunes est là pour ça.»

La Bi­coque avait aus­si une autre rai­son de cé­lé­brer puis­qu’elle re­ce­vra do­ré­na­vant du fi­nan­ce­ment pro­ve­nant du pro­gramme de sou­tien aux or­ga­nismes com­mu­nau­taires (PSAQ). Il y a deux ans, la sur­vie de la struc­ture était en pé­ril, faute de sou­tien.

«Nous n’avions ja­mais eu de fi­nan­ce­ment ré­cur­rent avant, ça a de­man­dé énor­mé­ment de tra­vail pour en ar­ri­ver là», ex­plique le conseiller d’ar­ron­dis­se­ment et pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Bi­coque, Serge De­clos.

Évo­lu­tion

Il y a 13 ans, Serge De­clos était un ci­toyen im­pli­qué dans plu­sieurs or­ga­nismes de Lasalle. Il a eu l’idée d’une Mai­son des jeunes avec le di­rec­teur de l’or­ga­nisme Des­ti­na­tion Tra­vail, Phi­lippe Tis­seur, lors de l’im­pli­ca­tion au­près de la table de sé­cu­ri­té ur­baine de l’ar­ron­dis­se­ment.

Sébastien Ba­beux a pris les rênes du lieu deux ans après sa créa­tion, en 2010. «Quand je suis ar­ri­vé, les jeunes tran­quilles n’osaient pas y al­ler, lance-t-il. Les pre­mières an­nées ont été très dif­fi­ciles.»

Plu­sieurs mois d’ajus­te­ment ont alors été né­ces­saires, afin de mettre entre place une vé­ri­table struc­ture avec des règles et des ac­ti­vi­tés pro­pices à la so­cia­li­sa­tion.

«On m’avait don­né une liste de 15 noms d’ado­les­cents qui ne de­vaient pas fré­quen­ter la mai­son, car ils étaient trop pro­blé­ma­tiques, ra­conte M. Ba­beux. J’ai re­fu­sé, car je sou­hai­tais d’abord ap­prendre à les connaître.»

Le di­rec­teur de 42 ans a ain­si dé­ve­lop­pé une re­la­tion de confiance avec la plu­part des jeunes, tout comme l’a fait la coach Isa­belle Chias­son avec la pra­tique du bas­ket­ball. «On a ga­gné notre ligue et ça a per­mis de créer des liens vrai­ment forts avec les jeunes», ajoute-t-il. Deux d’entre eux sont d’ailleurs de­ve­nus ses as­sis­tants.

Par­mi les per­sonnes qui ont contri­bué à la réus­site du pro­jet, il y a aus­si l’agente so­cio­com­mu­nau­taire de l’époque, Fran­cine Duval. «Elle m’a ap­pris beau­coup de choses, car elle connaissait très bien les jeunes, leurs pro­blé­ma­tiques et comment in­ter­ve­nir», sou­tient Sébastien Ba­beux.

Mme Duval fai­sait d’ailleurs par­tie des in­vi­tés d’hon­neur lors des cé­lé­bra­tions du 10e an­ni­ver­saire. L’équipe com­po­sée de deux in­ter­ve­nants et de deux tra­vailleurs de rue à temps plein, ain­si qu’une autre in­ter­ve­nante à temps par­tiel mènent de front plu­sieurs pro­jets. Avec «Les murs ont des oreilles», l’in­ter­ve­nante Char­lotte Mont­pe­titGé­li­nas a oc­cu­pé les cor­ri­dors de l’école à la sor­tie des classes afin de pré­ve­nir l’in­ti­mi­da­tion. Des ca­fés-ren­contres avec les pa­rents se­ront bien­tôt mis en place. L’édu­ca­teur spé­cia­li­sé Yao Blaise Adou cher­che­ra à créer un dia­logue avec les pa­rents pour abor­der dif­fé­rentes pro­blé­ma­tiques. Un safe space in­ter­gé­né­ra­tion­nel se­ra mon­té par l’in­ter­ve­nante Ga­brielle Miller, en col­la­bo­ra­tion avec une élève de l’école se­con­daire Ca­ve­lier-de Lasalle, Ash­ley Mban­ga. L’es­pace de prise de pa­role per­met­tra d’abor­der des ques­tions liées aux vio­lences faites aux femmes. En sep­tembre, un pro­gramme pi­lote of­fri­ra de l’aide aux de­voirs heb­do­ma­daire pour les élèves du pri­maire, dans les murs de l’école L’eauVive. Ri­chard Col­lette, ad­joint ad­mi­nis­tra­tif, Ma­ga­li Ba­no, in­ter­ve­nante, ain­si que des tu­teurs spé­cia­li­sés se­ront res­pon­sables de ce pro­jet.

nou­veaux pro­jets

(Pho­to: Le Mes­sa­ger Lasalle – Pas­ca­line Da­vid)

Lors de la soi­rée d’an­ni­ver­saire de la Bi­coque, des oeuvres de jeunes étaient ex­po­sées. Li­na An­dol­si s’est dé­cou­vert une pas­sion pour cet art et a peint cinq toiles pour l’oc­ca­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.