Vent de re­nou­veau à l’Hô­pi­tal de La­chine

Le Messager Lachine & Dorval - - ACTUALITÉS - Vi­cky.mi­chaud@tc.tc

SANTÉ. De­puis son in­té­gra­tion au Centre uni­ver­si­taire de santé McGill (CUSM) en 2008, l’Hô­pi­tal de La­chine vise à as­su­rer sa pé­ren­ni­té. Pour ce faire, et grâce à un in­ves­tis­se­ment de 70 M$ an­non­cé en dé­cembre dé­diés aux ré­no­va­tions et à l’agran­dis­se­ment, la di­rec­tion s’est do­tée d’une technologie à la fine pointe pour ex­cel­ler dans ses do­maines de pré­di­lec­tion, connexes à la gé­ria­trie.

«J’ai tra­vaillé dans plu­sieurs en­droits, de­puis le dé­but de ma car­rière en 2000, mais ja­mais dans un en­droit aus­si so­phis­ti­qué. On ob­serve vrai­ment une dif­fé­rence chez les pa­tients, ils sont plus calmes», ra­conte Éric Des­ro­siers, tech­no­logue en ima­ge­rie de ré­son­nance ma­gné­tique, alors qu’il dé­crit les par­ti­cu­la­ri­tés de l’ap­pa­reil tout neuf ac­quis en fé­vrier.

En plus d’avoir un in­té­rieur de 70 cm de dia­mètre, dix de plus que la nor­male, ce qui aide dans les cas de claus­tro­pho­bie ou lorsque le pa­tient est obèse, un mi­roir est ins­tal­lé aux pieds du pa­tient afin qu’il puisse gar­der un oeil sur ce qui l’en­toure.

La salle sur­di­men­sion­née, équi­pée d’un faux ciel au pla­fond, per­met aus­si de ne pas se sen­tir pris au piège.

«Nous ne sommes pas en­core re­con­nus comme le centre de soins ba­ria­triques dans l’Ouest-de-l’Île, mais nous sommes en voie de le de­ve­nir», ex­plique M. Des­ro­siers.

Le dé­par­te­ment pos­sède des salles d’opé­ra­tion spé­cia­le­ment conçues pour des in­ter­ven­tions chi­rur­gi­cales poin­tues.

CLINIQUES SPÉCIALISÉES

Par­mi les autres spé­cia­li­tés de l’Hô­pi­tal de La­chine pour des soins gé­ria­triques, les ef­forts sont aus­si concen­trés en oph­tal­mo­lo­gie.

De­puis un peu plus d’un an seule­ment, le per­son­nel soi­gnant ad­mi­nistre des in­jec­tions pour contrer la dé­gé­né­res­cence ma­cu­laire.

«Par mois, on peut faire de 40 à 50 in­ter­ven­tions. On note une di­mi­nu­tion mar­quée de l’in­flam­ma­tion et la vi­sion de cer­tains pa­tients s’amé­liore sou­vent après l’in­jec­tion. Des fois, on fait des pe­tits mi­racles», sou­ligne l’in­fir­mière res­pon­sable du dé­par­te­ment, Ma­rie Pla­mon­don.

Le dé­par­te­ment traite aus­si, entre autres, les ca­ta­ractes et offre un trai­te­ment au la­ser pour le glau­come ain­si que des soins par­ti­cu­liers aux clients at­teints du dia­bète, no­tam­ment les an­gio­gra­phies, qui per­mettent d’iden­ti­fier les sites d’in­fec­tions et d’in­flam­ma­tion en co­lo­rant la vas­cu­la­ri­sa­tion de l’oeil.

Au prin­temps, l’Hô­pi­tal de La­chine avait inau­gu­ré sa toute nou­velle uni­té de dia­lyse, au coût de 4M$. Équi­pée de 15 chaises, elle per­met d’ac­cueillir chaque jour jus­qu’à 90 pa­tients qui ont be­soin de net­toyer leur sang.

AGRANDISSEMENTS

Les pro­chaines amé­lio­ra­tions qui se­ront ap­por­tées au centre hos­pi­ta­lier de­vraient dé­bu­ter en 2018. Après de nom­breuses consul­ta­tions au­près des em­ployés, in­fir­mières et mé­de­cins, la di­rec­tion est main­te­nant à éla­bo­rer les plans.

«Au lieu de construire un centre qui ne pour­rait pas nous per­mettre de pro­di­guer les meilleurs soins pos­sible à nos pa­tients dans des condi­tions op­ti­males, nos em­ployeurs ont choi­si de re­cueillir nos idées. C’est ain­si que le centre de soins in­ten­sifs se­ra dé­pla­cé juste à cô­té de la nou­velle aile d’ur­gence», men­tionne l’in­fir­mière-chef de l’ur­gence, Ma­non La­ten­dresse.

Ayant long­temps vé­cu sous la me­nace des res­tric­tions bud­gé­taires, le centre hos­pi­ta­lier da­tant de 1913 vit main­te­nant des jours meilleurs. Outre les nou­veaux amé­na­ge­ments et ap­pa­reils de pointe, dix lits de soins pal­lia­tifs s’ajoutent à l’ar­se­nal de l’Hô­pi­tal de La­chine.

Lorsque les tra­vaux se­ront com­plé­tés, on peut s’at­tendre à voir plus d’es­pace entre les lits à l’ur­gence, des salles mo­dernes et plus in­times ain­si que l’ajout d’un deuxième lit en salle de choc.

(Pho­to: TC Me­dia—Isa­belle Ber­ge­ron)

Les aires du rez-de-chaus­sée, no­tam­ment à l’ur­gence, se­ront ré­no­vées pour per­mettre de ju­me­ler la nou­velle salle de soins in­ten­sifs.

(Pho­to: TC Me­dia—Isa­belle Ber­ge­ron)

Plu­sieurs pa­tients qui souffrent de sé­quelles vi­suelles dues au dia­bète, ob­servent une nette amé­lio­ra­tion de leur vi­sion à la suite des in­jec­tions en cli­nique. Les an­gio­gra­phies per­mettent aus­si de dé­ter­mi­ner plus spé­ci­fi­que­ment les sites d’in­fec­tion.

(Pho­to: TC Me­dia—Isa­belle Ber­ge­ron)

Sous un ciel pai­sible, les pa­tients en ré­son­nance ma­gné­tique qui souf­fri­raient de claus­tro­pho­bie peuvent main­te­nant re­laxer. L’Hô­pi­tal a choi­si d’ache­ter un scan­neur com­plet, plu­tôt qu’à de­mi ou­vert, afin d’op­ti­mi­ser les condi­tions de soins tout en main­te­nant la qua­li­té des ré­sul­tats.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.